Droits Humains: Plus de 27 journalistes et défenseurs des droits de l’homme ont participé à un atelier de formation ce 26 et 27 septembre à Kinshasa. (olivier TUZOLANA)

Dans le cadre de la mise en oeuvre de son projet « Supporting Democratic Processes in the DRC through Balanced and Inclusive Media » (SDPM), Internews a organisé un atelier de formation avec comme thème: « les droits de l’Homme et les élections. Quid de la participation politique de la femme ? ».  Les journalistes et défenseurs des droits de l’homme ont échangé sur les différentes questions qui se rapportent aux droits de l’Homme, sur les violations récurrentes des droits de l’Homme de manière générale et ceux qui touchent la femme en particulier.

En tout,  deux sous-thèmes exploités:  « Les droits de l’homme et les droits à la participation de la femme », développé par Maître Bopaul MUPENDA, chargé des programmes de l’ACAJ; et
« Les mécanismes internationaux de protection des droits de la femme »  par Maître Paul NKUADIO, Expert en droit des médias d’Internews et Patrick TSHIBUYI, chargé de communication de la cour pénale internationale en RDC.

Après ces échanges, les journalistes effectueront des descentes sur terrain afin de réaliser 20 reportages sur des thématiques bien précises sous la supervision de Léa OTSHUDI, Journaliste-Formatrice. Cet exercice vise non seulement à concilier la théorie à la pratique mais aussi à les outiller sur les techniques d’enquête et d’interview dans la recherche, la collecte et le traitement de l’information qui se rapporte sur les droits de l’Homme.

Le projet « Supporting Democratic Processes in the DRC through Balanced and Inclusive Media » (SDPM) entend soutenir les processus démocratiques pacifiques en augmentant la participation civique informée en RDC.

RDC : A Masosi, les femmes disent avoir des idées pour éradiquer l’insécurité à Beni.

PlayPlay

Elles les ont exprimé lors d’une série d’émissions SAUTI YA WANAWAKE, organisée par la radio Moto Oicha dans le quartier de Masosi à Beni au Nord-Kivu, sur la persistance de l’insécurité et les difficultés que rencontrent les femmes rurales en territoire de Beni. Dans ces émissions, Elles demandent aux autorités à tous les niveaux de tenir compte des propositions des femmes lors de la prise de décisions.

« ][/audio]

RDC : Le service de genre, famille et enfant de Beni, dénonce les violences faites aux femmes et aux jeunes filles.

Play

Madame Bernadette MBAMULYAKOKI cheffe du service de Genre, famille et enfant en territoire de Beni dénonce les violences basées sur le genre dont sont victimes plusieurs femmes dans les ménages et dans la société. Dans cette émission enregistrée avec la radio Moto Oicha, elle regrette que nombreuses femmes soient privées de leurs droits. Ainsi elle exhorte les femmes à dénoncer ces actes ignobles dont elles sont victimes.

Elections-Beni : Pourquoi aucune femme n’a été élue députée lors du scrutin du 31 Mars 2019?

Play

Beaucoup des femmes d’Oicha dans la ville de Beni pensent que ce résultat est la preuve tangible que les femmes ne s’aiment pas entre elles et aussi se sous-estiment. D’autres par contre font croire que ces sont les hommes qui interfèrent à chaque fois dans les actions des femmes qui seraient à la base de cet échec des femmes aux récentes élections dans leur région. Autant d’hypothèses qui ont émaillé au court de l’émission-débat Sauti ya wanawake de la Radio Oicha Moto que vous pouvez suivre dans le podcast ci-joint.

Politique : Plusieurs femmes à Beni se sont dialoguées autour de leur l’avenir politique.

Play

Les femmes qui adhèrent dans des partis politiques à Oicha disent être motivées, par le désir d’être dans l’avenir des dirigeantes du pays pour qu’enfin leur rêve, celui de la parité 50-50. C’est ainsi qu’elles accèdent aux partis politiques, d’où elles doivent apprendre à diriger dans des postes de prise de décision. C’est à travers le plateau de l’émission spéciale aux femmes « Sauti ya Wanawuke » enregistrée dans la radio Oicha Moto qu’elles l’ont fait savoir.

Politique : Les femmes du Sud-Kivu dénoncent leur exclusion totale dans la gestion de la chose publique dans leur province.

Play

C’est à Pakanza dans la commune d’Oicha dans la ville de Beni qu’elles se sont réunies pour accorder leur voix à l’émission « SAUTI-YA-WANAWAKE » de la radio Oicha Moto. Dans leurs mécontentement, elles se disent ne pas être impliquées dans la gestion de la chose publique depuis le défilement des gouvernements provinciaux dans leur région. Elles en appellent aux nouveaux dirigeants d’en être redevable vis-à-vis de la population. Leurs analyses sont à découvrir dans cette émission.

RDC : Intégration de la femme dans la gestion des affaires coutumières, une discrimination de longue date au Sud-Kivu.

Play

Les femmes Babembe dans le territoire de Fizi dans la province du Sud-Kivu disent être discriminées par leurs coutumes qui ne leurs donnent pas accès à la direction de leurs entités coutumières. Selon elles, depuis plusieurs années tous les chefs des groupements et de villages ne sont que des hommes. Ces femmes se sont ainsi exprimées lors du débat public tenu à Swima à Fizi sur la participation de la femme dans la gestion des entités coutumières, organisé par la Radio le Messager du Peuple avec l’appui de l’organisation internationale Internews à l’intention des femmes leadeuses et gardiennes de coutume Babembe. Suivez ci-dessous l’intégralité de ce débat en swahili animé par Joséphine MUNGUBI de la Radio le Messager du Peuple.

Sud-Kivu :Bavira a abrité plusieurs débats publics organisés avec l’appuis d’Internews-RDC, autour de la participation de la femme dans la gestion des entités coutumières.

Play

A Bavira dans la ville d’Uvira au Sud Kivu, dans toutes les communautés, aucune femme ne peut prétendre occuper un poste de direction coutumière. Ces précisions émanent des gardiens de coutume Bavira lors des débats publics initiés par la Radio le Messager du peuple avec l’appui de l’organisation Internews sur la participation de la femme dans la gestion des entités coutumière chez les Bavira qui se sont tenus à Kabindula chef-lieu de la chefferie de Bavira dans la province du Sud-Kivu. Découvrez les avis des uns et des opinions des autres sur cette problématique à travers ces débats public en swahili animé par Joséphine MUNGUBI de la Radio le Messager du Peuple.





Sud-Kivu : Des filles de Kiringye crient au piétinement de leurs droits dans la ville d’Uvira.

Play

Dans cette partie de l’Est de la République Démocratique du Congo, des filles sont prisent comme objet de plaisir. Plusieurs d’entre elles tombent régulièrement enceintes de grossesses sans Père et voient leur vie se détériorer dès le bas age. Parmi des causes majeures, on cite: Des nombreux cas de divorces qui s’y opèrent, manque d’emplois des jeunes et vieux, et la coutume. Clovis Kamoni approfondi ce sujet dans cet émission en swahili.

RDC : Déjà victimes des mariages précoces, des filles avec des grosses non désirées en danger au Sud-Kivu.

Play

Avoir des grossesses non désirées met en danger la vie des jeunes filles de Sange et Luberizi à l’Est de la RDC. Les habitants, la société civile et les autorités de l’Etat confirment cette réalité et nous précise que ces habitudes  sont amplifiés par le chômage depuis que le projet de la Ruzizi a fermé ses portes à Sange et Luberizi. Nous vous proposons de suivre ce magazine produit par Eric NGABO de la Radio le Messager du peuple.