Province du Tanganyika: 16 maisons emportées et une fille de 16 ans morte de suite des pluies diluviennes à Kalemie ( Jacques Furahisha/Radio Kaoze)

Lire

La pluie qui s’est abattue dans la nuit de lundi 20 à mardi 21 novembre 2017 dans la ville de Kalemie a causé plusieurs dégâts tant matériels qu’humain. C’est le cas au quartier Kitoko où on a dénombré 12 maisons emportés par les eaux de pluie et au quartier Kamukolobondo le décès d’une fille de 16 ans. La pluie était accompagnée d’un vent violent qui ont bouché tout  le système de canalisation d’eau. Parmi les quartiers qui ont été victime des conséquences de pluie, on cite le quartier cadastre, Kabulo et Kitshanga.

Reportage de la Radio Kaoze

Télécharger ce fichier 

 

Sud-Kivu : La destruction de l’environnement, à la base des pluies abondantes pendant la saison sèche dans le territoire de Fizi au risque de perturber les activités champêtres (Bernard Akili/RC Muungano)

Lire

Les pluies abondantes observées pendant le mois d’aout dans le territoire de Fizi, sont la conséquence de la déforestation, comme l’a affirmé le mercredi 23 aout 2017 un des activistes de l’écologie,  monsieur Mzarahu. Selon cet expert en écologie, ces pluies de la saison sèche auront de répercussion sur les activités agricoles pendant la saison de pluie. Alors pour lutter contre les perturbations climatiques, les agronomes demandent aux habitants du territoire de Fizi de procéder à l’opération « Kata mti, panda mti » pour dire « couper un arbre, planter un arbre« .

Reportage de la radio communautaire Muungano

Télécharger ce fichier

Sud-Kivu : 2000 bêtes des éleveurs venus de Kabambare/province du Maniema ravagent les champs des agriculteurs de Fizi dans le Sud-Kivu (Bernard Akili/RC Muungano)

Lire

Plus de 2000 têtes de bêtes  sont en divagation dans les montagnes du territoire de Fizi précisément à Kilombwe dans la province du Sud-Kivu. Selon les agriculteurs de Fizi, plusieurs champs ont été envahis par ces troupeaux. Quelques agriculteurs ont saisi le mercredi 23 aout 2017 la société civile pour que la justice soit faite. Pour la petite histoire, ces 2000 bêtes appartiennent aux éleveurs venus du territoire de Kabambare dans la province du Maniema.

Reportage de la radio communautaire Muungano

Télécharger ce fichier

Sud Kivu : Le comité de Reboisement de Sange (CORESA) sensibilise toutes les couches de la population de Sange à lutter contre le feu de brousse (Gilbert Kwangaba/RR de sange)

Lire

Le Comité de Reboisement de Sange (CORESA) appelle la population de la cité de sange non seulement à lutter contre le feu de brousse mais surtout à l’éviter. Cet appelle a été lancé le lundi 14 aout 2017 lors d’une campagne porte à porte dans la cité de Sange. Selon le Coordinateur de cette structure Richard MASUMBUKO, plusieurs animateurs  communautaires circulent dans les quartiers pour amener toutes les couches de la population à s’impliquer pour combattre ce phénomène. Ainsi, Richard Masumbuko en appelle à la prise de conscience de chacun pour sauver les champs et les arbres de la foret car estime -t-il, préserver l’environnement, c’est contribuer à réduire les effets de gaz à effet de serre.

Extrait sonore de la radio rurale de Sange

Télécharger ce fichier

Bukavu : Les pygmées n’ont toujours pas accès aux terres 3 ans après avoir été chassé du Parc national de Kahuzi Biéga (PNKB). (Patrick Kahondwa/Radio ISDR)

Lire

C’est  entre autres raisons qui a poussé  le centre d’accompagnement des autochtones pygmées (CAMV) a organisé le vendredi 09 juin 2017 à Bukavu une réunion d’évaluation de l’application des conditions posées en 2014 par les peuples autochtones chassées du PNKB. Selon le responsable de ce centre, 3 ans après la signature d’un accord entre les peuples autochtones du PNKB, les responsables du parc et les autorités provinciales, les pygmées continuent à vivre dans des conditions précaires aux alentours du parc. Ils n’ont toujours pas accès notamment  aux terres, aux soins de santé et à l’éducation, a affirmé la même source. Le CAMV  exige la stricte application de cet accord pour permettre aux autochtones chassés du PNKB de vivre mieux.

 

 

Reportage de la radio ISDR

Télécharger ce reportage 

 

Equateur : rareté du poisson sur le marché à Mbandaka, les prix ne cessent de grimper. (Blandine NKUMU)

Des habitants de  Mbandaka se plaignent de la rareté des poissons sur le marché. C’est depuis plus d’un mois que cette situation s’observe. Conséquence : le prix ne fait que galoper. Sur le marché par exemple le poisson NGOLO qui coutait 700 FC se vend aujourd’hui à 2.500 FC. Ce sont des phénomènes naturels qui sont à la base de cette situation a indiqué Mr Jean ETONGO expert à la Division Provinciale de l’Agriculture. Selon lui, l’abondance de pluie et beaucoup d’eaux sur le fleuve poussent les poissons à se cacher dans les sables. Toujours selon lui, il y aura beaucoup de poissons sur les marchés au début de la saison sèche  au mois de juillet, période à laquelle les poissons remontent vers la surface des eaux.

 

Mbandaka, Blandine NKUMU, Radio Communautaire MWANA.

Pose, à Kalemie, de la première pierre de l’institut congolais des hydrocarbure par le ministre du gouvernement central des hydrocarbures

Lire

Comme annoncé lors de la conférence quadripartite entre la Zambie, le Burundi, la Tanzanie et la RDC, le ministre congolais des hydrocarbures a procédé le lundi 20 février 2017 à la pose de la première pierre de la construction de l’institut congolais des hydrocarbures. Selon le ministre  Aimé Ngoyi Mukena, le choix de Kalemie se justifie du fait Kalemie est proche de Tanzanie et qu’elle a une grande expérience dans le domaine des hydrocarbures. Pour le gouverneur de la province Richard Ngoy Kitangala, la construction de l’institut congolais des hydrocarbures est un facteur de désenclavement scientifique de la province.  Signalons cette institution est érigée dans le site de Mulengi, site situé à plus de 10 km de la ville de Kalemie.

 

Reportage de la radio Kaoze

Télécharger ce fichier

La gestion du lac Tanganyika et le jumelage du port de Kalemie au centre d’un quadripartite entre la Tanzanie, le Burundi, la Zambie et la RDC.

Lire

Une conférence sur la gestion du lac Tanganyika et le jumelage du port de Kalemie s’est ouverte le samedi 18 février 2017 à Kalemie, chef lieu de la province du Tanganyika. La première journée a été réservé aux exposée des experts internationaux des parties prenantes. Les échanges ont porté sur les potentialités du lac Tanganyika. Les représentants de ce 4 pays ont décidé de la création à Kalemie de l’institut congolais des pétroles et hydrocarbures. Signalons le République Démocratique du Congo a été représenté par le ministre national des hydrograrbures. Pour rappel, Cette conférence sur les potentialité du lac Tanganyika est la deuxième après celle organisée à Uvira dans le Sud-Kivu en septembre 2009.

Reportage de la radio Kaoze

Télécharger ce fichier

Katanga : L’entreprise chinoise Kaipeng Mining en procès pour pollution minière à Likasi

Lire

Ouvert le 08 décembre, ce procès oppose d’un côté des cultivateurs de la ville de Likasi contre, de l’autre côté, l’entreprise minière chinoise Kaipeng Mining et l’Etat congolais. Ces derniers sont accusés de n’avoir pas indemnisé les cultivateurs victimes de la pollution engendrée par l’usine de traitement des minerais de cette compagnie chinoise. A la base de l’affaire en justice, les cultivateurs de Likasi avaient dénoncés et prouvés les conséquences néfastes des émanations toxiques de l’usine chinoise sur leurs récoltes. Pour ce premier jour de procès le tribunal s’est retiré pour statuer sur une motion de procédure soulevée par les avocats de l’entreprise chinoise.

Reportage de la radio Rcl Likasi

Télécharger ce fichier

A Bandundu-ville, le PNUD organise un atelier sur l’exploitation planifiée des ressources pour la protection de l’environnement.

Lire

Le PNUD-Bandundu ville organise du lundi 18 au vendredi 21 aout 2016 un atelier sur l’exploitation planifiée des ressources naturelles. Cet atelier vise à doter la province d’un cadre légal en matière de gestion de ressources naturelles. Pendant 5 jours, les participants venus des différents territoires que compte la province vont réfléchir sur les perspectives, les défis et enjeux de l’environnement enfin d’établir un diagnostic enfin de doter la province d’un cadre légal.

Reportage de la radio Bandundu FM

Télécharger ce fichier