Kalemie : Une station de radio pillée par des hommes en armes. (JED)

Journaliste en danger (JED) condamne fermement l’attaque armée contre les installations de la Radio Francophone des Grands Lacs, station émettant à Kalemie, chef-lieu de la province de Tanganyika (Sud-est de la RD Congo).

Selon les informations parvenues à JED, la Radio Francophone des Grands Lacs a été prise d’assaut, le dimanche 11 juin 2017 vers 4 heures, par un groupe d’hommes armés, non autrement identifiés, qui ont saccagé un émetteur de 250 Watts ainsi que d’autres matériels de travail de ce média.

Les installations de la Radio Francophone des Grands Lacs, l’une des stations de radio les plus écoutées dans la nouvelle province de Tanganyika, ont été la cible d’attaque d’hommes armés qui ont forcé les portes et fenêtres de ce média en réussissant à s’introduire dans le studio et dans la régie. N’y trouvant aucun journaliste et technicien, ces hommes armés ont débranché et déboulonné les équipements de transmission d’information, notamment un émetteur de 250 Watts, des microphones, un ordinateur et autres matériels de travail qu’ils ont emporté.

Contacté par JED, Victoire Bitulu, Rédacteur en chef de ce média a déploré cette attaque en indiquant que le bureau de la police se trouve juste derrière le siège de la Radio Francophone des Grands Lacs. « Une enquête est en train de se faire au niveau de la police pour dénicher ces hommes armés qui sont entré par effraction dans nos installations. Avec cet émetteur de 250 Watts, on parvenait à émettre sur une longue distance. Après cette attaque armée, nous sommes contraints d’utiliser un émetteur de secours à faible puissance et nous sommes dans l’incapacité d’assurer une couverture totale », a ajouté le responsable de cette station de radio.

Journaliste en danger (JED) dénonce vigoureusement cette attaque ciblée d’un média et demande à la police de tout mettre en œuvre pour en retrouver les auteurs.

Nord-Kivu : Des ONG des droits de l’homme exigent des sanctions contre toute personne impliquée dans l’évasion de la prison de Kangbayi à Beni (F. Makalikali/Radio Moto Oicha)

Les mouvements associatifs des droits de l’homme de Beni et Butembo fustigent les évasions à répétition des détenus enregistrés ces derniers temps dans les prisons de la RDC. La goutte d’eau qui a fait déborder le vase, c’est l’évasion spectaculaire en pleine journée de plus de 900 détenus ce dimanche 11 juin à la prison de Kangbayi situé à Beni.  Le coordonnateur de la CRDH, maître jean Paul  Ngahangondi estime que  le gouverneur du Nord-Kivu Julien Paluku devrait être interpellé par les élus provinciaux. La même source sollicite des sanctions administratives contre tout celui qui a une parcelle d’autorité mais incapable de veiller sur la sécurité des paisibles citoyens. (F. Makalikali/Radio Moto Oicha)

Reportage de la radio moto Oicha

Télécharger ce fichier

Lire

Nord-Kivu : l’administrateur du territoire de Beni invite la population à respecter le couvre-feu décrété après l’évasion des prisonniers au centre pénitencier de Kangbayi. (F. Makalikali/R. Moto Oicha)

C’est dans un communiqué diffusé sur les chaines locales que l’administrateur du territoire de Beni a annoncé à ses administrés lundi 12 juin 2017 dans la soirée le début du couvre-feu sur l’ensemble des territoires de Beni et Butembo. Selon Amisi Kalonda le but de cette mesure du Comité provincial de sécurité est de permettre aux forces de l’ordre, civile et militaire de mieux assurer la sécurité de la zone et de limiter la libre circulation des évadés de la prison de Kangbayi.  Personne ne doit donc circuler dans les rues de Beni et Butembo  au délà de 18 h 30, excepté principalement les agents en charge de la sécurité, a-t-il expliqué. Les habitants sont  aussi priés de se promener la journée avec leurs cartes d’électeur. Toujours selon l’administrateur du territoire des numéros de téléphones de la police sont à la portée de la population pour saisir les autorités en cas de nécessité. Plus des détails avec Florence Makalikali.

 

 

Reportage de la radio Moto Oicha
Télécharger ce fichier

Lire

Kalemie : 5 morts et plusieurs blessés graves lors d’un accident de circulation sur la nationale N°5 à Lulimba (Jacques Furahisha/Radio Kaoze)

Un accident de circulant survenu le jeudi 08 juin 2017 a fait 5 morts et une dizaine des blessés. Selon les sources sur place, un camion de marque FUSO quittait Kalemie  pour Bukavu. L’inévitable s’est produit dans la localité de Lulimba, localité située à plus ou moins 150 km de Kalemie. D’après la même source, l’excès de vitesse et l’ivresse du conducteur seraient les causes de cet accident.  Aux dernières nouvelles, les personnes qui ont trouvé la mort ont été mises en terre le vendredi 09 juin grâce à l’organisation Médecin Sans Frontière (MSF) opérant à lulimba tandis que les blessés sont internés dans un hôpital sur place.

Reportage de la radio Kaoze

Télécharger ce fichier

 

Lire

Sud-Kivu : Une station de radio attaquée par des hommes armés

Journaliste en danger (JED) condamne vigoureusement l’attaque, par des hommes à mains armées, non autrement identifiés, dont a été l’objet la Radio Tuungane de Minembwe, unique station communautaire émettant à Minembwe, un village situé à plus de 100 Km de Bukavu, chef-lieu de la province du Sud-Kivu (Est de la RD Congo).   
 
Selon les informations parvenues à JED, des hommes armés en tenue civile ont attaqué, le dimanche 21 mai 2017 vers 3 heures, la station de Radio Tuungane de Minembwe après avoir neutralisé la garde commise à la sécurité de ce média. Ces assaillants ont emporté les matériels de cette station de radio qui émet dans les hauts plateaux de Minembwe, composés notamment des ordinateurs d’archivage et montage des émissions ; un routeur de connexion Wifi, des imprimantes, le modem et des enregistreurs.      
 
Contacté par JED, Célestin Porama, directeur de programmes de la Radio Tuungane de Minembwe a déclaré : « Depuis cette attaque, notre station de radio fonctionne difficilement. Tous nos matériels informatiques ont été emportés par ces hommes armés. Les journalistes travaillent sans la connexion internet et sont incapables de faire le montage numérique de leurs émissions et reportages ».   
 
Journaliste en danger (JED) demande instamment à la police locale de mener une enquête exhaustive afin d’arrêter les responsables de cette attaque.
 
Pour JED, cet incident est révélateur du climat très instable dans lequel les médias et les journalistes travaillent dans la province du Sud-Kivu.

Beni : Les FARDC vont multiplier des patrouilles sur l’axe Mbau-Kamongo pour contrer les incursions à répétition des groupes armés. (Florence Makalikali)

Cette promesse des FARDC de sécuriser l’axe Mbau-Kamongo fait suite aux nombreuses plaintes des conducteurs de taxi motos et autres usagers de ce tronçon routier. C’est l’administrateur du territoire de Beni qui a annoncé le mardi 06 juin 2017  ces mesures sécuritaires prises  pour éviter aux habitants de Beni d’être victimes, sur cette route, des incursions répétées d’hommes armés qui appartiendraient au groupe ADF.   C’était après une rencontre qui a réuni les autorités tant civiles que militaires de la ville de Beni.  (Florence Makalikali).

Reportage de la radio Moto Oicha

Télécharger ce fichier

Lire

Tanganyika : Les taximen moto s’engagent à payer la taxe de parking à la mairie de Kalemie. (Jacques Furahisha/Radio Kaoze)

Payer une taxe de parking chaque fin du mois et 10 dollars d’enregistrement à la mairie, tel est le compromis trouvé entre les taximen moto et le maire de Kalemie ce lundi 05 juin 2017.  Les taximen moto avaient manifesté il y a quelques semaines pour dénoncer les tracasseries policières dans la ville de Kalemie. Cette grève des taxis motos avaient perturbaient la circulation dans le chef-lieu de la province du Tanganyika, au grand dam de la population. Pour l’autorité urbaine, Alvar Lubuli, les motards doivent payer les taxes dues à l’Etat comme tous les citoyens. De leur côté,  les conducteurs de taxi moto exigent au maire d’identifier les parkings en question. Jacques Furahisha/Radio Kaoze.

 

Reportage de la radio Kaoze

Télécharger ce fichier

Lire

Presse café : Le rôle des journalistes dans la couverture médiatique des sujets liés aux enjeux sécuritaires en RDC. (Internews et Vox Congo)

Les journalistes ont un  rôle particulièrement important à jouer en raison des conflits et violences politiques qui continuent de secouer la RDC. Le Presse Café « Quel est le rôle des journalistes dans la couverture médiatique des sujets liés aux enjeux sécuritaires en RDC ? » organisé par l’équipe de Vox Congo avec l’appui complémentaire d’USAID et de la Coopération Suisse, mardi 30 mai 2017 au Centre de Resources pour les Médias de Kinshasa. L’objectif poursuivi est non seulement se susciter une réflexion mais surtout de proposer des moyens appropriés pour les journalistes de contribuer à la réduction  des conflits politiques et de la violence.

 

Panelistes

  1. Francine Mokoko, journaliste correspondant de TV5 Monde-Afrique en RDC.
  2. Eric Izami, Journaliste reporter à télévision Antenne A,
  3. Tshivis Tshivuadi, Président de la structure JED, Journaliste en Danger
  4. Kasonga Tshilunde, Président national de l’UNPC, Union nationale de la presse du Congo.
Lire

Kasaï: Conflits intercommunautaires entre Tshokwe, Lulua et Luba, plusieurs milliers de personnes fuient leurs villages pour se réfugier dans la brousse. (Elysée Lusamba)

Plus de 8000 déplacés auraient trouvé refuge dans la brousse. Le porte-parole de la zone opérationnelle des Forces Armées de la République Démocratique du Congo (FARDC) dans le grand Kasaï, l’a annoncé ce lundi 08 mai 2017.  Ces derniers, selon le lieutenant Antony Mwalushayi, fuient les conflits qui ont éclaté entre les Tshokwe, les Luba et les Lulua. Toujours selon lui, la communauté Tshokwe accuse les Lulua et les Luba d’être complices des rebelles Kamwina Nsapu. (Elysée Lusamba/Radio Diku Dietu)

Reportage de la radio Diku Dietu

Télécharger ce fichier

Lire

Nord-Kivu : Plus de trois mois sans entendre un seul coup de balle, les habitants de Mayi Moya en territoire de Beni, réapprennent à vivre après des affrontements à répétition dans cette zone entre l’armée congolaise et des groupes rebelles. (John Koraho)

Les écoles et les églises ont rouvert leurs portes et fonctionnent en toute quiétude à Mayi Moya, un groupement situé à 13 km de la ville de Beni. Selon des témoignages recueillis sur place le samedi 06 mai 2017 par le journaliste de la radio Alliance John Koharo, la vie reprend petit à petit son cours normal. Bon nombre de  ceux qui avaient fui ce village ont regagné leurs habitations. La situation s’est sensiblement stabilisée, mais les conditions de vie reste précaire a constaté par ailleurs John Koharo. Reportage.

Radio Alliance

Télécharger ce fichier

Lire