Écouter

RDC : A Kisangani les jeunes se contentent de se faire justice face aux conducteurs auteurs d’accidents mortels.

Ce phénomène de justice populaire que mènent des jeunes depuis peu, accablent également des présumés voleurs attrapés dans les différentes communes de la ville de Kisangani dans la province de la Tshopo. Ces jeunes se disent agir ainsi à cause de l’impuissance du pouvoir judiciaire à réprimer les auteurs de ces accidents et à indemniser les victimes. C’est au cours d’une série de 5 débats communautaires organisés par le MEPAD avec appui d’Internews-RDC, que des juristes comme Patient Biselenge, Maitre Avocat au barreau de Kisangani, ont profité pour attirer l’attention des jeunes sur les responsabilités pénales qu’ils encourent en posant ces actes.

Elections-Beni : C’est poussé par le gout du changement, que les femmes de Bakaiku se sont rendues aux urnes le 31 mars 2019.

Lire

Tout en déplorant le faible taux de participation des femmes aux élections du le 31 Mars dernier, le peu de femmes du quartier Bakaiku de la commune d’Oicha dans la ville de Beni au Sud-Kivu, qui se sont rendues aux urnes pour élire des nouveaux parlementaires de l’assemblée nationale et provinciale, affirment  que cette élection était l’unique moyen d’espérer au changement, et de résoudre le problème de l’insécurité dans leur contrée. Elles ont exposé leurs pensées au court de l’émission Sauti ya Wanawake de la Radio Oicha Moto.

Elections-Beni : Pourquoi aucune femme n’a été élue députée lors du scrutin du 31 Mars 2019?

Lire

Beaucoup des femmes d’Oicha dans la ville de Beni pensent que ce résultat est la preuve tangible que les femmes ne s’aiment pas entre elles et aussi se sous-estiment. D’autres par contre font croire que ces sont les hommes qui interfèrent à chaque fois dans les actions des femmes qui seraient à la base de cet échec des femmes aux récentes élections dans leur région. Autant d’hypothèses qui ont émaillé au court de l’émission-débat Sauti ya wanawake de la Radio Oicha Moto que vous pouvez suivre dans le podcast ci-joint.

Politique : Plusieurs femmes à Beni se sont dialoguées autour de leur l’avenir politique.

Lire

Les femmes qui adhèrent dans des partis politiques à Oicha disent être motivées, par le désir d’être dans l’avenir des dirigeantes du pays pour qu’enfin leur rêve, celui de la parité 50-50. C’est ainsi qu’elles accèdent aux partis politiques, d’où elles doivent apprendre à diriger dans des postes de prise de décision. C’est à travers le plateau de l’émission spéciale aux femmes « Sauti ya Wanawuke » enregistrée dans la radio Oicha Moto qu’elles l’ont fait savoir.

Beni-Insécurité : Pourquoi la persistance des hostilités dans le territoire de Beni ?

Lire

Certaines étudiantes endossent ce problème à la charge des autorités Congolaises. Pour elles, les dirigeants du pays ne s’impliquent pas totalement pour la pacification de la zone de l’Est de la république démocratique du Congo où principalement(Beni) des massacres se succèdes en grande échelle depuis plus de 20 ans. Ces étudiantes ont lancé leur cris d’alarme et ont même dénoncés la complicité de certaines personnalités politiques impliquées dans le statu quo de leur région du Sud-Kivu. C’etait au court de l’émission-débat Sauti ya wanawake à réécouter ici en podcast ci-dessous.

Politique : 6 mois après son investiture, les femmes d’Oicha lancent un message fort au nouveau président de la république pour la restauration de la paix à Beni.

Lire

Les femmes du quartier Masosi de la commune d’Oicha dans la ville de Beni au Sud-Kivu, entendent du nouveau président de la république la restauration de la paix dans ce territoire. Elles veulent reprendre librement leurs activités champêtres abandonnées depuis près de 20 ans, à cause des guerres dont elles ignorent des raisons profondes. Suivez l’intégralité de leur message dans cette émission Sauti ya Wanawake proposée par la Radio Oicha Moto avec l’appui d’Internews.

Politique : Les femmes du Sud-Kivu dénoncent leur exclusion totale dans la gestion de la chose publique dans leur province.

Lire

C’est à Pakanza dans la commune d’Oicha dans la ville de Beni qu’elles se sont réunies pour accorder leur voix à l’émission « SAUTI-YA-WANAWAKE » de la radio Oicha Moto. Dans leurs mécontentement, elles se disent ne pas être impliquées dans la gestion de la chose publique depuis le défilement des gouvernements provinciaux dans leur région. Elles en appellent aux nouveaux dirigeants d’en être redevable vis-à-vis de la population. Leurs analyses sont à découvrir dans cette émission.

RDC : Les femmes obligées à s’offrir à leurs patrons avant d’obtenir du travail à Oicha dans le Sud-Kivu.

Lire

Ces femmes victimes dont la plupart occupent le quartier Bakaiku dans la commune d’Oicha dans la ville de Beni au SUd-Kivu ont profité de l’occasion d’une série d’émissions « SAUTI YA WANAWAKE » conçues par la Radio Moto Oicha avec l’appui d’Internews(organisation internationale) pour déplorer le retour en puissance du phénomène « travail sexuellement acquis » dans leur région. Le manque criant d’emplois dans cette partie de la RDC serait pour elles, la principale motivation qui pousse différents employeurs d’exploiter sexuellement leurs candidates qui voudrait obtenir d’eux une embauche, chose qu’elles condamnent avec dernière énergie. Poursuivez en écoutant ces émissions-débat qui exploitent ces sujets.

RDC : Intégration de la femme dans la gestion des affaires coutumières, une discrimination de longue date au Sud-Kivu.

Lire

Les femmes Babembe dans le territoire de Fizi dans la province du Sud-Kivu disent être discriminées par leurs coutumes qui ne leurs donnent pas accès à la direction de leurs entités coutumières. Selon elles, depuis plusieurs années tous les chefs des groupements et de villages ne sont que des hommes. Ces femmes se sont ainsi exprimées lors du débat public tenu à Swima à Fizi sur la participation de la femme dans la gestion des entités coutumières, organisé par la Radio le Messager du Peuple avec l’appui de l’organisation internationale Internews à l’intention des femmes leadeuses et gardiennes de coutume Babembe. Suivez ci-dessous l’intégralité de ce débat en swahili animé par Joséphine MUNGUBI de la Radio le Messager du Peuple.

Sud-Kivu :Bavira a abrité plusieurs débats publics organisés avec l’appuis d’Internews-RDC, autour de la participation de la femme dans la gestion des entités coutumières.

Lire

A Bavira dans la ville d’Uvira au Sud Kivu, dans toutes les communautés, aucune femme ne peut prétendre occuper un poste de direction coutumière. Ces précisions émanent des gardiens de coutume Bavira lors des débats publics initiés par la Radio le Messager du peuple avec l’appui de l’organisation Internews sur la participation de la femme dans la gestion des entités coutumière chez les Bavira qui se sont tenus à Kabindula chef-lieu de la chefferie de Bavira dans la province du Sud-Kivu. Découvrez les avis des uns et des opinions des autres sur cette problématique à travers ces débats public en swahili animé par Joséphine MUNGUBI de la Radio le Messager du Peuple.