lun. Déc 16th, 2019

Droits humains

Sud-Kivu : Le chef du village de Luvungi sensibilise les étrangers vivant dans cette partie du pays sur les conditions à remplir pour s’installer et travailler en RDC. ( Wendo JOES / Ongea )

Le chef du village de Luvungi, Monsieur MANENO KAHUKULA a profité de la libération des 8 burundais sans papiers arrêtés la semaine passée à Kamanyola pour sensibiliser sur les modalités d’installation et de travail en RDC pour les étrangers.
Wendo JOES nous en dit plus.

Equateur : Les prestataires de la lutte contre ebola ont brulé des pneus devant leur quartier général réclamant la paie de leurs primes ce lundi à Mbandaka. ( Peter GBIAKO / Radio Mwana )

Play

Colère et Mécontentement des prestataires de la riposte contre Ebola ce lundi 16 juillet 2018 à Mbandaka dans la province de l’Équateur. Un groupe de manifestants venu de Bikoro a brûlé des pneus devant le quartier général de lutte contre l’épidémie d’Ebola. Tous revendiquent la paie de prime de récompense auprès de la commission de lutte et du projet de développement du système de santé Pdss. Ils annoncent que leurs noms sont omis sur la liste de paie affichée à l’agence Soficom. Pour la majorité des prestataires de la ville de Mbandaka, Le blocage provient de doublons sur la liste après les contrôles administratifs et débordement des effectifs ayant dépassé 2 mille personnes. Le gouverneur de province Bobo Boloko Dieu-donné est descendu sur le lieu et demande que la solution soit trouvée dans 48 heures.

Sud-Kivu : Huit (8) citoyens burundais en situation irrégulière sur le sol congolais au niveau de cité de Kamanyola sont aux arrêts par les militaires FARDC. ( Wendo JOES & Hassan SHABANI / Ongea )

Play

Les services de sécurité congolais ont mis la main, ce mercredi 11 juillet sur huit (8) citoyens burundais en situation irrégulière sur le sol congolais au niveau de la cité de Kamanyola, près de la rivière de la Ruzizi.
Ils sont menacés d’extradition vers le Burundi par les services de Migration congolais.
Un reportage de Wendo JOES et de Hassan SHABANI.

Sud-Kivu : Dix (10) dossiers de candidature déjà déposés à la commission nationale pour les réfugiés pour le poste de Président du camp des réfugiés de Mulongwe et Lusenda. ( Yvette MUNEZERO et Hassan SHABANI / Ongea )

Play

C’est ce mardi 10 juillet à 15 h, qu’a expiré la date limite pour le dépôt des candidatures à différents postes de gestion des camps de Mulongwe et de Lusenda.
La CNR annonce avoir déjà réceptionné dix (10) candidatures pour le poste de Président du camp, sans compter les autres postes.
Yvette MUNEZERO et Hassan SHABANI.

Sud-Kivu :La NSCC/Uvira envisage d’autres actions après l’interdiction de la marche par l’Administrateur du territoire d’Uvira. ( Gaius SHABILEPA / Radio le Messager du peuple )

Play

La marche prévue par la nouvelle société civile Congolaise ce jeudi 05 juillet 2018 pour interpeller le gouvernement Congolais à s’impliquer pour trouver la solution à la crise sécuritaire de Bijombo n’a plus eu lieu à Uvira. Pour cause ; son interdiction par l’administrateur du Territoire d’Uvira.
Dans une correspondance adressée à la nouvelle société civile Congolaise ; Rachid KASANGALA évoque des raisons sécuritaires dans sa juridiction en général et dans la cité d’Uvira en particulier. En réaction, le Coordinateur de la nouvelle Société civile Congolaise d’Uvira déplore cette façon d’agir de l’autorité territoriale. Toutefois,
selon Claude MISARE, le Coordinateur de la NSCC ; ils ne baisseront pas les bras.
Il en parle ici au micro de Gaius SHABILEPA.

Sud-Kivu : Enregistrement biométrique des réfugiés burundais dans les camps de Lusenda et de Mulongwe, Le HCR donne une nouvelle chance aux réfugiés qui l’avaient raté au mois de décembre 2017. ( Aimable KAVUNJAPORI et Serge BISIMWA / Ongea )

Play

Le HCR vient d’accorder une chance aux réfugiés burundais qui n’avaient pas été inscrits biométriquement au mois de décembre 2017 passé.
Ces réfugiés se font déjà enregistrer depuis ce lundi 02 juillet dans les camps.
Au micro de Aimable KAVUNJAPORI, l’une des réfugiés donne les raisons et les conséquences d’avoir raté cet enregistrement.

Sud-Kivu : Début de distribution des vivres du mois de juin dans les camps des réfugiés burundais à Lusenda et à Mulongwe. ( Pascal NDAYISHIMIYE / Ongea )

Play

Le programme Alimentaire Mondial, PAM a commencé le samedi 23 juin, la distribution de la ration alimentaire du mois de juin dans les camps des réfugiés burundais de Lusenda et de Mulongwe.
Une distribution qui intervient 2 semaines après la date convenue.
Le Programme Alimentaire Mondial justifie ce retard par une procédure de vérification des cartes valides.

Beni : La SOFEPADI a organisé un cadre de concertation et plaidoyer en faveur des victimes de violences sexuelles, le jeudi à l’hôtel la Référence de BENI. ( Alphonse VIKONGO / Radio Muungano )

Play

La solidarité féminine pour la paix et le développement intégrale SOFEPADI en sigle, a organisé ce jeudi 21 juin à l’hôtel la Référence de BENI, un cadre de concertation et plaidoyer en faveur des victimes de violences sexuelles. Les acteurs de la justice, les autorités politico-administratives et membres de la société civile ont pris part à cette activité centrée sur la mise en oeuvre de l’exécution des jugements dans le dossier des violences. Maître Isabelle Namwezi de la SOFEPADI est au micro de Vikongo Alphonse.

Sud-Kivu : Le retard dans la distribution des vivres par les humanitaires dans les camps des réfugiés burundais de Lusenda et de Mulongwe, handicape les activités économiques dans la zone. ( Aimable KAVUNJAPORI / Ongea )

Play

A chaque retard dans la distribution des vivres par les humanitaires aux réfugiés burundais dans les camps de Lusenda et de Mulongwe, les activités économiques tournent au ralenti à l’intérieur comme à l’extérieur de ces camps. Les grands clients dans la zone étant des réfugiés burundais eux-mêmes.
Une autre conséquence, la hausse des prix des denrées alimentaires. Qu’il s’agisse du prix des haricots, du riz, d’huile ou farine.
Aimable KAVUNJAPORI pour le point.

Sud-Kivu : Les déplacés internes sont passés de 641 à 916 personnes en une semaine à Minembwe. ( Ghislain BAFUNYEMBAKA / Ongea )

Play

L’insécurité bat toujours son plein dans le groupement Bijombo en territoire d’Uvira.
Pour preuve, en une semaine, au poste d’encadrement administratif de Minembwe, les déplacés internes des conflits interethniques de Bijombo enregistrés ont grimpé de 641 à 916 personnes.
Ghislain BAFUNYEMBAKA, nous explique les raisons de ces déplacements.


Warning: sizeof(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/34/d614853752/htdocs/clickandbuilds/radiocongoshare/wp-content/plugins/wp-mystat/lib/mystat.class.php on line 1252