Processus électoral en RDC : « J’aime le Congo, j’exige les élections en 2017 », des ONGs locales lancent cette campagne nationale au Kasai central pour protester contre le report des opérations d’enrôlement des électeurs dans cette province. (Elysée Lusamba)

C’est au cours d’un point de presse tenu le lundi 08 mai 2017 à Kananga que les organisations de la société civile  ont lancé au Kasai Central la campagne nationale « J’aime le Congo, j’exige les élections en 2017 ». Le président provincial du cadre de concertation du Kasaï central, Jean Réné Tshimanga a, à l’occasion, interpellé tous les acteurs politiques ainsi que la commission électorale nationale indépendante (CENI) au respect de l’accord du 31 décembre 2016. Cet accord a-t-il rappelé consacre l’organisation des élections sur l’ensemble du pays à la fin de cette année. (Elysée Lusamba/radio Diku Dietu).

 

Reportage de la radio Diku dietu

Télécharger ce fichier

Lire

Kasaï: Conflits intercommunautaires entre Tshokwe, Lulua et Luba, plusieurs milliers de personnes fuient leurs villages pour se réfugier dans la brousse. (Elysée Lusamba)

Plus de 8000 déplacés auraient trouvé refuge dans la brousse. Le porte-parole de la zone opérationnelle des Forces Armées de la République Démocratique du Congo (FARDC) dans le grand Kasaï, l’a annoncé ce lundi 08 mai 2017.  Ces derniers, selon le lieutenant Antony Mwalushayi, fuient les conflits qui ont éclaté entre les Tshokwe, les Luba et les Lulua. Toujours selon lui, la communauté Tshokwe accuse les Lulua et les Luba d’être complices des rebelles Kamwina Nsapu. (Elysée Lusamba/Radio Diku Dietu)

Reportage de la radio Diku Dietu

Télécharger ce fichier

Lire

Kananga : Sur 54 journalistes reconnus par l’UNPC, il n’y a que 9 femmes. (Elysée Lusamba)

A l’approche de la journée internationale de la liberté de la presse célébrée le 03 mai de chaque année, les femmes des médias dénoncent la faible représentativité des femmes aux postes de décision et le nombre reduit des femmes dans les médias à Kananga.   Sur 54 journalistes reconnus par l’Union nationale de Presse du Congo (UNPC) à Kananga, on ne compte que 9 femmes. Dans la dizaine de médias établie dans la province, seule une entreprise médiatique est dirigée par une femme. Selon elles, les managers de médias ne tiennent pas compte des compétences pour les promotions ou embauches dans les structures de presse de cette province. Pour la directrice provinciale de l’Union Congolaise des femmes de Media (UCOFEM), Dauphine Malu, il s’agit d’une injustice liée à certaines pesanteurs culturelles. Pour le directeur de la Radio Kasaï Horizon, Edouard Diyo, la faute revient aux femmes elles-mêmes qui ne s’impliquent pas assez dans ce métier. (Elysée Lusamba/Radio Diku Dietu)

Reportage de la radio Diku Dietu
Télécharger ce fichier

Lire

Les enseignants du Kasai central ont grand besoin d’une formation en gestion de stress en milieu scolaire après les tuéries enregistrées dans cette zone. (Elysée Lusamba)

Les affrontements meurtriers entre miliciens de Kamwina Sanpu et les FARDC depuis 2016 portent un coup sur l’éducation des enfants. Cette inquiétude est de Pierre Tshilenge, psychologue et doyen de la faculté de psychologie à l’université Simon Kimbangu de Kananga  dans la province du Kasai central. Il s’est adressé à ce sujet à la presse le mardi 02 avril 2017. Selon lui, les atrocités vécues du fait de ces conflits armés ont des conséquences néfastes  sur le comportement des enfants. Pierre Tshilenge propose que les enseignants soient  outillés en gestion de stress en milieu scolaire. Pour lui, les proffessionnels de la craie doivent apprendre à identifier les signes de traumatismes chez les élèves et à orienter les victimes vers les structures spécialisées. (Elysée Lusamba/radio Diku Dietu).

 

 

Reportage de la radio Diku Dietu
Télécharger ce fichier

Lire