Presse café à Bukavu : « Le media en tant que composante de la société civile » (AFEM-SK et Internews)

Lire

La problématique sur l’appartenance de médias parmi les composantes de la société civile fait couler encre et salive surtout par rapport au rôle que joue et que le média est censé jouer au sein de la communauté. Cette question a réuni le samedi 08 juillet 2017, un certain nombre des panélistes.  Si pour les uns la société civile actuelle se confond parfois et se mêlent à la politique mais pour d’autres, la radio étant régie par les mèmes lois réglementant les mouvements associatifs dont la société civile. Mais au delà des considérations d’ordre légal et légaliste, La radio accompagne à sa manière   la communauté pour son développement. Ce qui est le cas aussi de la société civile dans la sensibilisation et les actions de développement.

Télécharger ce fichier

 

 

Panélistes :

  1. Douce Namwezi, chargée des Programmes à Mama radio
  2. Solange Lusiku, UNPC-Sud-Kivu
  3. Didas Kaningini, Société Civile/Sud-Kivu
  4. Patient Bashombe, Société Civile/Sud-Kivu

 

Sud-Kivu : La Fondation Panzi mène des enquêtes sur des cas de violence sexuelle basés sur le genre à Shabunda (Papy Mulingati/Radio Mutanga)

Lire

La fondation Panzi a initié du samedi 08 au dimanche 09 juillet 2017 une recherche sur les violences sexuelles basées sur le genre en territoire de Shabunda. Selon  le chercheur Ali Bitega, ces enquêtes vont permettre à la fondation d’envisager des interventions à Shabunda sur les questions d’accès à la justice. Cette activité a connu la participation de la société civile.

Reportage de la radio Mutanga

Télécharger ce fichier

Internews en RDC encourage les organisations féminines à se servir des résultats de l’étude menée par l’UCOFEM sur les freins à la participation politique des congolaises, notamment en période électorale. (Ucofem et Internews-RDC)

Lire

L’Union Congolaise des Femmes de Médias, UCOFEM en sigle a organisé le vendredi 07 juillet 2017 dans la salle Yvonne Compère de l’hôtel Sultani, une séance de présentation des résultats de l’étude sur les freins à la participation politique des femmes en RDC, notamment en période électorale. Selon cette étude, les lois et les coutumes empechent les femmes de se lancer en politique. Cette activité s’inscrit dans le cadre de deux programmes financés par l’USAID et la coopération Suisse et exécutés par Internews en RDC. Pour le directeur-Pays d’Internews-RDC, monsieur Karim Benard Dende,  sur base de cette étude, des organisations féminines peuvent faire des plaidoyers auprès notamment des décideurs pour accroitre la participation civique et politique des femmes au sein de la société congolaise. On l’écoute :

Télécharger ce fichier

UCOFEM : Les lois et les coutumes de la RDC parmi les causes qui freinent la participation politique de la femme congolaise. (Ucofem et Internews-RDC)

Lire

« La femme est sous représentée au niveau politique en RDC ». C’est un rappel  de l’Union congolaise des femmes des médias (UCOFEM) après l’étude qu’elle vient de mener sur les freins à la participation politique des congolaises, notamment en période électorale. Elle a présenté ce vendredi 07 juillet 2017 à l’hôtel Sultani les résultats de cette étude devant un panel de plusieurs invités tant d’organisations nationales qu’internationales. Cette activité s’inscrit dans le cadre de deux programmes financés par l’USAID et la coopération Suisse et exécutés par Internews en RDC. Pour Anna Maimona, présidente de l’UCOFEM, les causes de la sous-représentation de la femme dans les sphères de décision sont plus d’ordres institutionnels et coutumiers. On l’écoute :

Télécharger ce fichier

Bandundu-ville : L’ONG « Femmes leaders de Bandundu » renforce les capacités de femmes dans la résolution des conflits et les droits de femmes (Rolly Mukiaka/Bandundu-Ville)

Lire

L’organisation non-gouvernementale « Femmes leaders de Bandundu » a organisé le jeudi 06 juin 2017 une séance de renfoncement de capacité des femmes de la province du Kwilu. Objectif, outiller les femmes de techniques de résolution des conflits et les droits de femmes. Selon les organisateurs, savoir resourdre un conflit dans la société est un facteur qui contribue au développent. De son coté maitre Joëlle Lubombo s’est penché sur des questions relatives aux droits de la femme. Selon maitre Joëlle, la femme doit s’appuyer sur la connaissance de ses droits et s’appuyer sur les mêmes droits pour résoudre tous les conflits. Signalons que cet atelier s’est tenu grace à l’appui financier du bureau des affaires politique de la Monusco.

Télécharger ce fichier

Uvira : Le Bureau Conjoint des Nations Unies pour les Droits de l’Homme (BCNUDH) condamne la discrimination et la stigmatisation dont les albinos sont victimes au sein de la société. (Gaius Shabilepa/Radio Le messager du peuple)

Lire

Le Bureau Conjoint des Nations Unies aux Droits de l’Homme (BCNUDH) de la Monusco-Uvira a organisé le mercredi 28 juin 2017 une journée de sensibilisation contre la stigmatisation et la discrimination envers les personnes vivant avec l’albinisme. Le coordinateur adjoint de ce bureau déplore l’abandon à leur triste sort des albinos au sein de leurs communautés. Selon lui, ils ne reçoivent aucune assistance de la part de l’Etat ni des humanitaires. De son coté Bruno BITONDO, albinos de son état exprime son indignation suite au mauvais traitement dont les personnes albinos sont victimes de la part de la société.  A noter que malgré l’organisation des activités commémoratives de cette journée seulement ce mercredi 28 Juin, la journée internationale de soutien aux  personnes vivant avec albinisme est célèbrée le 13 Juin de chaque année.

Extrait sonore de la radio Le messager du Peuple

Télécharger ce fichier

Bukavu : Presse café : « Insécurité, rôle des médias dans la lutte contre le phénomène Kidnapping au Sud-Kivu » (Internews-RDC)

Lire

Voilà une année maintenant qu’au Sud-Kivu,  des habitants de la ville de Bukavu et des territoires environnants, refont face  au phénomène « Kidnapping » avec demande de rançon.  Les statistiques de la police font état pour ces trois derniers mois, avril, mai et juin 2017,  de 5 cas de kidnappings à Bukavu.  Ces cas sont les seuls dont les familles des victimes ont saisi officiellement la police, d’autres étant méconnus des agents de l’ordre. Quoique, la Police estime qu’il n’y a pas, à date, de réseau organisé des kidnappeurs, mais juste  des jeunes gens isolés qui cherchent par cette voie à gagner de l’argent, les médias du Sud-Kivu eux, veulent sans attendre sensibiliser la population contre ce phénomène. Selon l’Union nationale de la presse du Congo/Sud-Kivu (UNPC), les médias doivent à tout prix chercher des voies et moyens pour étouffer cette pratique,  qui du reste peut prendre de l’ampleur. C’est ainsi que le 22 juin 2017 en  collaboration avec Internews en RDC, la « synergie des médias du Sud-Kivu contre les kidnappings » a organisé un café presse, afin d’amener les journalistes, les organisations de la société civile et les autorités de l’ordre à réfléchir sur comment décourager ce phénomène sous toutes ses formes. Ce café, dont est issu ce magazine a été financé par l’USAID avec des fonds complémentaires de la Coopération Suisse.

Télécharger ce fichier

Panélistes :

  1. Charles BALOLEKWA, Commissaire provincial principal en charge de la police judiciaire,
  2. Claver BASEME, représentant le ministère provincial de l’intérieur,
  3. Justin BAHIBARWA, Délégué du Bureau de Coordination de la Société civile du Sud-Kivu et Défenseur des droits humains, Coordonnateur de l’Association SOS IJM.
  4. Justin KYANGA,  Directeur de la Radiotélévision Ngoma ya Kivu (RTNK) et délégué de l’Union Nationale de la Presse du Congo à ce panel.

Kananga : Accusés d’être des médias de la haine par le président de l’Assemblée provinciale, les journalistes du Kasai central exigent des autorités des excuses (Elysée Lusamba/ Radio Diku Dietu)

Lire

Appelés à couvrir la plénière du samedi 24 juin 2017 portant sur une motion de défiance contre la ministre provinciale de la Santé, les journalistes de Kananga se sont vus dans l’obligation de quitter l’hémicycle. Ils exigent à présent des excuses dans 48 heures car estiment-ils, le président de l’Assemblée Provinciale, l’honorable Augustin Kamwitu Lubadi, aurait traité les médias de la province d’être des médias de la haine. Quelques jours auparavant, le Vice Gouverneur avait également menacé les responsables de certains médias.   Plus tard dans la soirée, le Président de l’Assemblée provinciale a cependant présenté publiquement ses excuses en retirant les propos tenus lors de la plénière.

Reportage de la radio Diku Dietu

Télécharger ce fichier

Kalemie : Un conflit ouvert oppose les cultivateurs aux éleveurs dans les villages de Mukuku et de Lukwangulo (Jacques Furahisha/radio Kaoze)

Au moment où les autorités tentent de pacifier la province au sujet de conflit intercommunautaire, voici encore une guerre ouverte entre les éleveurs et les cultivateurs. En effet, les cultivateurs ont exprimé leur indignation dans une émission à la radio Kaoze le samedi 24 juin 2017. Cette situation est vécue dans les villages de Mukuku, Lukwangulo, Mulengi et Moni. les éleveurs reconnaissent les faits mais ils affirment que c’est à cause de l’insécurité dans les montagnes de ces villages.

Reportage de la radio Kaoze

Télécharger ce fichier

Kananga : L’ONGD « Main dans la main pour le Développement du Kasai (MDK) s’insurge contre l’indifférence des autorités face aux cas de viol à répétition dans la province. (Élysée Lusamba/Radio Ditu Dietu)

Lire

Le secrétaire exécutif provincial de l’ONGD « Main dans la main pour le développement du Kasai » MDK en sigle, madame  Nathalie Kambala promet des actions sur terrain pour dénoncer les cas de viol à répétition dans le Kasai central.  Dans un entretien accordé à la radio Diku Dietu le samedi 24 juin 2017, plusieurs filles mineurs, femmes sont victimes de viol à la grande indifférence des autorités. Madame Nathalie Kambala en appelle aux hommes des droits pour initier des dossiers contre les violeurs. Elle en appelle en outre à la population de dénoncer et de se désolidariser qui commettent  le viol.

Reportage de la radio Diku Dietu

Télécharger ce fichier