Kananga : L’assemblée provinciale clôture sa session parlementaire de mars sur une note de satisfaction. (Elysée Lusamba/Radio Diku Dietu)

La chambre législative de la province du Kasai central a clôturé le jeudi 29 juin 2017 sa session parlementaire de mars. Selon le président de la chambre de délibération, Augustin Kamwitu, les honorables députés, malgré l’insécurité, se sont acquittés convenablement de leurs taches telles que l’exige leur mission. A l’ordre de cette session, il y avait : l’interpellation du gouverneur intérimaire, la revisitation de l’édit portant répartition des recettes aux entités décentralisées, l’accompagnement de la chambre à la bonne organisation des épreuves de l’examen d’état,  ainsi que plusieurs lois pour le bon fonctionnement de la province. Le président de l’assemblée provinciale, Augustin Kamwitu a également salué la visite effectuée au mois de mars par le président de la République dans sa province.

Reportage de la radio Diku Dietu

Télécharger ce fichier

 

Lire

Kalemie : Une station de radio pillée par des hommes en armes. (JED)

Journaliste en danger (JED) condamne fermement l’attaque armée contre les installations de la Radio Francophone des Grands Lacs, station émettant à Kalemie, chef-lieu de la province de Tanganyika (Sud-est de la RD Congo).

Selon les informations parvenues à JED, la Radio Francophone des Grands Lacs a été prise d’assaut, le dimanche 11 juin 2017 vers 4 heures, par un groupe d’hommes armés, non autrement identifiés, qui ont saccagé un émetteur de 250 Watts ainsi que d’autres matériels de travail de ce média.

Les installations de la Radio Francophone des Grands Lacs, l’une des stations de radio les plus écoutées dans la nouvelle province de Tanganyika, ont été la cible d’attaque d’hommes armés qui ont forcé les portes et fenêtres de ce média en réussissant à s’introduire dans le studio et dans la régie. N’y trouvant aucun journaliste et technicien, ces hommes armés ont débranché et déboulonné les équipements de transmission d’information, notamment un émetteur de 250 Watts, des microphones, un ordinateur et autres matériels de travail qu’ils ont emporté.

Contacté par JED, Victoire Bitulu, Rédacteur en chef de ce média a déploré cette attaque en indiquant que le bureau de la police se trouve juste derrière le siège de la Radio Francophone des Grands Lacs. « Une enquête est en train de se faire au niveau de la police pour dénicher ces hommes armés qui sont entré par effraction dans nos installations. Avec cet émetteur de 250 Watts, on parvenait à émettre sur une longue distance. Après cette attaque armée, nous sommes contraints d’utiliser un émetteur de secours à faible puissance et nous sommes dans l’incapacité d’assurer une couverture totale », a ajouté le responsable de cette station de radio.

Journaliste en danger (JED) dénonce vigoureusement cette attaque ciblée d’un média et demande à la police de tout mettre en œuvre pour en retrouver les auteurs.

Nord-Kivu : JED dénonce l’interpellation, en toute illégalité, d’un journaliste par l’ANR. (JED)

Journaliste en danger (JED) s’insurge contre l’interpellation d’un journaliste d’une radio communautaire dans les installations de l’Agence Nationale de Renseignements (ANR), antenne locale de Vitshumbi, une cité située à environ 115 Km de Goma, chef-lieu de la province du Nord-Kivu (Est de la RD Congo).

Jean-Michel Dumond invite l’Opposition à participer au Dialogue

C’est sous forme de sermon que Jean-Michel Dumond a tenu sa dernière conférence de presse le mercredi 31 août dernier. En cet après-midi, le chef de la Délégation de l’Union européenne (UE), arrivé fin mandat après cinq ans d’exercice en République démocratique du Congo, s’est voulu conciliant. Au cœur du ’’Groupe de soutien’’ qui accompagne la Facilitation dans les manœuvres visant à aider les Congolais à sortir de la crise, il s’est attelé à sensibiliser toutes les parties pour qu’elles lèvent les obstacles qui les empêchent d’aller au Dialogue, et de résoudre pacifiquement leurs différends.

Jean-Michel Dumond (Yves Kalikat)
’’N’attendez toujours pas que l’extérieur vienne régler vos problèmes’’, a martelé Jean-Michel Dumond, le chef de la Délégation de l’Union européenne en RDC, à la veille de l’ouverture du Dialogue national inclusif.

’’N’attendez toujours pas que l’extérieur vienne régler vos problèmes’’, a déclaré Jean-Michel Dumond au crépuscule de son mandat à la tête de la Délégation de l’Union européenne, s’adressant à la classe politique congolaise – particulièrement à l’Opposition -à quelques heures du démarrage du Dialogue national inclusif le jeudi 1er septembre à Kinshasa.

Convaincu que les Congolais sont un peuple souverain et peuvent résoudre eux-mêmes leurs propres problèmes après 56 ans d’indépendance du pays, l’ambassadeur européen lève le ton : « C’est vrai que les Congolais ont toujours tendance à reporter leurs responsabilités sur les autres. C’est le moment aujourd’hui de prendre vos responsabilités, car vous avez la capacité de régler vos propres problèmes ».

RESPECTER LA SOUVERAINETE DE LA RDC

Se voulant au milieu du village, Jean-Michel Dumond justifie la position de la délégation de l’Union européenne qu’il a pilotée jusqu’alors. « Nous ne sommes pas demandeurs, mais nous sommes disponibles quand on sollicite notre concours. Nous voulons ainsi respecter la souveraineté de la République démocratique du Congo, bien que nous tenions à l’organisation des élections dans le délai prévu par la Constitution ».

Serait-il alors disposé à voir le Groupe de soutien transformé en Groupe de facilitation, comme le réclament déjà certains ténors de l’Opposition ? Jean-Michel Dumond met du bémol : « Si l’Opposition sollicite aujourd’hui notre concours, la Majorité s’oppose au nom de la Souveraineté nationale… En tant que Groupe de soutien, nous demandons au Pouvoir et à l’Opposition de sortir le Congo de l’impasse et de créer un climat de confiance (avec la population) qui n’existe pas. Il ne m’appartient toutefois pas de juger la classe politique congolaise ».

SOUTIEN A KODJO

Aux opposants qui soutiennent que le Facilitateur togolais agit dans la précipitation en convoquant le Dialogue, le chef de la Délégation de l’Union européenne réplique : « Les choses ne sont pas du tout allées dans la précipitation, car le processus du Dialogue a été déclenché le 28 novembre 2015. On en est presqu’à une année (d’impasse)… On ne pourra donc reprocher à Edem Kodjo de prendre aujourd’hui ses responsabilités en convoquant les travaux préparatoires au Dialogue ! ».

L’Union européenne ferait-elle alors la politique de l’autruche face à la question congolaise ? « On n’est ni naïf ni inconscient, mais on se met bien à notre place », martèle Jean-Michel Dumond, soulignant que son institution continue à respecter la souveraineté de la RDC.

« Néanmoins, note-t-il, des démarches sont en cours pour pousser le Gouvernement congolais à décrisper la situation, en continuant à libérer les détenus politiques et les médias d’Opposition, comme l’exige l’Opposition ». C’est dans cette optique que s’est inscrit l’entretien que le chef de la Délégation de l’Union européenne a eu le même mercredi avec Thambwe Mwamba, le ministre congolais de la Justice, bien avant la conférence de presse, a fait remarquer Jean-Michel Dumond.

Tout en se réjouissant de la récente libération de quelques prisonniers politiques, l’ambassadeur européen révèle avoir aussi demandé l’amnistie, notamment en faveur de 80 éléments du M23 exilés au Rwanda et en Ouganda, qui continuent à constituer une menace pour la RDC.

Pliant déjà ses bagages en attendant l’arrivée de son successeur, annoncé pour le 11 septembre prochain à Kinshasa, Jean-Michel Dumond a tenu à participer au lancement des travaux du Dialogue national inclusif le 1er septembre dernier avant de prendre son vol dans la soirée. Le chef de la Délégation de l’Union européenne en RDC a voulu ainsi réitérer son soutien à Edem Kodjo, ce facilitateur que le Rassemblement (regroupement des partis de l’Opposition) continue à fustiger.

Yves KALIKAT et Fyfy Solange TANGAMU

4 serviteurs de Dieu ordonnés prêtres pour le sacerdoce ecclésiastique à Kalemie dans la province de Tanganyika

L’union nationale des églises indépendantes du Congo a procédé dimanche 10 juillet 2016 à l’ordination de 4 prêtres. La cérémonie s’est déroulée au stade municipale de Kalemie. Parmi les nouveaux prêtres, deux hommes et deux femmes. selon les autorités venues de Kinshasa, ces nouveaux promus ont prêté le serment de respecter la bible et de porter le sacerdoce ecclésiastique pour les fidèles, nécessiteux, indigents et toute la communauté chrétienne de la province.   Selon le représentant légal de l’union des églises indépendantes du Congo, la province doit etre représentée par les hommes fidèles et loyaux pour le Seigneur.

Reportage de la radio Kaoze

Télécharger ce reportage

Lire

A Mbandaka : La grogne et l’impatience gagnent les élèves, les parents et même le personnel de l’éducation en attente de la publication des résultats des examens d’état 2015-2016

Les élèves, les parents et personnel de l’EPSP vivent dans une impatience qui frise la grogne. En effet, depuis la publication des résultats des examens d’Etat à Kinshasa, la province de l’Equateur se demande à quand son tour.  selon certaines sources, la ville ne vibre qu’au rythme de messagerie et consultation de résultats via téléphone. Toutes les cabines sont prises d’assaut par les finalistes au point de commencer à énerver certaines sensibilités. D’après un enseignant rencontrer à l’école, c’est à la fin du mois que le ministère de l’EPSP va rendre public tous les résultats de la province.

Reportage de la radio mwana

Télécharger ce fichier

Lire

Dans province de l’Equateur, Le Gouverneur élu propose son programme aux députés province lors de son investiture

Le gouverneur élu de la province de l’Equateur Tony Bolamba a été investi le 16 juin lors d’une plènière organisée à l’Assemblée de la province. Dans son adresse aux élus locaux, le gouverneur a axé son programme sur les besoins prioritaire de la population. selon Tony Bolamba, les routes d’intérêts publics, l’énergie électrique, l’eau, l’Education, l’agriculture et la santé constituent les priorités. Accompagné de son équipe gouvernementale, le gouverneur a tenu à solliciter l’appui de la représentation provinciale pour soutenir ses actions. Signalons que parmi les ministres de la province, on note la présence dune femme qui est journaliste de profession.

Reportage de la radio mwana

Télécharger ce fichier

Lire

Kasai oriental-RATEPROKA, la situation de la liberte de la presse passée au peigne fin par les journalistes et activistes des mouvements associatifs

Le réseau des Radios et Télévision de Proximité de la province du Kasaï Oriental (RATEPROKA) en partenariat avec la Fédération des Radios de Proximité do Congo (FRPC) ont procédé le 03 mai dernier à la production d’une émission pour faire état de lieu sur la liberté de la presse au Kasaï Oriental. Cette production a été rendue possible grâce au financement d’Internews-RDC. En compagnie de plusieurs personnalités du secteur des medias,  Il était également question de voir quelle attitude les professionnels des medias doivent adopter pour jouir pleinement de la liberté qu’offre la profession.  Des avis des uns et des autres, la liberté de la presse ne se manifeste pas seulement par la présence des medias ou de professionnels de medias mais également dans l’exercice de la profession. Au Kasai Oriental, la liberté de la presse s’exerce sur fond de beaucoup de pesanteurs, d’où cette liberté doit s’arracher. Plus d’informations, dans l’émission ci-dessous :

Panelistes :

  1. Clément  Chidibi, Chef de Division et de Medias
  2.  Guylain Banza, CSAC
  3.  Lambert Mbuyi, Omec
  4.  Rose Mbuyu Kanku, Société Civile
Lire

Nord-Kivu : Etat d’avancement de la liberté de la presse et les stratégies pour relever les défits liés à la profession.

En marge de la journée internationale de la liberté de la presse célébrée le 03 mai de chaque année, Le CORECON a organisé une émission pour évaluer l’état d’avancement de la liberté de la presse dans la province du Nord-Kivu quelles stratégies pour relever les défis liés à la profession. C’est dans ce cadre que le structure provinciale en charge des radios communautaires a invité plusieurs personnalités du monde des medias pour réfléchir sur l’évolution de la liberté de la profession et proposer des pistes de solutions pour faire face aux obstacles. Cette émission a été produite grace à l’appui financier d’Internews DRC. Selon le présentateur, la liberté de la presse est le socle de la démocratie et il n’y pas démocratie sans la liberté d’expression. D’où les uns et les autres, quelle que soit leur  position sociale, d’ouvrer pour pour faciliter au journaliste de bien jouer son rôle de l’église au milieu du village. Plus de détail, dans l’émission ci-dessous.

Panelistes :

  1. Evelyne Luyelo, Ucofem Nord-Kivu
  2.  Edgar Maungu, chargé de communication du gouverneur
  3.  Ethienne Kambale, Société civile Nord-Kivu

Emission de Radio Congo Share

Télécharger ce fichier

 

Bonjour !

Internews Network est une organisation internationale qui se consacre au développement aux medias du secteur indépendant dans le monde afin qu’ils puissent fournir aux populations locales l’information dont elles ont besoin et la possibilité de faire entendre leur voix sur la scène publique, locale et nationale.

En République Démocratique Du Congo, de 2010 à 2015, Internews-DRC a travaillé  dans cinq provinces en appuyant plus de cinquante radios communautaires en formation et encadrement des professionnels des medias, en programmes pour stagiaires et bénévoles dans ses radios partenaires, en organisant des Press café avec les réseaux nationaux, provinciaux qui encadrent les radios communautaires, en appui technique et matériel dont l’outil de travail, en renforcement de la viabilité financière, en open Media Grant Fund, en plaidoyer pour les droits des medias et la législation. pour la phase II, Internews travaille dans 13 provinces avec comme champs d’activités, le genre, la communication, la promotion de la législation en appui aux medias, ….