Beni: Déjà deux semaines sans écoles dans certains cités et villages sur l’axe Beni-Butembo après les combats qui avaient opposé les FARDC aux Maï-maï. (Alphonse VIKONGO/Radio Muungano)

Lire

Certains écoliers de Kalingate, Pabuka, Mukondi, Soma et environs sont obligés, pour poursuivre leurs études, de déménager à Kalunguta, Kabasha et Maboya. C’est la conséquence des violants combats   qui ont opposé les FARDC aux maï-maï, il y a peu dans ce coin du territoire de Beni à près de vingt-cinq kilomètres sur l’axe Beni-Butembo.

Janvier Paluku Lwingiriande, Président de la société civile locale demandé aux autorités de rétablir la paix afin que chacun vaque librement à ses activités.

Il est au micro de Vikongo Alphonse.

Beni: 7 civils tués, des disparus, plus de 12 tonnes de marchandises et trois véhicules incendiées vendredi 20 avril 2018 sur les tronçons routiers BENI-KASINDI et BENI-ERINGETI  n’ont pas laissé la coordination de la société civile de Beni indifférente. (Alphonse VIKONGO/Radio Muungano)

Lire

La coordination de la société civile de BENI était en réunion extraordinaire le lundi 23 avril 2018 dans la salle de la Fédération des Entreprises du Congo (FEC)/BENI.  Au menu, la situation socio- sécuritaire au centre ville et ses environs. La dernière goutte qui a débordé la vase, sont les embuscades tendues sur les tronçons routiers BENI-KASINDI et BENI-ERINGETI  vendredi dernier. Œuvre attribuée aux ADF qui a coûté la vie à plus de 7 civils, des disparus, plus de 12 tonnes de marchandises et trois véhicules incendiées.

En réaction, le chef de centre de la Direction Générale des Recettes du Nord-Kivu (DGR-NK/BENI), la société civile devrait revoir ces mesures pour ne pas se confondre aux rebelles.

Écoutez Gilbert KAMBALE, président de la Société Civile de Beni qui revient sur les grandes mesures arrêtées et Tom  AMURI BIN ARAJABU chef de centre de la DGR-NK/BENI réagissant au micro de VIKONGO Alphonse.

 

Sud-Kivu: Les réfugiés burundais du camp de Mulongwe ont barricadé toutes les entrées et sorties de leur camp le mardi 10 avril 2018. (Marie-Charles NININAHAZWE & Serge BISIMWA/Ongea)

Lire

Les réfugiés burundais du camp de Mulongwe avaient barricadé  toutes les entrées et sorties de leur camp contre les humanitaires pendant tout l’avant midi du mardi 10 avril 2018. Cela, en signe de protestation contre la distribution des téléphones Mono SIM, en lieu et place des téléphones Android promis par le HCR lors de la visite du Haut-Commissaire des Nations-Unies pour les réfugiés dans ce camp.

Sud-Kivu : Visite de Filippo GRANDI dans le camp de Mulongwe: Le HCR, ses partenaires et les autorités Congolaises continueront à travailler la main dans la main pour que les fardeaux de l’exil et de l’hospitalité soient moins lourds. (Marie-Charles NININAHAZWE & Serge BISIMWA/Ongea)

Lire

Filipo Grandi s adresse aux réfugiés burundaisEn visite dans le camp de Mulongwe le samedi 7 avril 2018, le Haut-Commissaire des Nations-Unies pour les réfugiés, Filippo GRANDI était  allé entendre les besoins humanitaires et sociaux des réfugiés burundais sur terrain. Le vice-ministre de l’intérieur, Basile OLONGO et le Gouverneur de la Province du Sud-Kivu, Claude NYAMUGABO l’ont accompagné.

Dans son adresse, il a promis de continuer à travailler la main dans la main avec les autorités Congolaises pour que le fardeau de l’exil pour les réfugiés et de celui l’hospitalité pour les congolais soient moins lourds.

Sud-Kivu : Visite de Filippo GRANDI, Haut-Commissaire des Nations-Unies pour les Réfugiés dans le camp de Mulongwe: Les refugiés l’invitent à prendre en compte leur besoin en protection internationale. (Marie-Charles NININAHAZWE & Serge BISIMWA/Ongea)

Lire

Filippo GRANDI, Haut-Commissaire des Nations-Unies pour les Réfugiés a visité le Samedi 7 Avril 2018  le camp des réfugiés Burundais de Mulongwe.

A l’arrivée de la délégation sous une douce pluie, les réfugiés Burundais se trouvant dans le camp de Lusenda, ont invité le Haut-commissaire à ne pas oublier de prendre en compte le besoin de leur protection internationale dans les deux camps, selon le mandat du HCR.

Uvira: Le chef milicien mai mai Karakara n’est plus. (Gaius SHABILEPA/Radio le Messager du peuple)

Lire

Ce seigneur de guerre actif dans la plaine de Ruzizi haut et moyen plateaux d’Uvira a été tué la nuit du 9 avril dernier dans une attaque des FARDC à son domicile au village Rugeje. C’est en chefferie de Bafuliru dans le moyen plateau. Information livrée par des sources locales à Rugeje et confirmée par le chargé de communication et information des opérations Sokola II sud-Kivu à Uvira. Cette dernière signale aussi la mort de deux des gardes du corps de Karakara et l’arrestation de sa femme.

Depuis Uvira ; Gaius SHABILEPA revient avec le récit sur la mort de ce mai-mai.

Sud-Kivu: Le sifflet peut Sauver ; campagne lancée pour lutter contre l’insécurité à Uvira. /(Gaius Shabilepa/Radio le Messager du peuple)

Lire

L’organisation Mission des Jacobins sages MIJAS en collaboration avec la nouvelle société civile Congolaise ont lancé l’opération: « Le sifflet peut sauver à Uvira » le vendredi, 06 avril 2018.

Selon le Coordinateur de cette société civile ; l’objectif à travers cette campagne consiste à doter les ménages d’Uvira d’un moyen d’alerte aux agents de sécurité une fois menacée par des bandits ou voleurs de toutes catégories pendant la nuit.

Claude MISARE justifie cela par l’insécurité grandissante enregistrée ce dernier temps dans la cité d’Uvira.

Le Coordinateur de la nouvelle société civile d’Uvira en explique ici au micro de Gaius SHABILEPA.

Uvira: Insécurité, Des assassinats opérés par des hommes armés en tenues civiles. (Gaius Shabilepa/Radio le Messager du peuple)

Lire

Un homme abattu par balle la nuit dernière au quartier Mulongwe à Uvira centre au Sud Kivu. Les auteurs de ce forfait, des hommes armés en tenues civiles, non autrement identifiés, font savoir des sources locales. Information confirmée par la police locale à Mulongwe.

Cet assassinat est le deuxième enregistré depuis dimanche dernier à Uvira centre. Depuis Uvira,  Gaius SHABILEPA revient sur les différents cas d’insécurité enregistrés dans cette cité.

Nord-Kivu: La société civile de LUBERO demande au gouvernement de la RDC d’éradiquer les groupes armés dans ce territoire (Alphonse Vikongo/Radio Muungano)

Lire

La société civile de LUBERO demande au gouvernement de la RDC d’éradiquer les groupes armés dans ce territoire. Sans minimiser les efforts des FARDC sur place, cette structure indique que l’axe KASUGHO-KAGHERI-BUNYATENGE et l’axe KIVALE-KIGHALE-KILAU ; la présence et l’activisme des miliciens MAI MAI s’y font remarquées. Pire encore,  ces inciviques y ont déjà institués des impôts et taxes insupportables par certains compatriotes qui ont jugés mieux d’abandonner leurs domiciles et devenir déplacés dans des agglomérations plus ou moins sécurisées. Dans une interview  exclusive ce jeudi 29-03-2018, Georges KATSONGO Président de cette structure s’est confié à VIKONGO Alphonse on l’écoute.

Beni: La DYNACOPADER forme les dépendants des démobilisés pour la réintégration sociale et la lutte contre la criminalité. (Alphonse Vikongo/Radio Muungano)

Lire

Soixante-dix dépendants de démobilisés de Beni ont participé à un atelier de formation du 27 au 30 mars 2018 dans l’enceinte de l’ONG PAF Africa.

Organisé par la Dynamique de Coopération pour  la Paix et le Développement Rural   DYNACOPADER  en sigle, pour apprendre aux participants certains métiers générateurs de revenus et mettre à leurs disposition des kits de réintégration pour une meilleure prise en charge dans la communauté.

Pourquoi le choix de dépendants  des démobilisés pour participer à ces assises ?    MUHINDO NGANGISA Jean-Louis,  coordonnateur de DYNACOPADER répond au micro de VIKONGO ALPHONSE.

Sachez que cette activité est appuyée financièrement par  le Programme National de Désarmement, Démobilisation et  Réintégration.