En Equateur, la liberté de la presse est souvent attaquée et les journalistes sont trop souvent victimes d’intimidations

La presse connait beaucoup des problèmes dans son fonctionnement dans la province de l’Equateur. Ces problèmes sont de nature à freiner non seulement son épanouissement mais surtout le travail quotidien des journalistes. Selon les panelistes de cette table ronde, l’exécutif tant provincial que national impose des taxes toujours plus exorbitantes et de très loin au delà de ce qu’un media peut produire pour faire face aux charges internes, apparemment dans le but de faire taire les voix dissidentes locales. Ainsi ajoutent-ils, la liberté de la presse se trouve muselée à la faveur des plus forts et puissants. Le presse même est infiltrée par le politique, au point de ne pas savoir qui est qui et qui fait quoi. Organisée en marge de la Journée internationale de la liberté de la presse célébrée le 3 mai de chaque année, cette émission, présentée par Peter Kogerengbo (radio communautaire Mbaidev) a bénéficié d’un appui financier de l’ONG Internews dans le cadre du programme PDSM, financé par l’USAID.

Panelistes :

Rocy Bolekwa,  Association Médias Equateur pour la Paix

Jean Marie Bwasu, Coordination, Société Civile

Jean Pierre Yambiaka, Division Provinciale Communication et Médias,

Germain Nkumu Boleli, Député et Rapporteur de l’Assemblée Provinciale

Cette émission a été produite par l’AMACEQ (Association des Médias Associatifs et Communautaires de l’Equateur)

Télécharger ce fichier

Lire