Les mouvements associatifs féminins de Kisangani sollicitent des autorités un fond pour la prise en charge des victimes de violence sexuelle

Dans une campagne de sensibilisation sur la violence sexuelle faite à la femme, les mouvements associatifs féminins ont dénoncé mercredi 15 mars 2017 des cas de viol répertorié dans la province de la Tshopo. Selon les différents intervenants, il est temps que le pouvoir public se saisisse de tous ces cas pour que la situation change positivement, a affirmé  la coordonnatrice du centre d’éducation et de recherche pour le droit de la femme. Dans son adresse à l’assistance, le major Irène Kakola mwamba, juge du tribunal militaire de garnison de Kisangani, il faut que le gouvernement à créer un fond spécial pour la prise en charge de cas de violence sexuelle.

Reportage de la radio RTK5

Télécharger ce fichier

Presse café à Kananga : La sécurité des journalistes et des défenseurs des droits de l’homme dans les zones des conflits armés et sanglants : Responsabilités et rôle des autorités.

’La sécurité des journalistes et des défenseurs des droits de l’homme dans les zones des conflits armés et sanglants’’ : Responsabilités et rôle des autorités. C’est autour de ce thème qu’Internews Rdc a organisé un café presse à Kananga le vendredi 10 mars 2017 en collaboration avec l’Union des Radios Communautaires du Kasaï Occidentale (Urackoc) démembré.  Une cinquantaine des professionnels des médias, certains membres de la société civile et l’autorité provinciale ont échangé afin de dégager des pistes de solutions, suite aux évènements violents qui secouent depuis plus d’un mois la province du Kasaï centrale en générale et la ville de Kananga en particulier. Les intervenants se sont penchés sur les causes du conflit et selon les uns en les autres, plusieurs pistes de solutions ont été proposées en veillent sur la sécurité du journaliste et les défenseurs de droits de l’homme.

Panelistes :

  1. Justin Milonga Milonga, Vice-gouverneur de la province du Kasaï-central
  2. Patrick Amisi Mukengeshayi, Secrétaire provincial de l’OMEC/Kasaï-central
  3. Albert Kyungu, Société civil
  4. Edouard Diyi, Journaliste et animateur de l’émission

Télécharger ce fichier

Lire

3 buts pour les Bantous et 1 contre le peuple Twa, c’est le score du match de football entre les deux communautés pour sceller l’accord de paix issu du forum de Kalemie

Après les tristes évènements de décembre 2016, c’est le dimanche  05 mars 2017 que le peuple Twa a encore foulé le sol de la cité de Manono. Ceci, à la faveur d’une rencontre sportive de football entre les peuples Bantous et Twa. En présence d’une forte présence des éléments de la Monusco, la rencontre s’est déroulée dans le but de faciliter la cohabitation pacifique entre ces deux communautés. Selon le représentant de Twa, le score du match 3 contre 1 en faveur de bantous  importe peu car estime t-il, le plus important est le climat de paix qui commence à renaître entre communautés. Un match retour est programmé le dimanche 12 mars 2017 dans le village de Twa.

 

Reportage de la radio Manono

Télécharger ce fichier

Lire

A l’occasion de journée internationale de la radio et télévision en faveur de l’enfant, les ONG de l’Equateur appellent les enfants à se servir de ces outils pour leur encadrement

Une conférence débat sur la journée Internationale de la Radio et Télévision en faveur des enfants a été organisé le lundi 06 Mars 2017 à Mbandaka dans la province de l’Equateur. Initialement prévue le 05 Mars, cette activité de sensibilisation s’est déroulée au centre d’écoute et d’information conviviale des adolescents Ceica de la Commune de WANGATA. Dans différents exposés prononcés pour la circonstance, il a été remarqué que les enfants sont ignorants de leur droit, raison pour laquelle, ils sont exposés  à plus de sollicitation. Selon les statistiques de l’OMS, 15 % d’enfants sont victimes des rapports sexuels précoce, ce qui entraine des grossesse à haut risque et la contamination aux IST et VIH. Il a été demandé aux promoteurs des radios et télévisions de créer les espaces pour les émissions présentées et animées par les enfants reporters.

 

 

 

 

Lire

Dans le village de Nyawera sur la plaine de la Ruzizi, plus de 500 déplacés fuyant le conflit entre les FARDC et MAI MAI, vivent dans une situation humanitaire déplorable.

Plus de 500 personnes déplacées de la localité de Nyawera dans le groupement de Lemera, vivent  dans des conditions très difficiles depuis le samedi 03 décembre 2016 à Kibanga. Selon Innocent Ndaheba, Coordinateur de la nouvelle société civile congolaise de Lemera, ces  personnes  passent la nuit à la belle-étoile. Elles sont privées de tout et abandonnées aux pluies et intempéries. Certains ont trouvé des familles d’accueillent se nourrissent grâce à la contribution des personnes de bonne foi mais d’autres se rendent à Nyawera leur localité de provenance à la recherche des vivres dans leurs champs. Ces  personnes  marchent six heures à pied allé et retour. Ces informations ont été confirmées par des sources des FARDC basées à Lemera. Selon les mêmes sources, les habitants de Nyawera peuvent déjà regagner leur milieu car un calme règne dans cette entité et les FARDC contrôlent la situation.

 

Reportage de la radio Sange

Télécharger ce fichier

Lire

A Bukavu du 28 novembre au 2 décembre 2016, les journalistes des radios partenaires du PDSM renforcent leur compétence sur les droits humains et la façon de traiter ce sujet à l’antenne

L’ONG-Internews organise du lundi 29 novembre au vendredi 2 décembre 2016 à Bukavu un atelier de formation portant sur le journalisme et les droits de l’homme. L’objectif poursuivi est d’amener les journalistes des radios communautaires du Nord et du Sud Kivu, partenaires du PDSM (Programme de Développement du Secteur des Médias; sur financement d’USAID) à contribuer à l’émergence d’une prise en compte des droits humains dans leur communauté locale, notamment par un traitement sensible aux droits humains, par la vulgarisation et la sensibilisation. Pour Maitre Paul Nkuadio, expert juridique d’Internews, ces travaux devraient également aboutir à la création d’un réseau des journalistes spécialistes des droits de l’Homme qui permettra des échanges réguliers entre les journalistes et la réalisation d’actions de plaidoyer plus concertées avec les organisations de la société civile et les autorités pour promouvoir les droits de l’Homme en République Démocratique du Congo. Un reportage de Patrick Kahondwa, Radio ISDR de Bukavu.

 

Reportage de Radio ISDR

Télécharger ce fichier

Lire