Presse café : « La problématique de l’exercice de la liberté de presse et le droit du public à l’information dans une zone de conflit armé et sanglant : Rôle des medias et autorités locales  » (Internews et Rateproka)

« La problématique de l’exercice de la liberté de presse et le droit du public à l’information dans une zone de conflit armé et sanglant ; rôle des médias et autorités locales », est le thème du café presse  qui s’est tenu le 12 mai à Mbujimayi.  L’activité a été organisée par le Réseau des Radios Associatives et Télévision de Proximité du Kasaï- Oriental (RATEPROKA) en partenariat avec  INTERNEWS en RDC.
Ce Café de presse avait pour but de sensibiliser les autorités locales sur leurs rôles et responsabilités concernant le droit du public à l’information et la liberté de la presse d’une part et, d’autre part amener les médias à la prise de conscience et au professionnalisme dans la gestion des informations.
Ce café presse s’est tenu dans un contexte  marqué par plusieurs atteintes au droit des journalistes du Kasaï Oriental d’informer la population sur la profonde crise politique et sécuritaire qui  secoue cette province. Le gouverneur de cette province Alphonse Ngoy Kasanji, a notamment ordonné la suspension des émissions de débats politiques et la diffusion des informations sur le phénomène KAMUINA NSAPU au Kasaï Oriental. 65 personnes dont des journalistes, membres des organisations de la société civile et des autorités locales ont pris part à ce café de presse.

Emission animée par  Emmanuel Kalonji de la Rtf/Mbj

 

Panélistes :
1.      Baba Isaac KALONJI, Journaliste indépendant et Doyen dans la profession
2.      Isaac Lambert MBUYI KANA, Coordonnateur de l’OMEC ;
3.      Guylain BANZA, Coordonnateur Provincial du CSAC ;
4.      Clément CIDIBI, Chef de Division Provinciale de Communication et Médias

Lire

Presse café : Le rôle des journalistes dans la couverture médiatique des sujets liés aux enjeux sécuritaires en RDC. (Internews et Vox Congo)

Les journalistes ont un  rôle particulièrement important à jouer en raison des conflits et violences politiques qui continuent de secouer la RDC. Le Presse Café « Quel est le rôle des journalistes dans la couverture médiatique des sujets liés aux enjeux sécuritaires en RDC ? » organisé par l’équipe de Vox Congo avec l’appui complémentaire d’USAID et de la Coopération Suisse, mardi 30 mai 2017 au Centre de Resources pour les Médias de Kinshasa. L’objectif poursuivi est non seulement se susciter une réflexion mais surtout de proposer des moyens appropriés pour les journalistes de contribuer à la réduction  des conflits politiques et de la violence.

 

Panelistes

  1. Francine Mokoko, journaliste correspondant de TV5 Monde-Afrique en RDC.
  2. Eric Izami, Journaliste reporter à télévision Antenne A,
  3. Tshivis Tshivuadi, Président de la structure JED, Journaliste en Danger
  4. Kasonga Tshilunde, Président national de l’UNPC, Union nationale de la presse du Congo.
Lire

Kongolo : 41 journalistes dont 6 femmes formés sur le processus de restauration de l’autorité de l’Etat dans le Tanganyika (Thaddée Kisimba/Radio Kaoze)

Du mercredi 17 au vendredi 19 mai 2017, 41 journalistes dont 6 femmes ont été renforcés en capacités dans les techniques de résolution des conflits. Organisée par le bureau de l’information de la Monusco, cette session de formation a réuni des professionnels de media de Kongolo centre, de Kaseya, de Mbulula et du territoire de Kabalo. Les formateurs sont de l’Université de Kalemie, de l’Union Nationale de la Presse du Congo (UNPC) et de la radio Okapi. Objectif poursuivi :  outillés les journalistes dans la production des émissions qui favorisent la cohabitation pacifique entre différentes communautés de la province du Tanganyika.

Reportage de la radio Kaoze

Télécharger ce fichier

Lire

Bas-Uélé : Plus de 500 personnes ont été en contact avec des porteurs du virus Ebola dans la zone de santé de Likati. (Jean Kombozingi/Radio Rubi, Buta, Bas Uele)

Dans sa réunion de mercredi 24 mai 2017, le comité de gestion des urgences du virus Ebola, composé des membres du ministère de la santé publique et des partenaires locaux et internationaux, a avancé un chiffre de 520  personnes qui ont déjà été en contact avec des porteurs de ce virus. Ces personnes ont été identifiées dans la zone de santé de Likati. Deux d’entre ces personnes ont été testées positives au virus Ebola.  Jean KOMBOZINGI TITA ZELU de la radio RUBI à Buta fait le point de l’évolution de cette épidémie depuis son apparition au Bas-Uélé.

reportage

Lire

Tshopo: Baisse de la consommation de la viande de chasse à Isangi, les habitants ont peur d’attraper le virus Ebola. (Joseph Bassay/Radio Bondeko)

La vente et la consommation de la viande de chasse connaissent une réduction très sensible dans la cité d’Isangi. Plusieurs familles ont banni cette viande de leur régime alimentaire pour écarter tout risque de contamination. Cette méfiance et dérogation aux habitudes culinaires de la zone, s’observe depuis l’annonce de l’apparition du virus hémorragique d’Ebola dans la province voisine de Bas Uélé, au début de ce mois de Mai 2017. Les plus malheureux  par cette situation sont  les chasseurs et revendeurs de cette viande. Selon eux,  les recettes ont baissé à plus de la moitié. Reportage signé Joseph BASSAY (radio Bondeko Isangi)

Reportage de la Radio Bondeko

Télécharger ce fichier

Lire

Ebola : Prudence oblige, des habitants de Kisangani se méfient des voyageurs depuis l’apparition de ce virus au Bas-Uélé, province voisine de la Tshopo. (Trésor-Polycarpe)

Mieux vaut prévenir que guérir! De nombreux boyomais craignent que le virus Ebola déclaré au Bas-Uélé à 600 km de Kisangani traverse les frontières. Certains d’entre eux, rencontrés dans les rues de Kisangani, affirment adopter déjà quelques mesures préventives et règles d’hygiène.  Ils  évitent notamment tout contact avec les voyageurs.  On les écoute au micro de Trésor-Polycarpe MOKIANGO de la Radio Télévision Kintuadi/Kisangani

 

Télécharger ce fichier

Lire

Bas Uélé : L’institut national des recherches biologiques (INRB) met en place des laboratoires pour dépister le virus Ebola dans la localité de Likati.

L’institut national des recherches biologiques/INRB a installé le samedi 20 mai 2017 un laboratoire de dépistage du virus EBOLA à Likati, province de Bas Uélé. Selon le directeur de la radio BOMOKO,  l’INRB a également mis à la disposition de la zone de santé de Likati des laboratoires mobiles. Ces derniers vont récolter des cas suspects et les acheminer au laboratoire de Likati pour confirmation ou pas de la fièvre hémorragique à virus EBOLA.  Il s’agit des experts du gouvernement congolais et ceux de l’organisation mondiale de la santé/OMS qui utilisent ces outils médicaux. Selon la même source, ce sont les villages de Ngay et Mouma ou des cas suspects sont beaucoup plus signalés. Les deux villages sont voisins de Nambwa ou le virus Ebola a déjà tué deux personnes depuis sa réaparution dans la province de Bas Uélé au début de ce mois.

Dr Oly Ilunga : « Le virus Ebola en voie d’être maitrisé dans la zone de santé de Likati ». (Radio Amani)

Le ministre congolais de la santé, Dr Oly Ilunga, affirme que la fièvre hémorragique à virus EBOLA est sur la voie d’être maitrisée dans la zone de santé de Likati, province de bas Uélé. Il a fait cette déclaration à la presse de Kisangani le samedi 20 mai 2017 à son retour de Likati où 20 suspects dont 2 décès ont été examinés au début de ce mois de Mai. « Les équipes des spécialistes du ministère national de la santé et celles de l’OMS, l’organisation mondiale de la santé, s’activent sans relâche pour contenir cette maladie à Likati. Elles disposent de tout ce qu’il leur faut comme équipement», a-t-il souligné. Selon le ministre, aucun nouveau cas suspect n’a encore été identifié dans le village de Nambwa, 45 kms de Likati, où ce virus hémorragique d’Ebola a été déclaré, il y a trois semaines. (Radio Télé Amani/Kisangani)

Presse café : « la sécurité des journalistes du Nord-Kivu en période préélectorale : Etat de lieu, défis et perspectives ». (Coracon et Internews)

« La liberté de la presse doit être garantie et respectée de tous dans la province du Nord-Kivu. » Il s’agit là d’une des recommandations sorties d’un café de presse à Goma, le 3 mai dernier. Ce café de presse a été organisé par Coracon(collectif des radios associative et communautaires) avec l’appui d’Internews. Le theme de l’activité a porté sur la sécurité des journalistes en periode electorale dans la province du Nord Kivu. Ce presse café, qui s’inscrivait dans le cadre de la commemoration de la journée internationale de liberté de la presse, a permis aux participants de faire un état de lieu sur le travail des professionnels de medias, à relever les défis et faire des projections pour un climat de travail serin pour les journalistes du Nord Kivu.

 

Panelistes :
1.Rosalie Zawadi, Membres UNPC-Nord-Kivu
2.Edgar Maungu, Conseiller au ministre provincial de la communication
3.Major Guillaume Ndjike, Porte parole de la 34 région militaire FARDC

Lire

Mesure de protection contre le virus Ebola : la société civile du territoire d’Isangi dans la Tshopo invite la population à ne pas consommer la viande des animaux trouvés morts en forêt. (Elie Trésor Lobanga)

La société civile du territoire d’Isangi recommande aux habitants de ce territoire d’éviter de manger et de manipuler des animaux tués ou trouvés morts en forêt. Le président de cette organisation, Dr Papy Yalungu, a lancé cet appel  le mercredi 17 mai 2017 lors d’un échange avec la presse locale sur la protection contre la fièvre hémorragique à virus EBOLA. Selon lui, le territoire d’Isangi, dans sa partie nord,  partage la même forêt avec la zone épidémique de la province de Bas Uélé. Il est donc très important de s’abstenir de tout contact avec les animaux sauvages pendant cette periode  a expliqué le Dr Papy Yalungu, président de la société civile et médecin chef de zone de santé ad intérim d’Isangi. Il est au micro d’Elie

Reportage de la radio Bondeko

Télécharger ce fichier

Lire