Presse-café : « Contraintes et défis liés au respect du calendrier électoral par la CENI » (Internews et Voxcongo)

Presse-café Voxcongo : « contraintes et défis liés au respect du calendrier électoral par la CENI », c’est la thématique développée le vendredi 01 décembre 2017 au CRM situé dans la commune de la Gombe. Ce café presse  organisé devant un auditoire composé des journalistes et des acteurs de la société civile. La République Démocratique traverse une période décisif sur le choix porté à la publication du calendrier électorale.

Le calendrier électoral publié le 05 novembre dernier par la CENI et qui prévoit l’élection présidentielle couplée aux législatives nationales et provinciales en décembre 2018, reste soumis à un certain nombre de « contraintes » qui doivent être levées  à des dates précises. Selon La Commission Électorale Nationale Indépendante,  les plus épineuses sont, entre autres,  des contraintes liées au financement dont le deadline est fixé, pour la plupart,  à la fin du mois de novembre 2017.Parmi ces contraintes financières, on note en première position, « l’actualisation du plan de décaissement des fonds pour la prise en charge des opérations électorales présidentielles, législatives, provinciales, urbaines, municipales et locales ». Selon la CENI, cette responsabilité est du ressort exclusif du gouvernement. Mais déjà, à  travers le projet du Budget exercices 2018 déposé à l’Assemblée Nationale par le premier ministre Tshibala le mercredi 15 novembre 2017 dernier,  le gouvernement s’est engagé à décaisser  912,5 milliards des francs congolais, soit environ 500 millions USD pour les opérations électorales. Il reste pour autant “L’élaboration d’un plan de mise à disposition de la CENI des Fonds pour l’appui aux opérations électorales comme engagement des différents partenaires financiers de la RDC”. Ces derniers sont appelés également à donner leur réponse avant le 30 de ce mois en cours. Mais il convient de signaler qu’à ce jour, aucune déclaration de la communauté internationale allant dans le sens d’un appui financier au processus électoral en cours.

La troisième contrainte évoquée par la CENI reste l’appui logistique à l’organisation des opérations électorales, une tâche qui est confiée à la MONUSCO. Celle-ci non plus,  ne s’est pas encore formellement prononcée à ce sujet.Pour rappel,  en ce qui concerne les 3 prochains scrutins combinés à savoir présidentielles, législatives et provinciales, la CENI a évalué  son budget à environ 526 millions USD.

Aux  contraintes financières, s’ajoutent d’autres qui sont d’ordres légales, logistiques, politiques et sécuritaires. Ce qui fait un total de 15 contraintes identifiées par la CENI et  qui risquent d’avoir d’impacts sur la suite du processus si les délais mentionnés ne sont pas respectés.

Panélistes :

  • Madame Odette BAMBADOWA,Présidente de  l’Union des Patriotes Républicains
  • Monsieur    Robert  KABAKELA, Coordonnateur  adjoint de la Nouvelle Société Civile Congolaise
  • Célestin NGOMA MATSHITSHI,  Parti Lumumbiste  unifiée, coordonnoteur de la jeunesse du PALU

Santé : Des signes de choléra à Pakajuma/Kingabwa, commune de Limeté dans la ville province de Kinshasa (VoxCongo)

Lire

Le choléra est une infection intestinale aiguë, épidémique, très contagieuse et dangereuse, provoquée par une bactérie nommée « vibrio cholerae ». Le choléra se transmet par contact direct de personne à personne et se propage surtout par l’eau et les aliments. Elle est peu fréquente en France, mais existe sous forme endémique en Asie, notamment en Inde. Les symptômes du choléra sont les suivants : des diarrhées aqueuses, incolores, brutales et très abondantes : on parle d’« eau de riz », une déshydratation sévère en réaction à cette perte hydrique majeure qui peut atteindre parfois plus de 10 litres par jour, des vomissements inarrêtables,des crampes musculaires, parfois une hypothermie, une insuffisance rénale avec absence d’émission d’urines. En République Démocratique du Congo, plusieurs provinces sont déjà touchées par cette épidémie. Il s’agit notamment de la province du Sud-Kivu, du Nord-Kivu, du Tanganyika, du Manièma et de Maidombe. A Kinshasa, quelques cas sont signalés au quartier Kingabwa à Pakajuma comme le confirme le docteur Dabiré de l’OMS dans cet extrait sonore.

Télécharger ce fichier

Presse café : « Etat de lieu de l’application de l’accord du 31 décembre » (VoxCongo et Internews)

Lire

6 mois après la signature de l’accord dit du 31 décembre, il était important de faire une évaluation sur sa mise en application. Cette évaluation à mi parcours se justifie d’autant plus que c’est cet accord qui officialise la gestion consensuelle de l’exécutif entre le pouvoir, l’opposition et la société civile, il fixe notamment la tenue des élections présidentielles législatives et provinciales au plus tard le 31 décembre 2017 et institutionnalise le Conseil National de Suivi de l’Accord (CENSA) comme institution d’appui à la démocratie et actes des mesures de décrispation politique. C’est pour éclairer la lanterne de l’opinion sur cette problématique que VoxCongo et Internews ont mis autour d’une table, les signataires de cet accord.

Télécharger ce fichier

Panélistes :

  1. François Nzekuye, majorité présidentielle
  2. Odette Banbadowa, Opposition politique
  3. Gérard Bisamu, CENCO
  4. Beau Paul Mupenda, Société civile

Presse café : Le rôle des journalistes dans la couverture médiatique des sujets liés aux enjeux sécuritaires en RDC. (Internews et Vox Congo)

Lire

Les journalistes ont un  rôle particulièrement important à jouer en raison des conflits et violences politiques qui continuent de secouer la RDC. Le Presse Café « Quel est le rôle des journalistes dans la couverture médiatique des sujets liés aux enjeux sécuritaires en RDC ? » organisé par l’équipe de Vox Congo avec l’appui complémentaire d’USAID et de la Coopération Suisse, mardi 30 mai 2017 au Centre de Resources pour les Médias de Kinshasa. L’objectif poursuivi est non seulement se susciter une réflexion mais surtout de proposer des moyens appropriés pour les journalistes de contribuer à la réduction  des conflits politiques et de la violence.

 

Panelistes

  1. Francine Mokoko, journaliste correspondant de TV5 Monde-Afrique en RDC.
  2. Eric Izami, Journaliste reporter à télévision Antenne A,
  3. Tshivis Tshivuadi, Président de la structure JED, Journaliste en Danger
  4. Kasonga Tshilunde, Président national de l’UNPC, Union nationale de la presse du Congo.