Uvira : 1 mort et un blessé grave dans une embuscade entre Kiliba et Kawizi sur la plaine de la Ruzizi (Gaius Shabilepa/Radio Le messager du Peuple)

Sur la nationale N°5, des hommes non autrement identifiés ont tiré le samedi 24 juin 2017 sur un véhicule de transport en commun. Selon les témoins sur place, une personne a trouvé la mort et une autre grièvement blessée. Et selon la mème source, une autre attaque perpétrée par les coupeurs de route a eu lieu la nuit de vendredi à samedi. Ces hommes armés ont dévalisés les passagers de tous leurs biens. Saisie de la situation, les éléments FARDC postés a Mutahule dans la plaine de la Ruzizi, se sont mis à la recherche de ces bandits armés. Le commandant de la 3342e bataillon le lieutenant colonel Gilbert Misamba affirme que les FARDC ont réussi à arrêter un coupeur de route et des armes récupérées.

Reportage de la radio le Messager du peuple

Télécharger ce fichier

Lire

Beni : 26 mai mai tués, 9 capturés et plusieurs armes et minutions de guerre récupérées, bilan des affrontements entre les FARDC et les Mai mai à Kabasha (Florence Makalikali/Radio Moto Oicha)

L’heure est au bilan après l’incursion samedi 17 juin 2017  des rebelles Maï-maï  à Kabasha, une localité à 30 km  de la ville de Beni.   Le commandant des opérations  sokola I à Beni, le général Falcy Kabwe a fait état ce jeudi 22 juin 2017 à Beni d’une vingtaine d’assaillants mai mai tués, 9 capturés et plusieurs armes lourdes de guerre récupérées, lors de ces affrontements. Il a parlé également de 3 morts et 4 blessés du coté des FARDC. Pour sa part, l’administrateur du territoire de Beni Amissi Kalinda affirme qu ‘à date la localité de Kabasha est sous contrôle des FARDC. Il  invite les habitants à regagner leurs maisons et  les jeunes à se désolidariser des forces négatives. Reportage de Florence Makalikali/Radio Moto Oicha.

Reportage de la radio Moto Oicha

Télécharger ce fichier

 

Lire

Beni : Les journalistes de la Radio Télévision Muungano de Beni (RTMB) bloqués dans la rédaction et traumatisés par la présence de miliciens Mai Mai lors de l’attaque de Beni ce 22 juin (Jacques Kinkuni, Directeur de la RTMB)

Les médias en particulier en zone rurale et en zone de conflit sont devenus des cibles pour les belligérants et quiconque souhaitent en découdre avec un groupe concurrent.  Depuis le début de ce mois de juin, les journalistes de 4 radios communautaires viennent de vivre des expériences traumatisantes (Radio Mutanga au Sud-Kivu et la Radio Francophone des Grands Lacs dans le Tanganyika). Aujourd’hui, jeudi 22 juin 2017, c’est le tour de la Radio Télévision Muungano de Beni (RTMB) d’être assiégée par des hommes, appartenant vraisemblablement aux milices Mai Mai, armés de AK47 et munitions de guerre pendant les combats entre miliciens Mai Mai et les FARDC. Pendant plus de deux heures, journalistes, techniciens et autres membres de la radio,  en pleins préparatifs de la première édition du journal parlé du matin, ont été empeché de travailler par les assaillants. Le Directeur de la radio Télévision Muungano de Beni (RTMB) Jacques Kikuni pour plus des détails :

 

Extrait sonore de la radio Muungano
Télécharger ce fichier

Lire

Nord-Kivu : le territoire de Beni sous menace d’une nouvelle rébellion (Florence Makalikali/Radio Moto Oicha)

Des bruits de bottes se font encore entendre dans le territoire de Beni, province du Nord-Kivu. Selon l’Administrateur du territoire Amisi Kalonda, plusieurs groupes armés viennent encore de mettre sur les routes la population des plusieurs villages dont Kabasha, kalunguta, Mataba, Maboya et Kivira. L’Administrateur Amisi appelle ces groupes armés à déposer les armes et aux miliciens de reprendre des activités civiles car, ajoute-t-il, les forces armées de la RDC, sont en alerte pour mettre hors d’état de nuire tout fauteur des troubles. La société civile approuve la démarche de l’Administrateur.

Reportage de la radio Moto Oicha

Télécharger ce fichier

Lire

Beni : Les usagers du troncon Mbau et Kamongo se plaignent de tracasserie policière (Florence Makalikali/Radio Moto Oicha)

Les usagers du tronçon Mbau-Kamango se plaignent de tracasserie et du rançonnement dont ils sont victimes de la part de ceux qui sont censés leur apporter sécurité. Plus d’une fois ils ont informé l’autorité du territoire mais pas de résultat satisfaisant. Même les mesure d’escorter les véhicules sur cette route tarde encore d’être appliquée. De son coté, l’administrateur du territoire de Beni, Amissi Kalonda appelle les usagers à dénoncer tout cas de tracasserie et d’appeler par le numéro vert mis à leur disposition.

Reportage de la radio Moto Oicha
Télécharger ce fichier

Lire

Kananga : Plus de 90 miliciens Kamwina Nsapu dont 10 filles ont déposé les armes et regagné les FARDC. (Bernard Padikuba/RTCE)

Des miliciens KAMUINA NSAPU du quartier Salongo Muimba dans la commune de Nganza à Kananga ont déposée le mercredi 13 juin 2017 les effets de guerre à l’autorité provinciale du Kasai central. Au Total, 99 miliciens dont 10 femmes se sont présentés auprès des autorités provinciales comme pour dire, fini la guerre. Pour le chef de fil de cette bande, ils sont nombreux à vouloir abandonné la violence mais empêchés par certains chefs coutumiers. Pour le vice-gouverneur de la province, Justin Milonga, le geste posé par ces ex-kamwina nsapu est louable et mérite d’être soutenu. La cérémonie s’est déroulée devant les notables de la province.

Reportage de la radio RTCE

Télécharger ce fichier 

Lire

Sud-Kivu : les cités d’Uvira, de Luvungi et de la plaine de la Ruzizi dotées de l’éclairage public (Elie Lambert Kalembire/Radio Le messager du peuple)

Démarrage le mercredi 14 Juin à Uvira de l’opération d’installation de l’éclairage publique solaire sur la nationale n°5. Cette activité concerne également la cite de Luvungi et de toute la plaine de la Ruzizi. Jadis une place où les coupeurs de route et forces négatives opéraient pour semer l’insécurité, cette artères principales reliant le territoire d’Uvira au chef lieu de la province du Sud-Kivu à savoir Bukavu, l’éclairage permettra de mettre en déroute tous les semeurs de trouble opérant à cet endroit. Selon les information en notre possession, cette operation d’éclairage public est une initiative de l’honorable député national Luc MULIMBALIMBA sous le haut patronage du chef de l’Etat Joseph KABILA.

Reportage de la radio Le messager du peuple

Télécharger ce fichier

 

Lire

Kananga : Exposition à la place de l’indépendance des armes arrachées par les FARDC aux miliciens Kamwina Nsapu dont les lances roquettes, AK47, véhicules et motos (Bernard Padikuba/RTCE)

Exposition des matériels militaires saisis par les forces armées de la République Démocratiques du Congo-Kananga du secteur opérationnel dans la traque des miliciens du chef KAMUINA NSAPU. Éparpillés  dans plusieurs coins de la province, certains miliciens Kamwina Nsapu ont abandonné le matériel dont ils se servaient pour  combattre les forces loyalistes. Dans leur fuite, ils ont abandonné armes et munitions de guerre dont les lances roquettes, AK47 et véhicules comme des motos.  Ces armes de guerre ont été exposé le jeudi 08 juin 2017 à la place de l’indépendance du grand Kasaï. La cérémonie a eu lieu devant le vice gouverneur de la province Justin Milonga.

Reportage de la radio RTCE

Télécharger ce fichier

Lire

Sud-Kivu : Une station de radio assiégée et des journalistes bloqués pendant des heures par des militaires. (JED)

Journaliste en danger (JED) est extrêmement indignée par l’incursion d’un groupe d’éléments des Forces Armées de la RD Congo (FARDC), lourdement armés, qui ont encerclé la Radio Mutanga FM, station communautaire émettant à Shabunda, une cité située à 345 Km de Bukavu, chef-lieu de la province du Sud-Kivu (Est de la RD Congo), et enfermé, pendant des  heures, les journalistes dans les locaux de ce média.
 
Selon les informations concordantes recueillies par JED et confirmées par le responsable de cette station,  la Radio Mutanga FM a été contrainte d’interrompre brusquement ses émissions, le lundi 12 juin 2017 pendant deux heures, suite à l’occupation de ses installations par plusieurs éléments des FARDC, venus pour arrêter le président local de la société civile qui intervenait en direct au cours d’une émission intitulée « Société civile congolaise ».
 
Cette incursion fait suite à la diffusion d’une émission  consacrée, notamment à la situation sécuritaire dans la cité de Shabunda. En effet, le président local de la société civile dénonçait l’évasion spectaculaire du cachot du parquet de Shabunda d’un voleur en complicité, selon lui, avec des agents de sécurité. Les militaires ont brusquement débarqué à la radio à bord de leurs véhicules dans le but de procéder à l’arrestation du président de la société civile. Après avoir barricadé toutes les voies d’entrées et de sorties de cette station de radio, ils ont intimé l’ordre aux journalistes d’interrompre toutes les émissions. Les journalistes trouvés sur place ont été interdits de quitter les lieux ou de passer des appels.   
 
Contacté par JED,  un journaliste de cette station de radio a témoigné que : « Nous étions enfermé dans les locaux de la radio de 18 h à 20 h30’. Pendant tout ce temps, les militaires des FARDC ont confisqué nos téléphones et nos dictaphones dans le but de nous empêcher de contacter nos proches se trouvant en dehors de nos installations, de les prendre en image et de ne pas enregistrer leurs menaces. Nos outils de travail nous ont été restitués peu avant de quitter nos installations. Avant de partir, ces militaires des FARDC nous ont proféré des menaces en nous promettant de venir saccager nos équipements au cas où nous parlons en mal d’eux. Ils n’ont pas pu mettre la main sur le président de la société qui se cachait dans nos installations ».  
 
Journaliste en danger (JED) dénonce et proteste énergiquement contre cette énième attaque des installations d’un média par des hommes armés qui agissent en toute impunité. Cela témoigne  d’un climat d’insécurité généralisée dans lequel travaillent les journalistes et les médias dans l’Est de la RD Congo.

Kalemie : Une station de radio pillée par des hommes en armes. (JED)

Journaliste en danger (JED) condamne fermement l’attaque armée contre les installations de la Radio Francophone des Grands Lacs, station émettant à Kalemie, chef-lieu de la province de Tanganyika (Sud-est de la RD Congo).

Selon les informations parvenues à JED, la Radio Francophone des Grands Lacs a été prise d’assaut, le dimanche 11 juin 2017 vers 4 heures, par un groupe d’hommes armés, non autrement identifiés, qui ont saccagé un émetteur de 250 Watts ainsi que d’autres matériels de travail de ce média.

Les installations de la Radio Francophone des Grands Lacs, l’une des stations de radio les plus écoutées dans la nouvelle province de Tanganyika, ont été la cible d’attaque d’hommes armés qui ont forcé les portes et fenêtres de ce média en réussissant à s’introduire dans le studio et dans la régie. N’y trouvant aucun journaliste et technicien, ces hommes armés ont débranché et déboulonné les équipements de transmission d’information, notamment un émetteur de 250 Watts, des microphones, un ordinateur et autres matériels de travail qu’ils ont emporté.

Contacté par JED, Victoire Bitulu, Rédacteur en chef de ce média a déploré cette attaque en indiquant que le bureau de la police se trouve juste derrière le siège de la Radio Francophone des Grands Lacs. « Une enquête est en train de se faire au niveau de la police pour dénicher ces hommes armés qui sont entré par effraction dans nos installations. Avec cet émetteur de 250 Watts, on parvenait à émettre sur une longue distance. Après cette attaque armée, nous sommes contraints d’utiliser un émetteur de secours à faible puissance et nous sommes dans l’incapacité d’assurer une couverture totale », a ajouté le responsable de cette station de radio.

Journaliste en danger (JED) dénonce vigoureusement cette attaque ciblée d’un média et demande à la police de tout mettre en œuvre pour en retrouver les auteurs.