Dans le territoire d’Uvira, les autorités mettent en place des mécanismes pour combattre le banditisme urbain

La population d’Uvira appelle les autorités à trouver un moyen pour combattre le banditisme urbain. Ces actes de vandalisme se remarquent de plus en plus dans les endroits publics comme le marché du quartier Mulongwe, Kasenga et Kalimabenge, les écoles et autres terrain de football. Saisi de la situation, le commissaire de la police nationale congolaise confirme les faits. Wabenga Masumbuko affirme que les mesures de sécurité sont entrain de prise pour la sécurisation de personnes et de leur biens.

reportage de la radio le messager du peuple

Télécharger ce fichier

Lire

A l’Enseignement Primaire, Secondaire et Professionnel à Mbandaka, une campagne de sensiblisation et d’adhesion à la mutuelle de santé à l’Equateur

La mutuelle de santé de l’EPSP-Mbandaka sensibilise ses membres à l’adhesion de leur structure.  Selon cette mutuelle, adhérer procure plus d’avantages aux enseignants et à leur dépendants. Pour y arriver, chaque membre devra payer 15000 Fc au lieu de 100 dollars comme initialement annoncé. Ainsi chaque enseignant sera appelé à obtenir pour son enfant l’acte de naissance pour bénéficier des soins. D’après le secrétaire provincial du syndicat des Enseignants du Congo (SYECO), il est temps que leur structure adhère à la mutuelle. C’est une façon, ajoute-t-il, de soulager tant soit peu les professionnels de craie de la province.

Reportage de la radio Mwana

Télécharger ce fichier

Lire

Dans le territoire d’Uvira, les hippopotames font des victimes par dizaine chaque mois depuis le début de l’année 2016

Les hippopotames font déjà plus de 5 tués et des champs dévastés dans le territoire d’Uvira. selon monsieur, Moise Nyangala, président fédéral des pécheurs, ces hippopotames en divagation sur le littoral du lac Tanganyika, ne laissent rien passer sur leur passage alors qu’ils sont protégés par la législation de le République Démocratique du Congo. Depuis le début de l’année 2016, plus de 8 pécheurs ont déjà fait les frais et  plusieurs champs ont été dévastés. Ces informations ont été confirmées par des cultivateurs de la cité.  De son coté, monsieur Jimmy Shakalonge, chef de la cellule de conservation de la nature affirme que toutes les dispositions sont prises prises pour la sécurité des personnes et de leurs biens. Cependant, il appelle les pécheurs de ne pas s’approcher à des zones réservées aux hippopotames pour brouter l’herbe et s’abreuver.

 

Reportage de la radio le messager du peuple

Télécharger ce fichier

Lire

Mbandaka, le comité de crise sur la surveillance de l’épidémie de cholera annonce 8 morts et une quarantaine des cas grave dans la zone de santé de Wangata

Le comité de crise chargé de veiller sur la propagation de choléra dans la province de l’Equateur annonce 8 morts et plus de quarante cas dans un état critique dans la zone de santé de Wangata. Selon ce comité, toute la population de la province doit continuer à respecter scrupuleusement  les règles élémentaires d’hygiène. C’est notamment, se laver les mains au savon après chaque contact suspect, bien cuire les aliments avant de les manger. Parmi les zones de santé à haut risque, on cite Mbandaka, Irebu, Makanza, Bolenge, lukolela et les quartiers Air Congo, Okotala et Basoko. Constitué des experts de la santé publique, de la croix rouge et des partenaires dont l’Unicef, l’OMS et de MSF, le comité de crise a pour mission de mettre en place de mécanisme de lutte contre cette épidémie et de veiller à la non propagation de cholera.

reportage de la radio Mwana

Télécharger ce fichier

Lire

Dans la province de l’Equateur, l’épidémie de cholera touche 5 zones de santé et continue à tuer

La plate forme des organismes chargés de veiller sur l’expansion du choléra dans la province de l’Equateur confirme le décès de plus de 5 personnes à travers la province pour le seul mois de mai. En attendant les résultats des examens en cours à l’INRB-Kinshasa, la population est appelée par le représentant de cette structure, à observer strictement les règles élémentaires d’hygiène, notamment le lavage des mains à chaque contact avec la nourriture. Le territoire d’Irebu et le chef-lieu de province Mbandaka sont les zones les plus touchées.

Reportage de la radio Mwana

Télécharger ce fichier

Lire

Dans les environs du chef lieu de la province du Tanganyika, les pluies diluviennes ont jeté dans les rues hommes et biens matériels

Les pluies qui se sont abattues au mois de mai dernier dans la cité de Kahengele (Tanganyika) ont causé de nombreux dégâts humains et matériels. Selon le chef du groupement, plus de 40 maisons ont été emportées par les eaux de pluie et de nombreuses personnes disparues n’ont pas été retrouvées. Située à environs 15 kilomètre du chef-lieu de la province de Tanganyika, Kalémie, la cité de Kahengele fait face à une catastrophe jamais connue depuis son existence. C’est pourquoi le chef du groupement en appelle à l’autorité provinciale et aux hommes de bonne volonté de venir au secours à la population en détresse.

Reportage de la radio Kaoze

Télécharger ce fichier

Lire

A l’Université de Kalemie, Le professeur visiteur Camille Kamba se félicite de l’interactivité entre les étudiants et les enseignants

Le professeur visiteur de l’université de Kalemie, Camille Kamba, se félicite du nombre réduit d’étudiants dans un auditoire. Dans une interview accordée à la radio Kaoze à Kalemie, le professeur soutient que quand dans un auditoire le nombre d’étudiant est réduit, il est plus facile d’assurer une bonne formation et faire un bon suivi. D’après le professeur, les apprenants ne sont pas considérés comme de vases vides à  remplir mais plutôt des acteurs qui participent activement dans l’interactivité permettant à chacun de comprendre la matière et d’en faire une bonne assimilation. A la question de savoir pourquoi certains étudiants préfèrent les grandes villes pour leur formation, Camille Kamba estime que cela relevé d’un certain complexe. D’après lui, ce sont les mêmes professeurs qui enseignent partout. Ainsi, il en appelle aux uns et aux autres de se focaliser sur la formation assurée dans leurs milieux respectifs, car estime -t-il, on est mieux et on étudie mieux lorsque l’on est proche des siens.

Emission de la radio Kaoze

Télécharger ce fichier

Lire

A Mbandaka, le procureur de la République prévient: « personne ne doit se faire justice soi-même »

Le Procureur de la République à Mbandaka, monsieur Serge Mukungu interdit à la population de la province de l’Equateur de se faire justice. En effet, après avoir enregistré deux cas de personnes tuées par les jets de pierre et le supplice du collier par une population en colère, le procureur invite toute la population à amener aux instances compétente toute personne présumée coupable d’abus, exaction ou de vandalisme.  Selon Serge Mulungu, toute personne qui se fait justice ou qui tente de se venger, il est aussi coupable et sera traitée selon les prescrits de la loi car ajoute-t-il, nul n’a le droit de se faire justice quelle que soit l’acte dont il a été victime. Dans une interview accordée à la radio Mwana de Mbandaka, le procureur de la République à Mbandaka donne des précisions sur les cas et les sanctions prescrites par le législateur pour toute personne qui sera surpris en train de se faire justice soi-même.

 

Emission de la Radio Mwana

Télécharger ce fichier

Lire

Kasai oriental-RATEPROKA, la situation de la liberte de la presse passée au peigne fin par les journalistes et activistes des mouvements associatifs

Le réseau des Radios et Télévision de Proximité de la province du Kasaï Oriental (RATEPROKA) en partenariat avec la Fédération des Radios de Proximité do Congo (FRPC) ont procédé le 03 mai dernier à la production d’une émission pour faire état de lieu sur la liberté de la presse au Kasaï Oriental. Cette production a été rendue possible grâce au financement d’Internews-RDC. En compagnie de plusieurs personnalités du secteur des medias,  Il était également question de voir quelle attitude les professionnels des medias doivent adopter pour jouir pleinement de la liberté qu’offre la profession.  Des avis des uns et des autres, la liberté de la presse ne se manifeste pas seulement par la présence des medias ou de professionnels de medias mais également dans l’exercice de la profession. Au Kasai Oriental, la liberté de la presse s’exerce sur fond de beaucoup de pesanteurs, d’où cette liberté doit s’arracher. Plus d’informations, dans l’émission ci-dessous :

Panelistes :

  1. Clément  Chidibi, Chef de Division et de Medias
  2.  Guylain Banza, CSAC
  3.  Lambert Mbuyi, Omec
  4.  Rose Mbuyu Kanku, Société Civile
Lire

Dans l’ex-Katanga, le Remack en collaboration avec la FRPC reflechissent avec les acteurs de la profession sur la situation de la liberté de la presse à l’occasion de la journée du 03 mai

A l’occasion de la journée internationale de la liberté de la presse célébrée le 03 mai de chaque année, le Réseau des Medias Associatifs et Communautaires du Katanga,  REMACK en sigle,  a organisé une émission pour faire un état de lieu sur la liberté de la presse dans l’ex-province du Katanga. Plusieurs personnalités du monde de la presse ont pris part à l’émission. Cette émission a été produite grâce à l’appui financier d’Internews. Pour certains,  la situation de la presse dans l’ex-province de Katanga est relativement bonne. Ils appuient leur argumentaire sur le fait qu’aucun journaliste n’était en état d’arrestation fin avril 2016 et que les médias du Katanga diffusent des émissions et des débats à caractères politique: aucun journaliste ni intervenant n’a été inquiété. Pour les autres, la liberté de la presse ne se résume pas seulement par les arrestations mais plutôt quand le journaliste peut exercer sa profession avec indépendance d’esprit et en respectant les opinions des uns et des autres. Ces derniers ont fait valoir que des médias ont été fermés pour avoir fait intervenir des personnes ayant exprimé des opinions contraires à celles du gouvernement. Plus de détail, dans l’émission ci-dessous.

Panelistes :

  1. Jean Mukanya Ilunga, Chef de division de la communication
  2. Richard Kalumba, Coordonnateur CSAC/Ex-Katanga
  3. Joseph Mbiya, Société Civile
  4. Junior Ngandu, Journaliste à la radio Phénix-Université

Emission Radio Congo Share

Télécharger ce fichier

Lire