Presse café : « Les stratégies pour faire élire une femme au poste de gouverneur du Sud-Kivu » (Internews/UNPC)

La problématique sur la sous représentation des femmes dans les organes de décision continue à alimenter les débats. C’est le cas dans ce presse café organisé le mercredi 02 aout 2017 à Bukavu. En effet, après l’annonce de la CENI de l’organisation des élections de gouverneurs et leurs adjoint dans 11 provinces de la République Démocratique du Congo, le secrétariat exécutif de la CENI Sud-Kivu confirme le dépôt de 9 candidats en course mais aucune femme. D’où la pertinence de la thématique : « Quelle stratégie pour faire élire une femme au poste de gouverneur du Sud-Kivu ? »

Télécharger ce fichier

Panélistes :

  1. Espérance Mawazo, Membre de l’Observatoire de la parité
  2. Rigobert Kabamba, Professeur à l’Université Officielle de Bukavu (UOB)
  3. Solange Lwashiga, Membres du Caucus des femmes pour la paix au Sud-Kivu
Lire

Kalemie : L’assemblée provinciale du Tanganyika dans une tempête qui risque de provoquer un séisme entre les honorables députés et le bureau de leur institution (Josaphat Marquis Lutumba/Ucofem)

C’est depuis le mois de mars 2017 que la division a éclaté au grand jour au sein de l’assemblée de la province de Tanganyika. Dans ce magazine, le journaliste membre de l’Ucofem, josaphat Marquis Lutumba a suivi les uns et les autres, ainsi elle note que le climat malsain a quitté le seuil du siège de l’assemblée provinciale au point de hanter les conversations de parlementaires débout dans la rue. La population de Kalemie trouve dans ce conflit non seulement la me-gestion mais également le conflit de leadership.

Télécharger ce fichier

Lire

Kalemie : Sensibilisation sur les moyens de prévention contre les IST et VIH/SIDA par le réseau des ONG actifs des jeunes en age juvénile (Josaphat Marquis Lutumba/Ucofem)

Les Infections Sexuellement Transmissibles (IST) et les VIH/SIDA sont autant des fléaux qui rongent la ville de Kalemie. Depuis 2010, les personnes infectées étaient en nombres croissant mais vers les années 2015, plusieurs mouvements associatifs se sont coalisés pour sensibiliser, décourager les personnel de sexe sur le danger qu’il y a à s’adonner aux activités sexuelles avec des partenaires multiples. Dans ce magazine produit par  Josaphat Lutumba membre de l’Ucofel-Kalemie, le journaliste a fait intervenir plusieurs acteurs des ONG locales pour leur apport dals les efforts de lutte contre ces maladies. Ainsi, selon la coordonnatrice du réseau des femmes de Tanganyika madame Albertine Kungwa, le travail de sensibilisation doit être soutenu par tous les partenaires intervenants dans le secteurs de la santé. Dans

Télécharger ce fichier

Presse café à Bukavu : « Le media en tant que composante de la société civile » (Ucofem et Internews)

La problématique sur l’appartenance de médias parmi les composantes de la société civile fait couler encre et salive surtout par rapport au rôle que joue et que le média est censé jouer au sein de la communauté. Cette question a réuni le samedi 08 juillet 2017, un certain nombre des panélistes.  Si pour les uns la société civile actuelle se confond parfois et se mêlent à la politique mais pour d’autres, la radio étant régie par les mèmes lois réglementant les mouvements associatifs dont la société civile. Mais au delà des considérations d’ordre légal et légaliste, La radio accompagne à sa manière   la communauté pour son développement. Ce qui est le cas aussi de la société civile dans la sensibilisation et les actions de développement.

Télécharger ce fichier

 

 

Panélistes :

  1. Douce Namwezi, chargée des Programmes à mama radio
  2. Solange Lusiku, UNPC-Sud-Kivu
  3. Didas Kaningini, Société Civile/Sud-Kivu
  4. Patient Bashombe, Société Civile/Sud-Kivu

 

Lire

Bukavu : Presse café : « Insécurité, rôle des médias dans la lutte contre le phénomène Kidnapping au Sud-Kivu » (Internews-RDC)

Voilà une année maintenant qu’au Sud-Kivu,  des habitants de la ville de Bukavu et des territoires environnants, refont face  au phénomène « Kidnapping » avec demande de rançon.  Les statistiques de la police font état pour ces trois derniers mois, avril, mai et juin 2017,  de 5 cas de kidnappings à Bukavu.  Ces cas sont les seuls dont les familles des victimes ont saisi officiellement la police, d’autres étant méconnus des agents de l’ordre. Quoique, la Police estime qu’il n’y a pas, à date, de réseau organisé des kidnappeurs, mais juste  des jeunes gens isolés qui cherchent par cette voie à gagner de l’argent, les médias du Sud-Kivu eux, veulent sans attendre sensibiliser la population contre ce phénomène. Selon l’Union nationale de la presse du Congo/Sud-Kivu (UNPC), les médias doivent à tout prix chercher des voies et moyens pour étouffer cette pratique,  qui du reste peut prendre de l’ampleur. C’est ainsi que le 22 juin 2017 en  collaboration avec Internews en RDC, la « synergie des médias du Sud-Kivu contre les kidnappings » a organisé un café presse, afin d’amener les journalistes, les organisations de la société civile et les autorités de l’ordre à réfléchir sur comment décourager ce phénomène sous toutes ses formes. Ce café, dont est issu ce magazine a été financé par l’USAID avec des fonds complémentaires de la Coopération Suisse.

Télécharger ce fichier

Panélistes :

  1. Charles BALOLEKWA, Commissaire provincial principal en charge de la police judiciaire,
  2. Claver BASEME, représentant le ministère provincial de l’intérieur,
  3. Justin BAHIBARWA, Délégué du Bureau de Coordination de la Société civile du Sud-Kivu et Défenseur des droits humains, Coordonnateur de l’Association SOS IJM.
  4. Justin KYANGA,  Directeur de la Radiotélévision Ngoma ya Kivu (RTNK) et délégué de l’Union Nationale de la Presse du Congo à ce panel.
Lire

Presse café : « Etat de lieu de l’application de l’accord du 31 décembre » (VoxCongo et Internews)

6 mois après la signature de l’accord dit du 31 décembre, il était important de faire une évaluation sur sa mise en application. Cette évaluation à mi parcours se justifie d’autant plus que c’est cet accord qui officialise la gestion consensuelle de l’exécutif entre le pouvoir, l’opposition et la société civile, il fixe notamment la tenue des élections présidentielles législatives et provinciales au plus tard le 31 décembre 2017 et institutionnalise le Conseil National de Suivi de l’Accord (CENSA) comme institution d’appui à la démocratie et actes des mesures de décrispation politique. C’est pour éclairer la lanterne de l’opinion sur cette problématique que VoxCongo et Internews ont mis autour d’une table, les signataires de cet accord.

Télécharger ce fichier

Panélistes :

  1. François Nzekuye, majorité présidentielle
  2. Odette Banbadowa, Opposition politique
  3. Gérard Bisamu, CENCO
  4. Beau Paul Mupenda, Société civile
Lire

Presse café : L’impact de la crise politique sur l’économie des provinces de l’ex-Katanga (Remack et Internews-RDC)

La crise politique frappe en plein cœur l’économie des provinces de l’ex-Katanga. Cette crise politique nationale a eu une résonance particulière dans cette zone considérée comme le poumon économique de la RDC. Elle se manifeste notamment par la réduction de l’activité économique, la hausse des prix des biens de première nécessité, des problèmes à la douane, etc. Ce café presse veut éclairer sur le seul cadre légale qui régit les institutions politiques de la RDC en cette année charnière.

Télécharger ce fichier

Panélistes :

  1. FREDDY DIKUZOLA : Diplômé en Communication Politique, Cheurcheur en Communication et Analyste Politique
  2. FLOREND MUSHA : Economiste et Président de l’Association des Economiste
  3. JEAN LUC KAYOKO : Société Civile, Team Leader Dynamique Communautaire et Décentralisation
Lire

Kananga : Exposition à la place de l’indépendance des armes arrachées par les FARDC aux miliciens Kamwina Nsapu dont les lances roquettes, AK47, véhicules et motos (Bernard Padikuba/RTCE)

Exposition des matériels militaires saisis par les forces armées de la République Démocratiques du Congo-Kananga du secteur opérationnel dans la traque des miliciens du chef KAMUINA NSAPU. Éparpillés  dans plusieurs coins de la province, certains miliciens Kamwina Nsapu ont abandonné le matériel dont ils se servaient pour  combattre les forces loyalistes. Dans leur fuite, ils ont abandonné armes et munitions de guerre dont les lances roquettes, AK47 et véhicules comme des motos.  Ces armes de guerre ont été exposé le jeudi 08 juin 2017 à la place de l’indépendance du grand Kasaï. La cérémonie a eu lieu devant le vice gouverneur de la province Justin Milonga.

Reportage de la radio RTCE

Télécharger ce fichier

Lire

Presse café : « Comprendre la Fièvre hémorragique à virus EBOLA et les efforts de lutte contre ce fléau dans les provinces de la Tshopo et du Bas Uélé  » (Remapco et Internews)

En raison de l’épidémie de la maladie à  virus Ebola déclarée dans la province de Bas-Uélé en début de ce mois de mai, le REMACPO et Internews en RDC ont organisé ce 30 mai 2017 en toute urgence un café presse à Kisangani, chef-lieu de la province de la Tshopo. Thème retenu : « Comprendre la Fièvre hémorragique à virus EBOLA et les efforts de lutte contre ce fléau dans les provinces de la Tshopo et du Bas Uélé ».
Le chef de la division provinciale de la santé, deux délégués de l’UNICEF et un délégué du bureau de la société civile de la Tshopo, ont ainsi échangé et partagé des informations sur ce virus avec une cinquantaine de journalistes. L’objectif était d’amener les professionnels des medias et les prestataires du domaine médical ainsi que des acteurs de la société civile à réfléchir sur des actions qui peuvent activement contribuer à la lutte effective contre cette fièvre hémorragique à virus Ebola. Lors de cette activité, la première du genre depuis l’apparition du virus Ebola au Bas-Uélé, les journalistes notamment ont promis de s’impliquer activement et d’intensifier  des messages de prévention dans les médias. La province de la Tshopo est la plaque tournante de toutes les actions de riposte de l’épidémie en faveur de la province voisine, le Bas-Uéle, une province à accès difficile dans les zones touchées et où les infrastructures routières laissent à désirer.

Panélistes:

  1. Docteur Adelard Lufungola de la division provinciale de la santé,
  2. Hervé Mwamba chargé de communication de l’Unicef,
  3. Mr François Lemba de la société civile Tshopo,
  4. Mme Ghislaine Itama coordonnatrice du Remapco
Lire

Presse café : « La problématique de l’exercice de la liberté de presse et le droit du public à l’information dans une zone de conflit armé et sanglant : Rôle des medias et autorités locales  » (Internews et Rateproka)

« La problématique de l’exercice de la liberté de presse et le droit du public à l’information dans une zone de conflit armé et sanglant ; rôle des médias et autorités locales », est le thème du café presse  qui s’est tenu le 12 mai à Mbujimayi.  L’activité a été organisée par le Réseau des Radios Associatives et Télévision de Proximité du Kasaï- Oriental (RATEPROKA) en partenariat avec  INTERNEWS en RDC.
Ce Café de presse avait pour but de sensibiliser les autorités locales sur leurs rôles et responsabilités concernant le droit du public à l’information et la liberté de la presse d’une part et, d’autre part amener les médias à la prise de conscience et au professionnalisme dans la gestion des informations.
Ce café presse s’est tenu dans un contexte  marqué par plusieurs atteintes au droit des journalistes du Kasaï Oriental d’informer la population sur la profonde crise politique et sécuritaire qui  secoue cette province. Le gouverneur de cette province Alphonse Ngoy Kasanji, a notamment ordonné la suspension des émissions de débats politiques et la diffusion des informations sur le phénomène KAMUINA NSAPU au Kasaï Oriental. 65 personnes dont des journalistes, membres des organisations de la société civile et des autorités locales ont pris part à ce café de presse.

Emission animée par  Emmanuel Kalonji de la Rtf/Mbj

 

Panélistes :
1.      Baba Isaac KALONJI, Journaliste indépendant et Doyen dans la profession
2.      Isaac Lambert MBUYI KANA, Coordonnateur de l’OMEC ;
3.      Guylain BANZA, Coordonnateur Provincial du CSAC ;
4.      Clément CIDIBI, Chef de Division Provinciale de Communication et Médias

Lire