Kalemie : Les femmes journalistes et professionnels de médias lancent la sortie officielle de leur association dénommée « Union des Femmes des Médias du Tanganyika(Jacques Furhisha/Radio Kaoze)

L’Union des Femmes des Médias du Tanganyika, est une association sans but lucratif ayant pour objectif de promouvoir les femmes journalistes de la province du Tanganyika. Le comité de cette gente féminine , a été élu il ya trois mois dans une réunion tenue à la radio kaoze en présence de plusieurs personnalités dont les directeurs de certaines radios de kalemie. La sortie officielle de l’association de l’Union des femmes professionnels des Médias  doit avoir lieu selon une source proche de cette structure, ce samedi 16 décembre 2017 au cercle SNCC de kalemie.

Presse-café:  » Les 16 jours d’activisme de lutte contre les violences basées au Genre, Quels acquis?(Internews et Ucofem)

Lire

Pour sortir la masse de l’ignorance des lois et assurer une éducation sûre des femmes et des hommes, les acteurs de la lutte contre les violences basées sur le genre, au côté du gouvernement, se sont engagés, entre autres, à sensibiliser et vulgariser le nouveau Code de la famille tout au long de la campagne 2017. l’Objectif de ce Presse-café était celui de contribuer à la sensibilisation et la vulgarisation de la campagne de 16 jours d’activisme de lutte contre les violences faites à la femme. Mais non seulement  celui d’inculquer aux genres le bien fondé de la lutte contre les violences faites à la femme pendant cette période ;faire de la lutte contre les violences faites à la femme un combat de tous les jours ;impliquer la population dans cette lutte pour que sa réussite soit totale.

Panélistes:

  • Madame Esther KAMWANAI, Ministre du Genre , famille et enfants
  • Madame Clotilde KABEMBA, RAF
  • Madame Anna MAYIMONA, Directrice de l’UCOFEM 20 ans
  • Docteur Jule MWIMBI

Presse-café:  » Journée Internationale des droits de l’Homme 2017:  » Etats de lieux de la situation des droits humains en RDC »

Lire

Presse café Internews:  » Journée Internationale des droits de l’Homme 2017:  » Etats de lieux de la situation des droits humains en RDC » tel est a été le thème développée le vendredi 08 décembre 2017 au Centre des Ressources pour les Médias situé dans la commune de Gombe. Objectif poursuivi,
Le 10 décembre constitue une journée de sensibilisation et de mobilisation des élèves des écoles, collèges et lycées, pour les droits de l’Homme. L’éducation aux droits de l’Homme contribue de manière essentielle à prévenir à long terme les atteintes aux droits de l’Homme et à réaliser une société juste dans laquelle les droits de tous ont une valeur et sont respectés. L’éducation aux droits de l’homme est bien plus qu’un sujet de leçon ou que le thème d’une journée: c’est un processus qui vise à ce que chacun soit équipé pour vivre sa vie dans la sécurité et la dignité.

Qu’en est-il donc de la situation des droits l’homme en République Démocratique du Congo (RDC) ?
D’où l’objectif principal de ce presse-café était de faire un Etat de lieux de la situation des droits de l’Homme en RDC.

Panélistes:

  • Madame Sandra YOKA, Directrice des droits humains, ONG solidarité pour un monde meilleur;
  • Maître George KAPIAMBA, Président de l’ACAJ;
  • Monsieur Esaie KABWIT, Représentant du Ministre des droits Humains

Open Media Fund : L’intégration des jeunes et femmes pygmées dans la résolution des conflits Bantous pygmées (Jacques Furahisha/Radio Kaoze)

Ensemble pour la paix c’est sont des émissions réalisées dans le cadre du projet Open Media Fund, « intégrons les jeunes et les femmes de la communauté pygmées dans les débats démocratiques ». Ce projet regroupe vingts jeunes et femmes pygmées. Plusieurs années passées les peuples TWA, n’avait aucune opinion public  à exprimer mais c’est grâce au débat démocratique que les TWA ont retrouvé leur voie de s’exprimer en public au travers les médias  en guise d’aboutir à la résolution du conflit bantous pygmées. Ce projet a appris a développer  certaines idées et à travailler pour la pacification des conflits, aux bénéfices de ce projet suggère un intervenant  la sensibilisation open média dans le cadre de sa communauté. Rappelons que ce projet est financé par Internews-RDC

 

Open Média Fund : L’apport des jeunes et femmes pygmées au développement de la province de Tanganyika. (Jacques Furahisha/Radio Kaoze)

Ensemble pour la paix c’est sont des émissions réalisées dans le cadre du projet open média Fund, « intégrons les jeunes et les femmes de la communauté pygmée dans les débats démocratiques ». Dans cette émission il s’agit de l’apport de jeunes et femmes pygmées dans le développement de la province du Tanganyika. Trois intervenanats  font l’objet de cette émission dont deux femmes et un homme.
La question principale qui se pose dans ce débat est  celle de savoir de quelle manière la jeunesse et les femmes pygmées  peuvent-ils développer la province de Tanganyika?
la jeunesse de Tanagnyika décide s’impliquer au développement de la province avec leur potentiel, leurs ressources intellectuel et tant avec  leur contribution physique. A l’implication de la jeunesse pygmées celà s’ajoute une demande à la main forte du soutien gouvernemental. A certains jeunes se disent de n’est pas à mesure de s’impliquer à la contribution du développement de la province de Tanganyika à cause de leur niveau d’étude très bas.  Pour KAKUJDJI KATOHA, les batwas ne peuvent jamais contribuer au développement car ils sont loin des centres ville ; contredit par ces codébitrices qui pensent que tout le monde peut apporter ses idées pour le développement de la nouvelle province du Tanganyika. Concernant l’entendement des femmes pygmées, elles n’ont pas croisé les bras mais plutôt leur apport se base plus sur l’agriculture et aux petits commerce au développement de la province de Tanganyika. Cette émission est financé par Internews-RDC et présentée par FURAHISHA MAKANGILA JACQUES

Kalemie : Le Ministre provincial du genre famille et enfants visite les victimes des violences conflits bantous pygmées dans la province de Tanganyika (Jacques Furahisha/Radio kaoze)

Lire

Madame Virginie NKULU LEMBA , Ministre provincial  du genre famille et enfants a visité ce jeudi 30 novembre 2017 à l’hôpital général de référence dans le territoire  de kalemie dans la province du Tanganyika les victimes des violences entre bantous et pygmées. Les femmes victimes des violences bénéficient d’un encadrement et une formation de l’association  d’APF dont plusieurs d’entre elles proviennent du territoire de kabalo, Moba et Kalemie. Le ministre de genre famille et enfants sur son passage porte les messages de paix et d’encourages aux victimes des violences . Signalons que les femmes victimes des violences ont reçu chacune d’elles un présent de la part de Madame Virginie NKULU LEMBA, les femmes ont considérées cela comme un acte de générosité.

 

 

 

Café-Presse : Parité et Loi Electorale: un état des lieux (AFEM-SK/Internews)

Lire

Il existe des contradictions entre la loi sur la Parité votée en 2015 et l’actuelle loi électorale. L’actuelle loi électorale semble constituer un recul. Que peuvent faire les femmes au niveau de la province et au niveau national, notamment pour que la prochaine révision de la loi permettent une meilleure intégration des femmes candidates et au delà dans les organes de décision et de contrôle des décisions publiques.

L’Association des Femmes de Médias du Sud Kivu et Internews ont organisé à Bukavu ce 30 novembre 2017 au Centre de Ressources et de Formation des Médias un débat sur cette question: 5 panelistes et 50 participants ont échangé leur idées et propositions.

Panelistes:

  • Solange Lusiku, vice présidente Union Nationale de la Presse Congolaise (UNPC) Solange Lwashige, porte parole du Mouvement Rien Sans les Femmes
  • Muhindo Shedadi, directeur de cabinet du questeur de l’Assemblée provinciale du Sud Kivu
  • Agnès Sadiki, directrice de cabinet, Ministère provincial du Genre
  • Aimée Matabaro, coordonnatrice provinciale du Cadre Permanent de Concertation de la Femme Congolaise (CAFCO)
  • Gaudens Maheshe, secrétaire exécutif, Commission Elecotorale Nationale Indépendante (CENI) – Sud Kivu

 

Café Presse à Kavumu (Sud Kivu)- procès de Kavumu : violences sexuelles contre des mineures de 8 mois à 12 ans (AFEM-SK/Internews)

Lire

« Je suis ravie de voir que vous nous invitez aujourd’hui pour parler. Mais je me pose des questions. Depuis que le temps que nous connaissons des affres et des tueries dans ces lieux, ou étiez vous? », une participante dans la tribune populaire sur le procès de Kavumu, organisée par Freedom House, Carter Center, American Bar Association avec la collaboration de l’AFEM-SK et Internews.

De 2013 à 2016, au moins 46 jeunes filles (dont les cas ont été documentés) ont été violées à Kavumu, dans le district de Kalehe, 40 km au Nord-ouest de Bukavu. L’année dernière, les autorités congolaises ont arreté un député provincial, Frédéric Batumike, député provincial, et 17 membres de sa milice, l’Armée de Jésus. Tous comparaissent dans une cour militaire depuis le 9 novembre 2017.

L’Association des Femmes de Médias du Sud Kivu (AFEM-SK) a recueilli des témoignages de citoyens de Kavumu qui donnent leur témoignages des actions entreprises et leurs inquiétudes. Solange Lisuku (éditrice du journal Le Souverain), membre de l’AFEM, a expliqué quel pouvait être le rôle de l’information dans la lutte contre les violences sexuelles et celui des médias. Elle a notamment expliqué les différences avec l’information disponible sur les réseaux sociaux, décriées par les participants à propos des rumeurs et fausses informations diffusés qui ont fait du crédibilité de l’enquête et à la réputation de jeunes filles et d’hommes innocents, et le travail des journalistes. Elle a notamment reconnu que les journalistes devaient absolument travailler à rectifier les rumeurs qui naissant sur le terrain mais aussi sur les réseaux sociaux.

photo: Trial International

Les citoyens, citoyennes, militantes des droits des femmes et leaders traditionnels ont demandé notamment au Procureur et aux autorités locales les modalités de procédures, mais aussi exprimé leurs craintes pour la protection des témoins au cours du procès. Les participants et certains chefs traditionnels ont également insisté que les actions de plaidoyer et de sensibilisation, menée à l’occasion de ces procès, incluent la question des violences domestiques.

Les autorités locales ont pris l’engagement de dénoncer directement aux institutions publiques compétentes (police, justice, gouvernement provincial) les cas de violences sexuelles et de travailler, avec les organisations de la société civile, à la mobilisation constante des services de l’Etat et services provinciaux pour la question des violences sexuelles restent à l’agenda de l’action de l’Etat et du gouvernement provincial.

 

Télécharger ce fichier

Journée Internationale pour l’Elimination des violences contre les femmes: les actions et inquiétudes des citoyens et citoyennes de Kavumu (Sud Kivu), lieu d’un procès exemplaire pour viols sur mineures

Lire

25 Novembre – Journée Internationale pour l’Elimination des violences contre les femmes, le procès de Kavumu pour viols sur mineures devant la Cour militaire a commencé depuis le 9 novembre.

De 2013 à 2016, au moins 46 jeunes filles (dont les cas ont été documentés) ont été violées à Kavumu, dans le district de Kalehe, 40 km au Nord-ouest de Bukavu. L’année dernière, les autorités congolaises ont arreté un député provincial, Frédéric Batumike, député provincial, et 17 membres de sa milice, l’Armée de Jésus.

L’Association des Femmes de Médias du Sud Kivu (AFEM-SK) a recueilli des témoignages de citoyens de Kavumu qui donnent leur témoignages des actions entreprises et leurs inquiétudes.

Télécharger ce fichier