Café-Presse : Parité et Loi Electorale: un état des lieux (AFEM-SK/Internews)

Lire

Il existe des contradictions entre la loi sur la Parité votée en 2015 et l’actuelle loi électorale. L’actuelle loi électorale semble constituer un recul. Que peuvent faire les femmes au niveau de la province et au niveau national, notamment pour que la prochaine révision de la loi permettent une meilleure intégration des femmes candidates et au delà dans les organes de décision et de contrôle des décisions publiques.

L’Association des Femmes de Médias du Sud Kivu et Internews ont organisé à Bukavu ce 30 novembre 2017 au Centre de Ressources et de Formation des Médias un débat sur cette question: 5 panelistes et 50 participants ont échangé leur idées et propositions.

Panelistes:

  • Solange Lusiku, vice présidente Union Nationale de la Presse Congolaise (UNPC) Solange Lwashige, porte parole du Mouvement Rien Sans les Femmes
  • Muhindo Shedadi, directeur de cabinet du questeur de l’Assemblée provinciale du Sud Kivu
  • Agnès Sadiki, directrice de cabinet, Ministère provincial du Genre
  • Aimée Matabaro, coordonnatrice provinciale du Cadre Permanent de Concertation de la Femme Congolaise (CAFCO)
  • Gaudens Maheshe, secrétaire exécutif, Commission Elecotorale Nationale Indépendante (CENI) – Sud Kivu

 

Sud-Kivu : L’héritage laissé par l’ex gouverneur Marcelin Tshisambo à l’actuel élu Claude Nyamugabo parait plus sombre sur la situation socio-économique (Japhet Wilindja/Radio ISDR)

Lire

Le tableau sur la situation socio-économique de la province du Sud-Kivu présente une image apocalyptique. Dans un état de lieu fait le mardi 19 septembre 2017 par le journaliste de la radio locale ISDR, tout est priorité. Sur le plan sécuritaire, la population craint le phénomène grandissant de kidnapping,  les fonctionnaires accusent plus de 10 mois d’arriérés de salaire. Certains territoires, les groupes armés font la loi. Alors, la population appelle le nouveau gouverneur élu Claude Nyamugabo à se pencher sur les questions liées à la paix et au social.

Reportage de la radio ISDR

Télécharger ce fichier

Sud-Kivu : Le prix du carburant revu à la hausse à Bukavu ( Japhet WILONDJA/RISDR)

Lire

La hausse du prix du carburant impacte négativement sur le transport en commun dans la ville de Bukavu. 1 litre de carburant qui se payait à 1500 fc il y a trois jours, il se paye déjà à 2500fc chez certains vendeurs et à 3000fc chez d’autres. Cette situation entraîne une spéculation notamment dans la tarification du prix de transport en commun. Et la population craint la hausse généralisée des prix de produits de première nécessité.

Reportage de la radio ISDR

Télécharger ce fichier

Sud-Kivu : Suite à la pénurie d’eau de la Régie de distribution d’eau (Regideso) à Bukavu, la population de s’approvisionne à partir du lac ou de rivière (Japhet Wilondja/Radio ISDR)

Lire

La pénurie d’eau potable reste un casse-tête dans la ville de Bukavu. Les quartiers les plus touchés sont notamment MUHUNGU-METEO, RUZIZI et l’avenue La Voix du Congo, en commune d’Ibanda depuis plusieurs mois. Interrogés le lundi 11 septembre 2017, des habitants de ces quartiers pointent du doigt la Régie de Distribution d’eau (REGIDESO). Ils affirment craindre les maladies hydriques surtout pendant cette saison pluvieuse.

Reportage de la radio ISDR

Télécharger ce fichier

Sud-Kivu : « Vijana, tunaweza »: thématique d’un atelier initié par l’ONG Alerte International à Bukavu dans le but de réduire le marginalisation sociale et politique des jeunes par les médias (Bernard Akili/RC Muungano)

Lire

Ouvert le lundi 28 aout 2017, cet atelier initié par l’ONG Alerte International s’est clôturé le mardi 29 aout 2017. Avec comme thématique « Vijana, Tunaweza » comme pour dire « Jeune, nous sommes capable » vise à réduire la marginalisation sociale et politique dans la société. Ainsi, parmi les cibles, ce sont les jeunes travaillant dans le médias qui auront pour mission de produire et diffuser les messages appelant à la paix et au changement de comportement. Signalons que ce projet est financé entièrement par l’Union européenne.

Reportage de la radio communautaire Muungano

Télécharger ce fichier

 

Bukavu : Les pygmées n’ont toujours pas accès aux terres 3 ans après avoir été chassé du Parc national de Kahuzi Biéga (PNKB). (Patrick Kahondwa/Radio ISDR)

Lire

C’est  entre autres raisons qui a poussé  le centre d’accompagnement des autochtones pygmées (CAMV) a organisé le vendredi 09 juin 2017 à Bukavu une réunion d’évaluation de l’application des conditions posées en 2014 par les peuples autochtones chassées du PNKB. Selon le responsable de ce centre, 3 ans après la signature d’un accord entre les peuples autochtones du PNKB, les responsables du parc et les autorités provinciales, les pygmées continuent à vivre dans des conditions précaires aux alentours du parc. Ils n’ont toujours pas accès notamment  aux terres, aux soins de santé et à l’éducation, a affirmé la même source. Le CAMV  exige la stricte application de cet accord pour permettre aux autochtones chassés du PNKB de vivre mieux.

 

 

Reportage de la radio ISDR

Télécharger ce reportage