Sud-Kivu : le HCR et la CNR ont formés 100 vigiles du camp des réfugiés Burundais de Lusenda. (Aimable KAVUNJAPORI/Ongea)

Lire

Les 100 vigiles ‘’sungusungu’’ qui s’occupent de la sécurité interne du camp des réfugiés burundais de Lusenda ont été remis à niveau par le HCR et son partenaire CNR. Leur formation a tourné autour des rôles que doivent jouer les acteurs qui interviennent dans la sécurité d’un camp des réfugiés. Les 5 grands points relatifs aux conflits armés, à la criminalité à l’intérieur et à l’extérieur du camp, le terrorisme, les troubles à l’ordre public et les catastrophes naturelles ont été abordés dans le fond par ces deux organisations.
Aimable KAVUNJAPORI.

Sud-Kivu : Soupçonnée de sorcière, le corps sans vie de Madame Nasungula non loin de sa résidence à Baraka. (André FAUCON/Ongea)

Lire

Enlevée par des inconnus dans la nuit du dimanche 14 avril, le corps sans vie de Madame Nasungula Tabisha a été retrouvé ce mercredi 17 avril à une centaine de mètres de sa résidence. Âgée de plus de 50 ans, elle était soupçonnée par son entourage de pratiquer la sorcellerie contre ses voisins.
André FAUCON

[/audio

Sud-Kivu : Deux éléments de la Police Nationale Congolaise retrouvés morts-étranglés dans un carré minier dans la nuit du samedi à dimanche à Misisi. (Ibrahim BYAOMBE/Ongea)

Lire

Deux éléments de la Police Nationale Congolaise ont été retrouvés morts-étranglés dans un carré minier dans la nuit du samedi à dimanche à Misisi. Les responsables et le mobile de ce crime restent inconnus, mais la Police mène déjà des enquêtes pour en dénicher les coupables.
Ibrahim BYAOMBE.

Sud-Kivu : Le chef du village de Katogota vient de lancer les travaux de construction de mémorial des victimes du massacre de Katogota. (Wendo JOES/Ongea)

Lire

A un mois de la commémoration du 19 ème anniversaire du massacre de Katogota qui avait couté la vie à 350 personnes, le chef du village de Katogota avec le soutien de la paroisse catholique de Luvungi vient de lancer les travaux de construction de mémorial des victimes. Parmi les victimes, des réfugiés burundais de 1993 et les citoyens congolais tués en masse par les rebelles du RCD le 14 mai 2000.
Wendo JOES.

Ebola (Table ronde) : Que faire pour qu’Ebola n’atteigne pas la ville de Goma ? (Jérémie SOUPOU/Koma ebola)

Lire

Comment faire pour qu’Ebola n’arrive pas à Goma ? C’est le thème de la table ronde organisée par le CORACON (Collectif des radios communautaires du Nord-Kivu) en partenariat avec Internews avec l’appui de l’USAID.
Les efforts déployés sont-ils suffisants pour barrer la route à Ebola. Les mesure de prévention actuelles, la stratégie pour éviter Ebola à Goma, l’engagement communautaire, sont les points essentiels de la table-ronde.
Invités :
1-Eric Kisa Kalobera, Vice-président de la sous-commission communication à la coordination de la riposte de Goma,
2-Edouard Bienda, président de la commission psychosociale à la coordination de la riposte de Goma
3-Imani Aruta Ezaboto, vice-président de la commission prévention à la coordination de la riposte de Goma
4-Révérend Pasteur Mabutwa Miati Edouard, Responsable de l’Eglise 8ème CEPAC/Hermon.

Sud-Kivu : 189 enfants de 5 à 14 ans déjà vaccinés à base des praziquantel et albendazole dans le site de Mulongwe. (Mihali CORDONTCH/Ongea)

Lire

Le Ministère de la Santé publique de la RDC procède depuis la semaine passée à une campagne de vaccination des enfants réfugiés burundais âgés entre 5 ans et 14 ans dans le site des réfugiés burundais de Mulongwe. Le week-end, jour du lancement de la campagne qui durera près d’une semaine, 189 enfants des blocs 1, 2, et 3 avaient déjà répondu favorablement à cet appel à vaccination à base des praziquantel et albendazole contre des maladies abdominales qui attaquent souvent les enfants à cet âge.
Mihali CORDONTCH, nous en dit plus.

Ebola : L’ONG internationale Internews renforce la sensibilisation contre le virus ebola au Nord-Kivu et Ituri. (Olivier TUZOLANA/VoxCongo)

Lire

L’ONG internationale Internews a mis en oeuvre un projet pour sensibiliser les communautés locales sur le virus ebola dans les provinces du Nord-Kivu et de l’Ituri. Depuis le mardi 29 janvier 2019, une équipe basée à Goma et à Beni produit des bulletins d’information en français, swahili et kinande, trois langues parlées dans les zones touchées par cette épidémie.
Un page facebook, un compte soundcloud « Koma Ebola » sont déjà opérationnels. Vous pouvez écouter et télécharger les différents bulletins mis en ligne.

La situation de l’évolution de la riposte mise à jour le soir du mercredi 6 février 2019 se présente de la manière suivante:

 

– Au total, 789 cas (735 confirmés et 54 probables), 488 décès et 267 personnes guéries
– 1 nouveau cas confirmé
– 2 nouveaux décès de cas confirmés
– 199 cas suspects
Toutes ces données en détails sont disponibles sur le site web du ministère de la santé de la RDC. Pour consulter ces statistiques, cliquez sur ce lien https://mailchi.mp/sante.gouv.cd/ebola_kivu_6fev19

Elections : Les affiches, banderoles et autres supports de campagne de plus en plus visibles à Lubumbashi. ( Beni RACHIDI / RPU )

Lire

Poursuite de la campagne électorale à Lubumbashi. Les affiches, banderoles et autres supports sont de plus en plus visibles sur les
grandes artères de la ville. La population lushoise salue le déroulement mais reste très réservé sur le choix à porter le 23 décembre prochain.
Propos en swahili recueilli par Béni Rachidi de la RPU

Sud-Kivu : Le HCR a animé un débat sur l’hypothèse de son retrait dans les interventions en faveur des réfugiés Burundais au camp de Lusenda. ( Emmanuel BIMENYIMANA / Ongea )

Lire

Comment les réfugiés burundais peuvent-ils se prendre en charge au cas où le HCR suspendait son assistance humanitaire ? Cette question a fait l’objet des discussions dans la réunion que le HCR a animée le mardi 06 novembre dans le camp de Lusenda. Nombreux réfugiés burundais voudraient un renforcement en agriculture et d’autres se faire inscrire dans les écoles de métier.
Emmanuel BIMENYIMANA, nous en dit plus.

Sud-Kivu : 105 hommes, armes à la main, fidèles au chef rebelle William AMULI YAKOTUMBA se sont rendus aux FARDC à Lulimba. ( André FAUCON et Serge BISIMWA / Ongea )

Lire

105 hommes armés, armes à la main se seraient rendus le samedi 20 octobre dernier aux FARDC dans la localité de Lulimba.
Ces hommes, fidèles au chef rebelle William AMULI YAKOTUMBA avaient 26 armes, selon nos sources sur place.
André FAUCON pour les détails.