Beni-Insécurité : Pourquoi la persistance des hostilités dans le territoire de Beni ?

Lire

Pour Certaines étudiants, cela est le fait propre de la mauvaise volonté des autorités Congolaises. Pour elles, les dirigeants du pays ne s’impliquent pas totalement pour la pacification de cette zone. C’est au court de cette émission-débat ci-dessous proposée, d’autres ont même dénoncés la complicité de certaines personnalités politiques impliquées dans le statu quo de leur région du Sud-Kivu, donnant ainsi quelques éléments de réponses à la question sus-posée.

RDC : Des jeunes de Beni se disent confiants aux nouveaux dirigeants pour ramener l’ordre à l’Est.

Lire

Au court de cet émission SAUTI YA VIJANA,produite par la Radio Moto Oicha les jeunes du quartier MABASELE à Oicha réitère leur souci de vivre le changement dans l’Est de la RDC tant meurtrie par des conflits armés. Ils se disent attendre beaucoup des nouveaux dirigeants  et surtout,  mettre fin à la guerre dans la région de Beni.

Sud-Kivu : Pluseurs jeunes de la cité de Sange et de Luberizi se rallient aux groupes armés à cause du chômage..

Lire

Dans cette partie du territoire on y enregistre des vols des bétails  et plusieurs autres actes de violation de droits de l’homme. La raison de cette insécurité est le chômage de jeunes depuis la fermeture du projet de riziculture intitulé « projet de la Ruzizi ».  Nous vous proposons de suivre ce magazine en Kiswahili produit par Eric NGABO de la Radio le Messager du Peuple.

RDC : Regain d’insécurité dans la plaine de Ruzizi à l’Est du pays.

Lire

La fermeture de la sucrerie de Kiliba est l’une des causes majeures de l’insécurité vécue dans la plaine de Ruzizi et plusieurs autres villages de hauts et moyens plateaux d’Uvira. Cette usine de production agricole encadrait environ cinq milles travailleurs qui en grande partie sont au chômage, tel que les confirment plusieurs de ces anciens travailleurs à Kiliba. Pour subvenir à leurs besoins, certains jeunes se livrent à des actes de banditisme et déstabilisent la zone. On note des pillages, des enlèvements, viols et associations des jeunes aux groupes armés locaux. Cette émission en swahili proposée par Gaius SHABILEPA, vous donne l’occasion de bien connaitre la situation sécuritaire dans cette zone de l’Est du pays.

Sud-Kivu : le HCR et la CNR ont formés 100 vigiles du camp des réfugiés Burundais de Lusenda. (Aimable KAVUNJAPORI/Ongea)

Lire

Les 100 vigiles ‘’sungusungu’’ qui s’occupent de la sécurité interne du camp des réfugiés burundais de Lusenda ont été remis à niveau par le HCR et son partenaire CNR. Leur formation a tourné autour des rôles que doivent jouer les acteurs qui interviennent dans la sécurité d’un camp des réfugiés. Les 5 grands points relatifs aux conflits armés, à la criminalité à l’intérieur et à l’extérieur du camp, le terrorisme, les troubles à l’ordre public et les catastrophes naturelles ont été abordés dans le fond par ces deux organisations.
Aimable KAVUNJAPORI.

Sud-Kivu : Soupçonnée de sorcière, le corps sans vie de Madame Nasungula non loin de sa résidence à Baraka. (André FAUCON/Ongea)

Lire

Enlevée par des inconnus dans la nuit du dimanche 14 avril, le corps sans vie de Madame Nasungula Tabisha a été retrouvé ce mercredi 17 avril à une centaine de mètres de sa résidence. Âgée de plus de 50 ans, elle était soupçonnée par son entourage de pratiquer la sorcellerie contre ses voisins.
André FAUCON

[/audio

Sud-Kivu : Deux éléments de la Police Nationale Congolaise retrouvés morts-étranglés dans un carré minier dans la nuit du samedi à dimanche à Misisi. (Ibrahim BYAOMBE/Ongea)

Lire

Deux éléments de la Police Nationale Congolaise ont été retrouvés morts-étranglés dans un carré minier dans la nuit du samedi à dimanche à Misisi. Les responsables et le mobile de ce crime restent inconnus, mais la Police mène déjà des enquêtes pour en dénicher les coupables.
Ibrahim BYAOMBE.

Sud-Kivu : Le chef du village de Katogota vient de lancer les travaux de construction de mémorial des victimes du massacre de Katogota. (Wendo JOES/Ongea)

Lire

A un mois de la commémoration du 19 ème anniversaire du massacre de Katogota qui avait couté la vie à 350 personnes, le chef du village de Katogota avec le soutien de la paroisse catholique de Luvungi vient de lancer les travaux de construction de mémorial des victimes. Parmi les victimes, des réfugiés burundais de 1993 et les citoyens congolais tués en masse par les rebelles du RCD le 14 mai 2000.
Wendo JOES.

RDC-Elections : Les violences et conflits continuent d’être enregistrés en province du Sud–Kivu en cette période de campagne électorale en République démocratique du Congo. ( Colette SALIMA / Mama Radio )

Lire

A quelques jours de la tenue des élections, certains candidats tiennent des discours injurieux à l’égard des autres, d’autres ne sont pas traités de la même façon dans la manière de battre leur campagne.
C’est le cas de certains candidats qui battent campagne à des endroits publics pourtant non autorisé, d’autres qui sont menacés et empêchés de s’adresser à leur base.
Selon certains observateurs, cette situation risque de plonger le pays et la province en particulier dans des conflits et des violences post-électorales.
Cette situation s’observe alors qu’un code de bonne conduite de la CENI pour les élections a été adopté et signé le 13 mars dernier par des acteurs politiques, regroupements politiques et des candidats indépendants.
Pour Jean Bosco MUHEMERI, expert de la société civile en matière électorale, les acteurs politiques doivent respecter le code de bonne conduite de la CENI pour éviter la turbulence pendant cette période de campagne et aboutir à des élections apaisées.
Contacté, le commissaire provincial de la police au Sud-Kivu, le général Louis Second KARAWA, indique que la sécurisation du processus électoral a commencé depuis le début de la campagne électorale avec l’accompagnement de tous les candidats car cela est une mission de la police.
De leur coté les partis politiques sensibilisent leurs militants au respect de la liberté d’opinion et à l’acceptation des résultats des urnes.

Nord-Kivu : Le Général Major MBANGU MASHITA Marcel a la tête d’une forte délégation visite le quartier Bakaiku dans la commune rurale d’Oicha à Beni. ( Florence Makalikali / Radio Moto Oicha )

Lire

Une forte délégation des Fardc conduite par le général Major Mbangu Mashita Marcel, commandant des opérations Sokola 1 a effectué une visite de travail au quartier Bakaiku, récemment la cible des attaques à répétition des rebelles Ougandais de l’adf en commune rurale d’Oicha. Les membres de la délégation se sont imprégnés de ce qui s’ était exactement passé le mercredi 24 Octobre. Le but de pouvoir et de réajuster les dispsoitifs sécuritaire pour permettre à la population de regagner ce quartier.
Florence Makalikali