Spot 2 – Prévention Ebola – Lingala

Visé par le Ministère de la Santé, ce premier spot de prévention sur le virus Ebola en lingala a été produit par Internews dans le cadre de l’appui demandé par les radios partenaires de la Tshopo, un appui incluant leurs confrères du Bas Uele, après l’émergence du virus près de Likati, Bas Uele, au début du mois de mai 2017.

Cet appui comprend des sessions de mentoring pour la production de reportages et de brèves, un appui financier à la production, la production de deux spots et d’une interview d’un spécialiste de la lutte contre Ebola, le professeur Rollin du U.S. Center for Disease Control and Prevention (CDC) (traduit en lingala), l’organisation d’un café presse sur la question à Kisangani (médias, société civile, Ministère de la Santé et UNICEF), diffusés dans 14 radios du Bas Uele et de la Tshopo.

Ce spot a également été produit en français, zozande et boa.

Texte: Lea Otshudi et Breuil Munganga
Voix: Nancy Ngongo et Olivier Tuzolana
Musique : Fred Kabeya
Technique et Montage: Olivier Tuzolana

Télécharger le fichier MP3: Spot 2 (Lingala)

Lire

Interview du professeur Rollin (US Center for Disease Control and prevention) sur le contrôle et la prévention des épidémies du virus Ebola- version longue

Zaina Kere Kere, l’une des journalistes travaillant sur le bulletin quotidien Vox Congo, a interviewé, lundi 5 juin dans les studios d’Internews à Kinshasa, le Professeur Pierre Rollin du Center for Disease Control and prevention (CDC), l’agence du gouvernement américain en charge du contrôle et de la prévention des épidémies aux Etats Unis et dans le monde. Il a été envoyé en République Démocratique du Congo pour appuyer l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et le gouvernement congolais dans la gestion des cas d’Ebola détectés dans le territoire d’Aketi (Bas Uele): deux personnes sont décédées. Le gouvernement et ses partenaires travaille à partir de la localité  de Likati pour contrôler et prévenir une éventuelle épidémie.

Le professeur Pierre Rollin est l’un des spécialistes mondiaux du virus Ebola (du nom d’une rivière près de Yambuku, Bas Uele, où on a découvert le virus en 1976). Il répond aux questions de Zaina Kere Kere sur l’histoire du virus Ebola en particulier en RDC, les mesures prises par le gouvernement depuis le début du mois de mai 2017 à la lumière de son expérience, notamment dans la gestion de l’épidémie en Afrique de l’Ouest en 2014 et sur la question des tests de vaccin autorisés par le gouvernement.

Cette interview est mise à disposition des 58 radios partenaires du Programme de Développement du Secteur des Médias (PDSM) financé par l’USAID. De façon complémentaire, une version courte en français et en lingala est envoyé aux 14 radios cibles de la Tshopo et du Bas Uele.

Lire

Spot 1 – Prévention Ebola – Lingala

Visé par le Ministère de la Santé, ce premier spot de prévention sur le virus Ebola en lingala a été produit par Internews dans le cadre de l’appui demandé par les radios partenaires de la Tshopo, un appui incluant leurs confrères du Bas Uele, après l’émergence du virus près de Likati, Bas Uele, au début du mois de mai 2017.

Cet appui comprend des sessions de mentoring pour la production de reportages et de brèves, un appui financier à la production, la production de deux spots et d’une interview d’un spécialiste de la lutte contre Ebola, le professeur Rollin du U.S. Center for Disease Control and Prevention (CDC) (traduit en lingala), l’organisation d’un café presse sur la question à Kisangani (médias, société civile, Ministère de la Santé et UNICEF), diffusés dans 14 radios du Bas Uele et de la Tshopo.

Ce spot a également été produit en français, zozande et boa.

Texte: Lea Otshudi et Breuil Munganga
Voix: Nancy Ngongo et Olivier Tuzolana
Musique : Fred Kabeya
Technique et Montage: Olivier Tuzolana

Télécharger le fichier MP3: Spot 1 (Lingala)

Lire

Spot 2 – Prévention Ebola – Français

Visé par le Ministère de la Santé, ce second spot de prévention sur le virus Ebola a été produit par Internews dans le cadre de l’appui demandé par les radios partenaires de la Tshopo, un appui incluant leurs confrères du Bas Uele, après l’émergence du virus près de Likati, Bas Uele, au début du mois de mai 2017.

Cet appui comprend des sessions de mentoring pour la production de reportages et de brèves, un appui financier à la production, la production de deux spots et d’une interview d’un spécialiste de la lutte contre Ebola, le professeur Rollin du U.S. Center for Disease Control and Prevention (CDC) (traduit en lingala), l’organisation d’un café presse sur la question à Kisangani (médias, société civile, Ministère de la Santé et UNICEF), diffusés dans 14 radios du Bas Uele et de la Tshopo.

Ce spot a également été produit en lingala, zozande et boa.

Texte: Lea Otshudi et Breuil Munganga
Voix: Zaina Kere Kere et Karim Benard-Dende
Musique : Fred Kabeya
Technique et Montage: Olivier Tuzolana

Lire

Bas-Uélé : Plus de 500 personnes ont été en contact avec des porteurs du virus Ebola dans la zone de santé de Likati. (Jean Kombozingi/Radio Rubi, Buta, Bas Uele)

Dans sa réunion de mercredi 24 mai 2017, le comité de gestion des urgences du virus Ebola, composé des membres du ministère de la santé publique et des partenaires locaux et internationaux, a avancé un chiffre de 520  personnes qui ont déjà été en contact avec des porteurs de ce virus. Ces personnes ont été identifiées dans la zone de santé de Likati. Deux d’entre ces personnes ont été testées positives au virus Ebola.  Jean KOMBOZINGI TITA ZELU de la radio RUBI à Buta fait le point de l’évolution de cette épidémie depuis son apparition au Bas-Uélé.

reportage

Lire

Tshopo: Baisse de la consommation de la viande de chasse à Isangi, les habitants ont peur d’attraper le virus Ebola. (Joseph Bassay/Radio Bondeko)

La vente et la consommation de la viande de chasse connaissent une réduction très sensible dans la cité d’Isangi. Plusieurs familles ont banni cette viande de leur régime alimentaire pour écarter tout risque de contamination. Cette méfiance et dérogation aux habitudes culinaires de la zone, s’observe depuis l’annonce de l’apparition du virus hémorragique d’Ebola dans la province voisine de Bas Uélé, au début de ce mois de Mai 2017. Les plus malheureux  par cette situation sont  les chasseurs et revendeurs de cette viande. Selon eux,  les recettes ont baissé à plus de la moitié. Reportage signé Joseph BASSAY (radio Bondeko Isangi)

Reportage de la Radio Bondeko

Télécharger ce fichier

Lire

Bas Uélé : L’institut national des recherches biologiques (INRB) met en place des laboratoires pour dépister le virus Ebola dans la localité de Likati.

L’institut national des recherches biologiques/INRB a installé le samedi 20 mai 2017 un laboratoire de dépistage du virus EBOLA à Likati, province de Bas Uélé. Selon le directeur de la radio BOMOKO,  l’INRB a également mis à la disposition de la zone de santé de Likati des laboratoires mobiles. Ces derniers vont récolter des cas suspects et les acheminer au laboratoire de Likati pour confirmation ou pas de la fièvre hémorragique à virus EBOLA.  Il s’agit des experts du gouvernement congolais et ceux de l’organisation mondiale de la santé/OMS qui utilisent ces outils médicaux. Selon la même source, ce sont les villages de Ngay et Mouma ou des cas suspects sont beaucoup plus signalés. Les deux villages sont voisins de Nambwa ou le virus Ebola a déjà tué deux personnes depuis sa réaparution dans la province de Bas Uélé au début de ce mois.

Mesure de protection contre le virus Ebola : la société civile du territoire d’Isangi dans la Tshopo invite la population à ne pas consommer la viande des animaux trouvés morts en forêt. (Elie Trésor Lobanga)

La société civile du territoire d’Isangi recommande aux habitants de ce territoire d’éviter de manger et de manipuler des animaux tués ou trouvés morts en forêt. Le président de cette organisation, Dr Papy Yalungu, a lancé cet appel  le mercredi 17 mai 2017 lors d’un échange avec la presse locale sur la protection contre la fièvre hémorragique à virus EBOLA. Selon lui, le territoire d’Isangi, dans sa partie nord,  partage la même forêt avec la zone épidémique de la province de Bas Uélé. Il est donc très important de s’abstenir de tout contact avec les animaux sauvages pendant cette periode  a expliqué le Dr Papy Yalungu, président de la société civile et médecin chef de zone de santé ad intérim d’Isangi. Il est au micro d’Elie

Reportage de la radio Bondeko

Télécharger ce fichier

Lire

Virus d’Ebola : la division provinciale de la santé de la Tshopo lance des appels à la vigilance. (Trésor Mokiango)

La fièvre hémorragique à virus EBOLA demeure une forte préoccupation de tous les habitants de la province de Tshopo même si c’est la province voisine, Bas Uélé, qui est affectée. Les deux provinces sont séparées par des rivières et des forêts dans lesquelles les habitants de part et d’autres vont chasser des animaux vecteurs de transmission de cette maladie. Dans son message de sensibilisation de ce vendredi 19 mai 2017, le chef a.i. de la division de la Santé de Tshopo demande à la population d’être vigilante et de déclarer tout cas suspect d’Ebola. Suivez Dr Adelard LOFUNGOLA au micro de Trésor MOKIANGO de la Radiotélévision Kintuadi à Kisangani.

Extrait sonore de la radio Kintuadi

Télécharger ce fichier

Lire

Epidémie d’Ebola au Bas Uélé : l’équipe d’urgence médicale en route vers la localité de Aketi, bloquée à Buta depuis 5 jours. (Tisseroon Mbusa)

Une équipe d’urgence médicale, composée d’experts congolais et ceux de l’organisation mondiale de la santé(OMS) est bloquée à Buta avec leur matériel sanitaire depuis le lundi 15 mai 2017.  Ces experts devraient se rendre en toute urgence dans la localité d’AKETI pour y mener des recherches et contenir la propagation de la maladie à virus Ebola à d’autres zones. Selon la société civile de Buta, l’équipe n’arrive pas à joindre cette localité, située à 150 kms du chef-lieu de la province de Bas Uélé. Et ce, à cause du très très mauvais état de la route, a expliqué Floribert Masoguo KATEKA, président de la société civile de Buta. Notons que c’est notamment dans la zone de santé de Aketi que deux cas de virus EBOLA sur les 20 suspectés, ont été confirmés, il y a près de deux semaines.    (Tisseroon Mbusa/Radio Amani).