Café presse : Surmonter les inégalités hommes-femmes pendant la campagne électorale, thème de café presse organisé par CORACON à Goma.

Le CORACON, Collectif des Radios Communautaires du Nord-Kivu a organisé un café presse dans le cadre du projet Congo News d’Internews RDC  le 20 novembre 2018 à Goma dans le Nord-Kivu. A l’instar d’autres provinces où la même activité avait eu lieu, le thème exploité était : « Comment les femmes candidates peuvent-elles parvenir à surmonter les inégalités hommes-femmes pendant la campagne électorale ? »

Suivez ces 2 magazines produits à l’issue de ladite activité.

Café presse : Le Remack en partenariat avec VoxCongo a organisé le café presse à Lubumbashi. (Gilbert KYUNGU / REMACK)

Lire

Organisé à Lubumbashi ce mercredi 21 novembre 2018 par VOXCONGO avec l’appui d’INTERNEWS et ce, en collaboration avec le REMACK, Réseau des Médias Associatifs et Communautaires du Katanga, cette activité a été animée par 4 panélistes à savoir: le Professeur NGOIE KIMPULWA, Docteur en sciences politique, Clotilde MUTIA, Femme leader et Représentante des femmes candidates toutes tendances confondues, Jeff MBIYA Team leader de la Commission Média au cadre de concertation de la Société civile du Haut-Katanga, et l’Expert en communication, Fidèle BWIRONDE.
« Comment les femmes candidates peuvent-elles parvenir à surmonter les inégalités hommes-femmes pendant la campagne électorale ? », voilà le thème qui a été au centre des échanges nourris des acclamations. Des pistes des solutions ont été proposées particulièrement aux femmes candidates venues pour affiner leurs stratégies de campagne électorale. Pour le Prof. Ngoie, la femme doit : Croire en soi-même, Être manager, Adapter son discours aux attentes de l’électorat, Bien sélectionner les termes de son discours en évitant d’être démagogue, … Même si les inégalités sont perceptibles et réelles dans tous les partis politique de la RDC où l’on donne pour la campagne plus des fonds aux hommes candidats plutôt qu’aux femmes Madame Clotilde a encouragé toutes les candidates à être déterminées pour se battre et gagner. Car un travail de fond a déjà été fait dans la population. Pour Jeff MBIYA, les candidates peuvent plus compter sur les médias communautaires pour véhiculer leurs messages. Et Fidèle a rassuré d’un accompagnement particulier en faveur des candidates qui en auront besoin. C’est par des acclamations que s’est clôturé le café de presse suivi d’un cocktail.

Beni : Les habitants de Beni déplorent la tracasserie administrative qui précède l’obtention des duplicata des cartes d’électeurs. ( Florence MAKALIKALI / Radio Moto Oicha )

Lire

Certains habitants du territoire de Beni ayant déjà perdu leurs cartes d’électeurs ont répondu présent à l’appel de la CENI demandant à chacun de passer à l’antenne territoriale pour se procurer son duplicata. L’opération de livraison est en cours d’exécution mais les demandeurs de duplicata affirment avoir déboursé de l’argent à la police et à la commune pour obtenir les procès verbaux de perte de pièces, unique document exigé pour obtenir son duplicata.
Florence Makalikali nous en parle depuis Oicha dans le territoire de Beni

Nord-Kivu : Le chef d’antenne de la CENI/BENI s’inquiète du rythme de retrait des formulaires des candidatures pour les législatives provinciales. ( Alphonse VIKONGO / Radio Muungano )

Lire

A moins trois jours de fin de dépôt des candidatures pour les législatives provinciales, le chef d’antenne de la CENI ville de BENI s’inquiète de la lenteur qui s’observe dans le retrait des formulaires par les prétendants candidats. Pour Deogratias Mbayahi; ils sont à compter au bout du doigt les partis qui sont déjà passés à son office.

Sud-Kivu: La classe politique du territoire d’Uvira réagit à la publication de la liste des partis et regroupements politiques. (Jacques FURAHISHA/Radio le Messager du peuple)

Lire

6 jours après la publication de la liste de partis et regroupement politiques reconnus en RDC, la classe politique dans le territoire d’Uvira l’interprète de différentes manières. Certains parlent d’acharnement politique, d’autres soulèvent le manque de légitimité de certains partis politiques. Les détails dans ce reportage de Jacques Furahisha depuis Uvira.

Equateur: La commission diocésaine justice et paix a organisé une tribune d’expression populaire le Mercredi 18 avril 2018 à Mbandaka. (Peter Gbiako/Radio Mwana)

Lire

La commission diocésaine justice et paix a organisé une tribune d’expression populaire le Mercredi 18 avril 2018 au cercle paroissial Bakusu de Mbandaka.

Axée sur le thème : la situation politique et sécuritaire de l’heure présage t- elle des élections crédibles et apaisées en décembre 2018 ?

Y ont pris part, les acteurs de la société civile, les acteurs politiques, les jeunes du mouvement Lucha, les peuples autochtones, les femmes déléguées des associations féminines et les cadres de services de sécurité.

L’objectif de cette sensibilisation avec Peter Gbiako de la Radio Mwana de Mbandaka.

Tanganyika: Arrivée du premier lot des machines à voter ce vendredi dans la ville de KALEMIE. (Jacques Furahisha/Radio Kaoze)

Lire

Le premier lot des machines à voter est arrivé vendredi 6 avril 2018 à Kalemie dans la province du Tanganyika. Six kits, en raison d’un par territoire de la province.

Ces machines vont servir à la formation et à la sensibilisation, indique le secrétaire exécutif provincial de la CENI/Tanganyika, Stéphane Moma Kabondo. « On a amené donc 6 kits de machines à voter pour 6 territoires du Tanganyika. Ce premier lot pourra servir pour la sensibilisation, afin que les gens s’imprègnent donc de la procédure même du début à la fin. A partir de l’installation de la machine, de la préparation des cartes, de l’ouverture et de clôture des activités électorales, les fiches des résultats, … D’ici la fin du mois d’avril, nous devons avoir le grand lot », promet M. Moma.

La CENI/Tanganyika a procédé le même jour, à la première série de formation sur l’utilisation et fonctionnement de la machine à voter qui
devrait être utilisée lors des prochaines élections.

Nord-Kivu: La société civile de LUBERO demande au gouvernement de la RDC d’éradiquer les groupes armés dans ce territoire (Alphonse Vikongo/Radio Muungano)

Lire

La société civile de LUBERO demande au gouvernement de la RDC d’éradiquer les groupes armés dans ce territoire. Sans minimiser les efforts des FARDC sur place, cette structure indique que l’axe KASUGHO-KAGHERI-BUNYATENGE et l’axe KIVALE-KIGHALE-KILAU ; la présence et l’activisme des miliciens MAI MAI s’y font remarquées. Pire encore,  ces inciviques y ont déjà institués des impôts et taxes insupportables par certains compatriotes qui ont jugés mieux d’abandonner leurs domiciles et devenir déplacés dans des agglomérations plus ou moins sécurisées. Dans une interview  exclusive ce jeudi 29-03-2018, Georges KATSONGO Président de cette structure s’est confié à VIKONGO Alphonse on l’écoute.

Sud-Kivu: Le Ministre provincial de l’intérieur et sécurité, s’implique à l’établissement de l’ordre dans le secteur de l’immigration à Baraka (Jacques Furahisha/Radio Kaoze)

Lire

Le Ministre provincial de l’intérieur et sécurité, Luc MULIMBALIMBA a présidé le conseil de sécurité local le dimanche 28 mars 2018 à Baraka. La suppression des barrières, les taxes illégales ainsi que le contrôle des documents des étrangers étaient les points à l’ordre du jour. Plusieurs personnalités ont pris part, dont les administrateurs du territoire de Fizi et le chef de secteur Mutambala. Avant son retour à Bukavu, Luc MULIMBALIMBA a confirmé son implication systématique pour remettre de l’ordre dans le secteur de l’immigration.

Nord-kivu: La situation sécuritaire à Oicha dans les milieux des déplacées oblige les femmes mariées vivant dans les salles de classe de s’abstenir de la vie conjugale(Florence Makalikali/Radio Moto Oicha)

Lire

Une dizaine des familles des déplacés passent la nuit dans des salles de classe à l’école Mwangaza. D’où cet aspect de manque de demeure s’insurge sur la vie conjugale des femmes mariées déplacées. Elles sont  regroupées à l’école primaires Mwangaza dans l’obligation de s’abstenir de l’acte sexuel pourtant consacré par le mariage. A cause de la guerre Jadis habituées à partager du plaisir avec leurs époux, elles sont désormais forcées à  replier sur elles mêmes dans des salles de classe où elles sont entassées avec les enfants. Une situation où une femme qui pour elle a trouvé une méthode d’avoir un enfant en dehors de cette situation malgré que ça lui a coûté une fortune. Notons pour les femmes déplacées la célébration le journée internationale des droits à la femme n’as pas de sens.