Open Media Fund : La population de BASOKO décide de rendre justice populaire (Laurent KANGISA/REMACPO)

Lire

 

une justice populaire est une prise en charge personnelle auquel une personne s’assure de  donner  solution à l’impunité manifesté dans un environnement. La population du territoire de BASOKO dans la province orientale fatiguée de l’attitude d’Etat civil  se décide   d’ appliquer la justice populaire sans tenir compte de la loi édité par l’Etat. Les comportements que manifeste la   population de BASOKO est causé du faite que l’Etat en charge de civil  n’agit plus en toute équité. La justice populaire que présente la population de BASOKO est faite par la torture et même battre l’ individu  jusqu’à mort.Selon une source , un habitant de BASOKO  se plaint du faite que l’Etat civil qui a le monopôle de rendre justice selon les normes ne le fais pas comme l’exige la loi mais préfère collaborer avec un voleur attrapé en flagrant délit et  accuse l’Etat de complicité en tracassant la population non seulement celà se produit mais  l’Etat  veille à ce que le voleur une fois libéré continue avec à opérer le vol sous leur autorisation. De la même manière qu’une personne  accusé de la sorcellerie toujours avec la complicité de l’Etat à la suite le détenue est libéré , la population  de BASOKO crie de  se sentir en insécurité.

Kalemie : Le Ministre provincial du genre famille et enfants visite les victimes des violences conflits bantous pygmées dans la province de Tanganyika (Jacques Furahisha/Radio kaoze)

Lire

Madame Virginie NKULU LEMBA , Ministre provincial  du genre famille et enfants a visité ce jeudi 30 novembre 2017 à l’hôpital général de référence dans le territoire  de kalemie dans la province du Tanganyika les victimes des violences entre bantous et pygmées. Les femmes victimes des violences bénéficient d’un encadrement et une formation de l’association  d’APF dont plusieurs d’entre elles proviennent du territoire de kabalo, Moba et Kalemie. Le ministre de genre famille et enfants sur son passage porte les messages de paix et d’encourages aux victimes des violences . Signalons que les femmes victimes des violences ont reçu chacune d’elles un présent de la part de Madame Virginie NKULU LEMBA, les femmes ont considérées cela comme un acte de générosité.

 

 

 

Province de Tanganyika: L’entendue de la journée ville morte à Kalemie (Jacques Furahisha/ Kalemie-Radio Kaoze)

Lire

Les activités  sont restés paralysées l’avant midi de ce jeudi 30 novembre 2017 sur toute l’entendue de la ville de kalemie. Ceci est  suite à la marche du rassemblement de l’opposition organisé pour déchoir le pouvoir établit en place. Selon une source malgré un dispositif militaire installé dans tous les coins de la ville, le Rasop Tanganyika a déposé son mémo à la Monusco.

 

 

 

Café Presse à Kavumu (Sud Kivu)- procès de Kavumu : violences sexuelles contre des mineures de 8 mois à 12 ans (AFEM-SK/Internews)

Lire

« Je suis ravie de voir que vous nous invitez aujourd’hui pour parler. Mais je me pose des questions. Depuis que le temps que nous connaissons des affres et des tueries dans ces lieux, ou étiez vous? », une participante dans la tribune populaire sur le procès de Kavumu, organisée par Freedom House, Carter Center, American Bar Association avec la collaboration de l’AFEM-SK et Internews.

De 2013 à 2016, au moins 46 jeunes filles (dont les cas ont été documentés) ont été violées à Kavumu, dans le district de Kalehe, 40 km au Nord-ouest de Bukavu. L’année dernière, les autorités congolaises ont arreté un député provincial, Frédéric Batumike, député provincial, et 17 membres de sa milice, l’Armée de Jésus. Tous comparaissent dans une cour militaire depuis le 9 novembre 2017.

L’Association des Femmes de Médias du Sud Kivu (AFEM-SK) a recueilli des témoignages de citoyens de Kavumu qui donnent leur témoignages des actions entreprises et leurs inquiétudes. Solange Lisuku (éditrice du journal Le Souverain), membre de l’AFEM, a expliqué quel pouvait être le rôle de l’information dans la lutte contre les violences sexuelles et celui des médias. Elle a notamment expliqué les différences avec l’information disponible sur les réseaux sociaux, décriées par les participants à propos des rumeurs et fausses informations diffusés qui ont fait du crédibilité de l’enquête et à la réputation de jeunes filles et d’hommes innocents, et le travail des journalistes. Elle a notamment reconnu que les journalistes devaient absolument travailler à rectifier les rumeurs qui naissant sur le terrain mais aussi sur les réseaux sociaux.

photo: Trial International

Les citoyens, citoyennes, militantes des droits des femmes et leaders traditionnels ont demandé notamment au Procureur et aux autorités locales les modalités de procédures, mais aussi exprimé leurs craintes pour la protection des témoins au cours du procès. Les participants et certains chefs traditionnels ont également insisté que les actions de plaidoyer et de sensibilisation, menée à l’occasion de ces procès, incluent la question des violences domestiques.

Les autorités locales ont pris l’engagement de dénoncer directement aux institutions publiques compétentes (police, justice, gouvernement provincial) les cas de violences sexuelles et de travailler, avec les organisations de la société civile, à la mobilisation constante des services de l’Etat et services provinciaux pour la question des violences sexuelles restent à l’agenda de l’action de l’Etat et du gouvernement provincial.

 

Télécharger ce fichier

Kalemie : 8 maisons ont été visitées par les hommes non-autrement identifiés dans la ville. ( Jacques Furahisha/Radio Kaoze)

Lire

La population du chef lieu de la province du Tanganyika appelle les autorités à sécuriser la ville. Depuis le début du mois de novembre, 8 maisons se trouvant dans le quartier Katalika ont été dépouillées par les hommes portant la tenue militaire. Dans une plainte adressée aux autorités  le mardi 21 novembre 2017, les habitants du quartier appellent les autorités à veiller sur la sécurité des biens et des personnes.

Reportage de la Radio Kaoze

Télécharger ce fichier

Nord-Kivu : Malgré les bruits de détonation, le porte parole des opérations Sokola 1 à Beni appelle la population à garder son calme (Florence Makalikali/Radio Moto Oicha)

Lire

Des affrontements opposent le jeudi 04 novembre 2017 les FARDC aux présumés rebelles de l’Adf. Le combat est signalé sur la route Mbau  Kamango, appelé autrement le triangle de la mort. Selon des sources sécuritaires, les combats ont repris le matin de ce vendredi 3 Novembre notamment aux PK14, 15 et 16 sur l’axe Mbau, Kamango dans le territoire de Beni.

Reportage de la radio Moto Oicha

Télécharger ce fichier

Nord-Kivu : Les présumés ADF tentent d’occuper certaines positions du territoire de Beni (Florence Makalikali/Radio Moto Oicha)

Lire

La population se trouvant dans des agglomérations aux alentours du triangle vit la peur au ventre. Les bruits de détonations sont entendu ce vendredi 03 novembre 2017. Selon les informations à notre possession, Les FARDC soutenues par la Monuscco contrôlent la situation. C’est le message que le commandement des opérations Sokala I Nord a accordé à la rédaction Moto Oicha le mercredi 1 Novembre 2017.

Reportage de la radio Moto Oicha

télécharger ce fichier

Nord-Kivu : Le village de Kisiki et le groupement de Bambuba Kisiki sont le théâtre d’affrontement entre FARDC et les présumés ADF vers Beni (Florence Makalikali/Radio Moto Oicha)

Lire

Des rebelles présumés des Adf occupent depuis le samedi 28 Octobre 2017 Seselé et Mukoko, deux anciens villages situés à L’Est de Kisiki dans le groupement Bambuba Kisiki. Toutefois, d’après des sources militaires, les affrontements se poursuivent aux alentours de Seselé et dans la profondeur du secteur de Beni Mbau, c’est en territoire de Beni.

Reportage de la Radio Moto Oicha

Télécharger ce fichier

 

 

Bandundu-ville : Un policier trouvé mort dans la guérite de l’agence Soficom (Rolly Mukiaka/Bandundu-ville)

Lire

Dans l’enceinte de l’agence de transaction financière située dans la ville de Bandundu, un policier a été trouvé mort le dimanche 22 octobre 2017 vers 16 heures. Selon les témoins sur place, un coup de balle a été entendu et un suspect a été arrête. Signalons que la justice s’est saisie de la situation et un dossier a été ouvert.

Télécharger ce fichier