Open Media Fund : La détermination des jeunes à la participation de processus électoral(Radio Moto-oicha, swahili)

Lire

Ensemble pour la paix c’est sont des émissions réalisées dans le cadre du projet Open Media Fund, « intégrons les jeunes et les femmes de la communauté pygmées dans les débats démocratiques ».

Dans cette émission, les jeunes membres des différentes associations disent être déterminé à participer aux activités électorales qui s’annoncent en République Démocratique Congo. C’est la seule chance selon eux, d’améliorer les conditions politiques actuelles.

 

Presse-Café : « La Problématique de l’accès à l’information, pour des élections démocratiques, transparentes et apaisées »(Internews et Jed)

Lire

Presse-café Internews et Jed  » La problématique de l’accès à l’information, pour des élections démocratiques apaisés, transparentes et apaisées » le thème développée le mercredi 13 décembre 2017 au Centre des Ressources pour les Médias situé dans la commune de Gombe.

Des élections dont tout le monde attendent qu’elles soient démocratiques transparentes et apaisées. Cependant, force est de constater que le processus électoral en cours se déroule dans un climat de vive tension politique marquée par des épisodes de violence qui n’épargnent pas les journalistes.
En période électorale, les journalistes et médias ont un rôle éminent : celui d’éclairer les consciences et les intelligences en donnant des informations utiles à la connaissance  et au débat démocratiques sur les candidats et sur leurs projets.Pourtant, le dernier Rapport de JED sur l’état de la liberté de la presse en RDC rendu public , le 02 novembre 2017, indique des nombreux cas de censure , de répression brutale contre les professionnels des médias, d’accès difficile aux sources officielles d’informations , etc.

Objectif poursuivi, dans ce café-presse est celui d’obtenir la promulgation d’une Loi qui impose l’accès  aux sources d’informations surtout officielles, pour les journalistes, et l’obligation de divulgation maximale des informations non couvertes par le secret. Signalons que ce café-presse a lieu  grâce au soutien financé de la suisse et de l’USAID.

Panélistes:

  • Tshivis Tshivuadi, Secretaire général JED
  • Henri christin Londgedja, Collectif 24
  • Honorable, Patrick Muyaya,  Parti Lumumbiste Unifié
  • Emmanuel Kabongo, Consultant permanent de JED

Open Media Fund : L’installation d’une BARAZA dans la ville de Kalemie (Jacques Furahisha/Radio Kaoze)

Lire

Ensemble pour la paix c’est sont des émissions réalisées dans le cadre du projet Open Media Fund, « intégrons les jeunes et les femmes de la communauté pygmées dans les débats démocratiques ».

La commission diocésaine Justice et Paix à organisé une cérémonie d’installation de la BARAZA, composé de 14 personnes dont il s’agit de 7 pygmées et 7 bantous. Résultat d’un  processus de paix  dans la ville de Sango Malumbi à 32 kilo mètre sur l’axe de Lukwangulo. Ceci est crée dans  l’objectif de mettre fin aux conflits qui a endeuillé la province de Tanganyika et de promouvoir la paix pour tous dans la ville de kalemie. La réussite  de cette BARAZA dépends aussi de l’implication du gouvernement pour sensibiliser ce groupement.

 

 

Open Media Fund : La population de BASOKO décide de rendre justice populaire (Laurent KANGISA/REMACPO)

Lire

 

une justice populaire est une prise en charge personnelle auquel une personne s’assure de  donner  solution à l’impunité manifesté dans un environnement. La population du territoire de BASOKO dans la province orientale fatiguée de l’attitude d’Etat civil  se décide   d’ appliquer la justice populaire sans tenir compte de la loi édité par l’Etat. Les comportements que manifeste la   population de BASOKO est causé du faite que l’Etat en charge de civil  n’agit plus en toute équité. La justice populaire que présente la population de BASOKO est faite par la torture et même battre l’ individu  jusqu’à mort.Selon une source , un habitant de BASOKO  se plaint du faite que l’Etat civil qui a le monopôle de rendre justice selon les normes ne le fais pas comme l’exige la loi mais préfère collaborer avec un voleur attrapé en flagrant délit et  accuse l’Etat de complicité en tracassant la population non seulement celà se produit mais  l’Etat  veille à ce que le voleur une fois libéré continue avec à opérer le vol sous leur autorisation. De la même manière qu’une personne  accusé de la sorcellerie toujours avec la complicité de l’Etat à la suite le détenue est libéré , la population  de BASOKO crie de  se sentir en insécurité.

Province de Tanganyika: L’entendue de la journée ville morte à Kalemie (Jacques Furahisha/ Kalemie-Radio Kaoze)

Lire

Les activités  sont restés paralysées l’avant midi de ce jeudi 30 novembre 2017 sur toute l’entendue de la ville de kalemie. Ceci est  suite à la marche du rassemblement de l’opposition organisé pour déchoir le pouvoir établit en place. Selon une source malgré un dispositif militaire installé dans tous les coins de la ville, le Rasop Tanganyika a déposé son mémo à la Monusco.

 

 

 

Open Media Fund : Le manque d’entente dans le territoire de YAHUMA (Emmanuel EKENGE/ REMACPO)

Lire

Le territoire de Yahuma souffre de manque d’entente entre ses habitants. Cette population manifeste un comportement de s’approprier du pouvoir établi en place et à d’autres s’adonnent aux pratiques illicites dans le souci de conquérir ce territoire.

 

Télécharger ce fichier

Open Media Fund : les Conflits fonciers dans le territoire d’OPALA ( Sipmlice BOTOWANIAMA/ REMACPO )

Lire

la terre est une grande richesse pour les habitants du territoire d’OPALA. Ce  conflit naisse toujours par le non respect de limite du terrain de l’autre  mais aussi ce conflit est occasionné par une construction dont la concession est en leg. Ces raisons sont d’autant plus vaincues en ces jours.

 

 

Télécharger ce fichier

Journée Internationale pour l’Elimination des violences contre les femmes: les actions et inquiétudes des citoyens et citoyennes de Kavumu (Sud Kivu), lieu d’un procès exemplaire pour viols sur mineures

Lire

25 Novembre – Journée Internationale pour l’Elimination des violences contre les femmes, le procès de Kavumu pour viols sur mineures devant la Cour militaire a commencé depuis le 9 novembre.

De 2013 à 2016, au moins 46 jeunes filles (dont les cas ont été documentés) ont été violées à Kavumu, dans le district de Kalehe, 40 km au Nord-ouest de Bukavu. L’année dernière, les autorités congolaises ont arreté un député provincial, Frédéric Batumike, député provincial, et 17 membres de sa milice, l’Armée de Jésus.

L’Association des Femmes de Médias du Sud Kivu (AFEM-SK) a recueilli des témoignages de citoyens de Kavumu qui donnent leur témoignages des actions entreprises et leurs inquiétudes.

Télécharger ce fichier