Droits Humains: Plus de 27 journalistes et défenseurs des droits de l’homme ont participé à un atelier de formation ce 26 et 27 septembre à Kinshasa. (olivier TUZOLANA)

Dans le cadre de la mise en oeuvre de son projet « Supporting Democratic Processes in the DRC through Balanced and Inclusive Media » (SDPM), Internews a organisé un atelier de formation avec comme thème: « les droits de l’Homme et les élections. Quid de la participation politique de la femme ? ».  Les journalistes et défenseurs des droits de l’homme ont échangé sur les différentes questions qui se rapportent aux droits de l’Homme, sur les violations récurrentes des droits de l’Homme de manière générale et ceux qui touchent la femme en particulier.

En tout,  deux sous-thèmes exploités:  « Les droits de l’homme et les droits à la participation de la femme », développé par Maître Bopaul MUPENDA, chargé des programmes de l’ACAJ; et
« Les mécanismes internationaux de protection des droits de la femme »  par Maître Paul NKUADIO, Expert en droit des médias d’Internews et Patrick TSHIBUYI, chargé de communication de la cour pénale internationale en RDC.

Après ces échanges, les journalistes effectueront des descentes sur terrain afin de réaliser 20 reportages sur des thématiques bien précises sous la supervision de Léa OTSHUDI, Journaliste-Formatrice. Cet exercice vise non seulement à concilier la théorie à la pratique mais aussi à les outiller sur les techniques d’enquête et d’interview dans la recherche, la collecte et le traitement de l’information qui se rapporte sur les droits de l’Homme.

Le projet « Supporting Democratic Processes in the DRC through Balanced and Inclusive Media » (SDPM) entend soutenir les processus démocratiques pacifiques en augmentant la participation civique informée en RDC.

Elections-Beni : C’est poussé par le gout du changement, que les femmes de Bakaiku se sont rendues aux urnes le 31 mars 2019.

Play

Tout en déplorant le faible taux de participation des femmes aux élections du le 31 Mars dernier, le peu de femmes du quartier Bakaiku de la commune d’Oicha dans la ville de Beni au Sud-Kivu, qui se sont rendues aux urnes pour élire des nouveaux parlementaires de l’assemblée nationale et provinciale, affirment  que cette élection était l’unique moyen d’espérer au changement, et de résoudre le problème de l’insécurité dans leur contrée. Elles ont exposé leurs pensées au court de l’émission Sauti ya Wanawake de la Radio Oicha Moto.

Elections-Beni : Pourquoi aucune femme n’a été élue députée lors du scrutin du 31 Mars 2019?

Play

Beaucoup des femmes d’Oicha dans la ville de Beni pensent que ce résultat est la preuve tangible que les femmes ne s’aiment pas entre elles et aussi se sous-estiment. D’autres par contre font croire que ces sont les hommes qui interfèrent à chaque fois dans les actions des femmes qui seraient à la base de cet échec des femmes aux récentes élections dans leur région. Autant d’hypothèses qui ont émaillé au court de l’émission-débat Sauti ya wanawake de la Radio Oicha Moto que vous pouvez suivre dans le podcast ci-joint.

Politique : Plusieurs femmes à Beni se sont dialoguées autour de leur l’avenir politique.

Play

Les femmes qui adhèrent dans des partis politiques à Oicha disent être motivées, par le désir d’être dans l’avenir des dirigeantes du pays pour qu’enfin leur rêve, celui de la parité 50-50. C’est ainsi qu’elles accèdent aux partis politiques, d’où elles doivent apprendre à diriger dans des postes de prise de décision. C’est à travers le plateau de l’émission spéciale aux femmes « Sauti ya Wanawuke » enregistrée dans la radio Oicha Moto qu’elles l’ont fait savoir.

Beni-Insécurité : Pourquoi la persistance des hostilités dans le territoire de Beni ?

Play

Certaines étudiantes endossent ce problème à la charge des autorités Congolaises. Pour elles, les dirigeants du pays ne s’impliquent pas totalement pour la pacification de la zone de l’Est de la république démocratique du Congo où principalement(Beni) des massacres se succèdes en grande échelle depuis plus de 20 ans. Ces étudiantes ont lancé leur cris d’alarme et ont même dénoncés la complicité de certaines personnalités politiques impliquées dans le statu quo de leur région du Sud-Kivu. C’etait au court de l’émission-débat Sauti ya wanawake à réécouter ici en podcast ci-dessous.

Politique : 6 mois après son investiture, les femmes d’Oicha lancent un message fort au nouveau président de la république pour la restauration de la paix à Beni.

Play

Les femmes du quartier Masosi de la commune d’Oicha dans la ville de Beni au Sud-Kivu, entendent du nouveau président de la république la restauration de la paix dans ce territoire. Elles veulent reprendre librement leurs activités champêtres abandonnées depuis près de 20 ans, à cause des guerres dont elles ignorent des raisons profondes. Suivez l’intégralité de leur message dans cette émission Sauti ya Wanawake proposée par la Radio Oicha Moto avec l’appui d’Internews.

Politique : Les femmes du Sud-Kivu dénoncent leur exclusion totale dans la gestion de la chose publique dans leur province.

Play

C’est à Pakanza dans la commune d’Oicha dans la ville de Beni qu’elles se sont réunies pour accorder leur voix à l’émission « SAUTI-YA-WANAWAKE » de la radio Oicha Moto. Dans leurs mécontentement, elles se disent ne pas être impliquées dans la gestion de la chose publique depuis le défilement des gouvernements provinciaux dans leur région. Elles en appellent aux nouveaux dirigeants d’en être redevable vis-à-vis de la population. Leurs analyses sont à découvrir dans cette émission.

Politique : Les jeunes d’Oicha s’insurgent contre l’actuelle gestion de la chose publiques par des nouveaux dirigeants congolais.

Play

Pour ces jeunes du quartier PAKANZA, la chose publique est mal gérée par ces dirigeants actuels. Ils les appellent au changement de mentalité dans l’immédiat.

Insécurité : Filles et garçons déplorent la continuité de la guerre dans la région de Beni.

Play

Les jeunes du quartier Masosi ont ouvertement exprimés leurs points de vue sur la persistance de l’insécurité à Beni. Ils demandent au gouvernement congolais d’éradiquer ce phénomène. C’est au court de l’émission Sauti Ya VIJANA de la Radio Moto Oicha émettant dans le territoire de Beni qu’ils ont exprimés leurs regrets.

Politique : Pourquoi les jeunes doivent-ils adhérer dans des partis politiques?

Play

De nombreux jeunes sont membres des partis politique à Oicha, chef-lieu du territoire de Beni au Nord Kivu. Ceux qui se sont exprimés au cours de l’émission SAUTI YA VIJANA diffusée sur les ondes de la radio Moto Oicha disent qu’ils adhèrent dans des partis politiques pour apprendre la politique afin de gérer dans les jours avenir ce pays.