Bandundu-ville: Un jeune homme retrouvé mort, calciné dans un chantier au quartier Malebo dans la commune de Mayoyo(Rolly Mukiaka/ Bandundu -fm)

Lire

Un jeune homme d’une trentaine d’année révolue a été retrouvé mort et calciné à 7 h dans un chantier sur l’avenu Mbuji-mayi, en face de l’hôpital des sœurs religieuses de saint-joseph au quartier Mayoyo dans la ville de Mbandaka. Selon les habitants du quartier, c’était vers du 4 h du matin que  le jeune homme a subi la colère de la justice populaire après avoir être déclaré de voleur. Par rapport aux informations qui sont à notre possession les jeunes du quartiers réunis en groupe ont commencé à frapper la victime depuis le quartier Tchad. La police par son investigation fait le constant sur un bilan d’ une moto délaissé à coté de cadavre, une boule de chanvre  le trace de sang sur les feuilles de l’arbre et les battons auquel la troupe ces sont servi pour abattre. Notons que la semaine passée un homme a brûlé une dizaine des maisons sans cause jusqu’à présent.

Kwilu: Le Tribunal de grande instance siégeant en matière de flagrance prononce un jugement contre »le phénomène Kuluna »qui s’est produit dans deux quartiers de la ville de Bandundu-ville la semaine passée(Rolly Mukiaka/Bandundu-Fm)

Lire

Le tribunal des Grandes Instances a prononcé un jugement contre les bandits, appelé Kuluna, le 12 mars 2018, à la tribune de Bandundu-ville. Arrêté après affrontement de deux bases en plein jour dans  une audience de 48 heures en public devant les magistrats et les avocats. Sur les 14 prévenus, la TGI condamne 5 prévenus à 5 ans de prison à vie, libère 8 autres détenus en raison de leurs innocence mais transfert 1 détenu a son juge naturel à cause de son état civil en titre de mineur. Selon, le communiqué de la mairie ces inciviques seront condamnés transféré à la prison central.
 

Kwilu: Le phénomène urbain « Kuluna »fait encore parlé de lui à bandundu-ville, affrontement en plein jours entre deux bases des banditismes(Rolly Mukiaka/Bandundu fm)

Lire

Plusieurs actes de banditisme urbain sont enregistrés ces jours à Bandundu-ville, chef lieu du Kwilu. Les jeunes gens de différents quartier et communes regroupés en base, sèment les terreurs dans la ville sans crainte ni contrainte. Dans la matinée de mercredi 07 mars 2018 à Bandundu-ville, il s’est produit un affrontement entre les jeunes de quartier Air Congo dans la commune de Basoko et des jeunes du quartier Mampuya dans la commune de Mayoyo. Selon un témoin, tout a commencé de suite d’une coupure d’électricité générale dans le chef-lieu de Kwilu. D’où les jeunes des Air congo quartier ont semé la terreur pendant la journée dans le quartier Mampuya de suite de cet attaque les jeunes du quartier Mampuya ont sacagé de leur passage dans la nuit les biens et personnes sur leur chemin. Cet affrontement fait un bilan des plusieurs blessés par machette, le javelot, des pertes en nombres des biens impressionnant de valeur des habitants. Notons que quelques bandits arrêtés ont été présenté par l’autorité provincial.
 

Province de Mainombe: Le convoi des baleinières a chaviré près d’Epulu dans le fleuve Congo, faisant un bilan de 14 disparus, une centaine des rescapés dont 68 Hommes et 44 femmes plus 1 enfant, à 40 km de Kwamouth(Rolly Mukiaka/Bandundu-ville)

Lire

Un convoi des baleinières a chaviré dans la nuit du lundi 26 et 27 février 2018 dans le fleuve Congo prés d’Epulu à 40 km de KWAMOUTH,dans la province de Maindombe. Le bilan de ce naufrage est de 14 disparus, une centaine des  rescapés dont il s’agit de 68 Hommes, 44 femmes et plus 1 enfant. Selon l’honorable Didace Pembe, explique que ce convoi dont deux baleinières chargées de manioc et une autre des braises, venait de Mushi vers Kinshasa sur le fleuve Congo, arrivé vers le village Epulu qu’un vent violent serai à la base du naufrage mortel de deux baleinières suite aux embarcations très bondés qui naviguez toute la nuit. Plus des personnes disparus que sauver. Mais selon un pêcheur qui a fait parti de l’équipe de sauvetage indique une autre raison selon laquelle les conditions métrologiques étaient extrêmement mauvaises même pour secourir les victimes en précisant que les naufrages deviennent de plus en plus fréquent ce dernier temps. Le députe Didace Pembe, l’élu de Muchi lance un appel d’intervention au gouvernement central non seulement pour  l’assistance dans l’apport des médicaux aux rescapés mais de retrouver les disparus. Notons que le bilan précis de cette catastrophe n’a pas toujours affirmé par d’autres sources.

 

Bandundu-ville: Ephrem KINDA entre officiellement en fonction de nouveau maire de la ville, après sa formation du territorium à Inogo(Rolly Mukiaka/Bandundu-ville)

Lire

La ville de Bandundu a désormais un nouveau maire de la ville. Il s’agit de Monsieur Éphrem Kinda. Il remplace à ce poste, madame zozo lola, le 25e maire de la ville. Entré officiellement en fonction le mercredi 21 février 2018  au prorata d’une cérémonie de passation du pouvoir organisée à l’hôtel de ville de Bandundu. Au cours de cette manifestation de remise et reprise le maire adjoint sortant étale la situation générale de Bandunu-ville en sa possession de deux morgues fonctionnel, un marché moderne en chantier et d’autres patrimoines en fonction. Notons que le maire sortant laisse à la caisse de la ville une somme de 23000 fc et 38 Dollars américain, pour la part du nouveau maire de la ville promet de travailler en collaboration avec la population.

 

Bandundu-ville: Félix Mupepe démissionne de son poste du Directeur Générale à la tête de la Direction Générale des Recettes de Kwilu(Rolly Mukiaka/Bandundu-ville)

Lire

L’honorable Félix Mupepe démission de son poste du  directeur générale de la Direction Générale des Recettes de Kwilu. Par une lettre de démission adressée au gouverneur de la ville tombé hier dans l’avant-midi.  Pour le refus d’être complice des actes dont-il n’est pas pas responsable. Félix Mupepe reproche au gouverneur Balabala le non respect du verticalité fonctionnel et d’usurpation des pouvoirs. Signalons que l’honorable quitte la tete de la DGREK au moment où les agents s’inquiètent de leur paiement.